Blog LiveMentor

L’apprentissage en autodidacte : un autre chemin vers le bonheur ?

L’apprentissage en autodidacte est un art tout nouveau pour moi.

Toute ma vie, j’ai suivi avec brio un système d’apprentissage classique. Et pourtant, j’ai ressenti le besoin impérieux de sauter du train !

Les rails de l’apprentissage classique

J’ai été à l’école, j’ai appris mon métier (précédent) dans une université, j’ai fréquenté le conservatoire de musique, les ateliers de peinture et de théâtre et les cours de sport. Des professeurs m’ont guidée, évaluée et enfin cotée depuis ma plus tendre enfance.

La réalité est là : mon apprentissage global comme beaucoup de personnes a été dépendant de structures et de dictats externes.

Et mon parcours jusqu’aujourd’hui s’est déroulé dans la droite ligne de ces enseignements. Il est linéaire et « bien comme il faut » : j’ai rarement trébuché.

Et si j’ai rencontré des personnes et des lectures qui m’ont ouverte à d’autres manières de voir le monde, de penser et de faire, je suis globalement restée sur les rails dans ma vie d’adulte.

Apprendre tout seul avec Livementor

 

Ces rails qui étaient le prolongement logique de cet apprentissage classique : le confort, la sécurité, le salariat.

Jusqu’au jour où l’envie de changer, de voir autrement, de vivre d’autres sensations ont été plus fortes que les risques et les peurs.

Les risques, ça s’objective. Avec un peu de courage, les risques se laissent mettre en boite. En changeant de vie, je risquais d’être déçue de moi et de perdre une certaine somme d’argent.

Et c’est tout ! Deux risques clairement identifiés.

Mais pour les peurs, c’est une autre histoire. Les peurs ça se cache, insidieusement, toujours là ou on ne les attend pas. Les peurs sont nombreuses, gravitant souvent autour du même piquet : « Et si je n’étais pas assez douée pour que ça marche, pour qu’on m’aime ? ».

Oui, j’en suis encore là, après avoir décroché avec brio un diplôme renommé, après dix années de vie professionnelle performante.

J’en suis encore à me demander si je suis capable de faire quelque chose de bien. Toutes ces études, tout ce succès, n’ont pas ébréché ces peurs insidieuses.

apprentissage en autodidacte

Parce que dans mes études, dans mon travail, j’ai suivi les marches à suivre, les théorèmes, les processus et les conseils de mes ainés.

Je me suis conformée à une manière préétablie de faire et implicitement de voir le monde.

Mais qu’ai-je fait de moi-même.. ?

Bien sûr, je fournissais une valeur ajoutée pour mon employeur. Bien sûr, je « produisais » le travail attendu. Mais toujours sur les rails de ce qu’il faut « bien faire ».

Toujours en suivant le guide et les procédures..

Dans ces conditions, puis-je vraiment être fière de mes « réussites » ?

La question est bien puérile et le but n’est certes pas de réinventer la roue en se fermant hermétiquement à tout ce que le monde offre en termes d’avancées techniques et humaines. Mais simplement de tracer mon chemin, de faire confiance à mes intuitions, de faire des choix en accord avec mes valeurs.

Je veux me sentir vivre dans mes doutes et dans mes joies, dans ma vie professionnelle et personnelle.

Changer de mode d’apprentissage pour me découvrir autodidacte.

Aujourd’hui après des années de train, parfois à grande vitesse mais toujours sur les rails, j’ai un besoin impérieux de lacer mes chaussures, de porter mon sac et de décider où je vais.

Plus lentement, avec plus d’embûches, certainement. Mais ça sera MON chemin. Et si d’aventure je voulais ré-embarquer dans un train, je trouverais bien une autre gare…

Aujourd’hui, je me lance sans bouée, en autodidacte que je n’ai jamais été.

Pour lancer Mars-ELLE, mon projet, je n’ai pas de diplôme, je n’ai pas d’expérience, je n’ai pas de manuel pour les nuls…

Mais aujourd’hui, j’ai dans mon sac une passion dévorante, une envie incroyable de mener ce projet, une énergie nouvelle. Et surtout, j’ai autour de moi des gens qui me soutiennent et m’encouragent dans mon projet de tissu biologique.

Peut-être pour la première fois de ma vie, je suis prête à me tromper, à me trébucher, à me perdre et à faire les choses dans le désordre.

Je suis prête pour profiter du chemin, même s’il ne mène pas à Rome tout de suite.

apprendre en autodidacte

Alors on saute de ce train ?

En commençant mon projet, j’avais tellement soif de « faire » que j’ai décidé, très consciemment de TOUT faire seule et en autodidacte.

Le développement de produit, la recherche des fournisseurs, le logo, les designs, le site internet, la gestion de la logistique, la stratégie, le marketing, le développement de la clientèle, etc…

Autant vous dire que j’ai tout découvert « sur le tas ». Et j’ai construit mon projet petit à petit. Brique après brique. En sautant de doute en doute et de découverte en découverte.

L’apprentissage en autodidacte est facilité par internet qui met à notre disposition un éventail infini de ressources.

apprentissage en autodidacte

Mais ce n’est pas le fait d’avoir les ressources à disposition qui est la clé de l’apprentissage en autodidacte.

C’est l’envie et la passion qui rendent cette aventure possible, excitante et merveilleuse !

Rien n’est parfait et c’est très bien comme ça.

Il m’arrive régulièrement de me dire que je n’ai aucune idée de ce que je fais (Gloups). Cela n’arrivait pas dans mon boulot de cadre.

Mais quand je regarde en arrière et que je vois ce que j’ai construit avec Mars-ELLE, je peux enfin dire : « c’est moi qui l’ai fait ».

Et ça n’arrivait pas non plus dans mon boulot de cadre 🙂 !

vie entrepreneur

Le quotidien est semé de doutes sur les choses à faire. Et mon futur proche sera incontestablement moins confortable financièrement.

Mais…

Je me lève avec le sourire scotché au visage le lundi matin et tous les autres jours de la semaine pour faire vivre Mars-ELLE (mon projet de tissu biologique).

Et rien que ça, c’est le signe que ce changement était (finalement) évident !

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Rebecca

Rebecca est la créatrice des tissus biologique de Mars-ELLE.


  • Notice: Undefined index: total_count_position in /var/www/wordpress/blog/wp-content/plugins/social-pug/inc/functions-frontend.php on line 46
    shares

    Rapport de faute d’orthographe

    Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :