Blog LiveMentor
coulisses lancement MentorApp

Comment lancer un nouveau produit ? Dans les coulisses de MentorApp – Épisode 1

– Mardi 13 Août 2019, Paris –

Il est 9h15 du matin et j’ai déjà chaud.

J’arrive dans les bureaux de LiveMentor, près de la Gare de l’Est.

Je pose mes affaires. J’ouvre Slack et ma boîte mail.

Alexandre Dana, fondateur de LiveMentor, est déjà là. 

Il attend que je m’installe et me propose un café. 

L’ambiance qui règne dans les bureaux est particulière. Une bonne partie de l’équipe LiveMentor profite de l’été, loin de Paris. 

Nous descendons tous les deux. En chemin, il me glisse le genre de phrase énigmatique dont il a le secret :

“- Valentin, j’ai une idée géniale à te partager !”

Je pose ma tasse. Je sélectionne l’option “café long”. La machine se met en marche. Notre discussion démarre.

Alexandre continue :

– Il faut vraiment que je te parle d’un truc. J’ai eu une révélation cette nuit !

– Dis-moi tout.

“- L’ADN de LiveMentor, c’est le coaching. Cela fait longtemps que je réfléchis à comment le démocratiser. Longtemps, que je m’interroge sur comment proposer un accompagnement personnalisé et individuel, tout en maintenant un prix raisonnable, pour le rendre accessible au plus grand nombre.

Je crois que j’ai trouvé la solution !

– Ok. Développe et explique-moi cette sorcellerie !

– C’est très simple. Aujourd’hui, les formations LiveMentor durent 3 mois, avec des vidéos et du coaching, pour 1 500€. La grande réussite de ce début d’année, c’est que nous avons réussi à les rendre entièrement finançables.

Mais une formation de 3 mois, avec une dizaine d’heures de vidéos de cours, n’est pas adaptée à de nombreuses situations de porteurs de projet. 

L’autre problème de nos formations, c’est qu’elles se concentrent sur l’enseignement de “hard skills” : des compétences très liées à la maîtrise du Marketing Digital (Facebook, créer un site Internet, apprendre à écrire, maîtriser Instagram, etc). 

Nous n’avons rien pour les entrepreneurs qui se sentent isolés, qui ont besoin d’apprendre à travailler plus efficacement, qui n’ont personne à qui partager leurs doutes et à qui poser des questions sur l’orientation stratégique à prendre.

Ces entrepreneurs sont nombreux. Très nombreux. J’en rencontre tous les jours.

Aujourd’hui, la seule solution qui existe pour eux est de prendre un coach. Et ça coûte très cher ; plusieurs centaines d’euros la session d’une heure.

J’ai envie de renverser ce système et je pense avoir compris comment faire. 

Nous allons proposer du coaching individuel via une messagerie type WhatsApp, pour moins d’une centaine d’euros par mois. 

On va permettre aux élèves d’échanger chaque jour avec leur mentor et de poser autant de questions qu’ils le souhaitent.

Qu’en penses-tu ?

– C’est une super idée, mais ça me semble super compliqué à mettre en place. T’as une idée de comment on va faire ça ?

– Ça, mon ami Valentin, ça va être à toi de le découvrir pendant les prochains mois !

Voici donc le challenge qui m’attend.

On prend 30 minutes pour lister un maximum d’idées et poser la vision de ce que va être ce nouveau mode d’accompagnement. 

Rapidement, nous identifions 4 fils conducteurs :

  1. Il doit être accessible au plus grand nombre (avec un prix aux alentours d’une centaine d’euros par mois)
  2. Cela doit une expérience pensée pour smartphone. Il y a un super effet “wahou” à penser. Imaginez-vous à un dîner entre amis, sortir votre téléphone et envoyer une question à votre coach sur WhatsApp. Cela peut vraiment être génial et déclencher du bouche-à-oreille
  3. Il doit profondément aider les élèves à atteindre leurs objectifs et leur apporter de la valeur
  4. Il doit être complémentaire de nos formations existantes

Le projet est excitant

Sur le papier, l’idée a l’air super.

Mais elle repose sur de nombreuses hypothèses, que nous devons valider au plus vite.

Avec Alexandre, on se donne donc comme priorité de mettre sur pied une première version du produit pour le tester et valider l’intérêt de nos élèves pour celui-ci (c’est ce qu’on appelle le “product market/fit”).

Nous voici donc, le 18 novembre 2019. 

Près d’une centaine d’élèves ont déposé leur candidature pour faire partie des premiers testeurs. 

Dans cet article, je vous embarque dans les coulisses du lancement de ce projet : de l’affinement des contours de l’idée, à la mise en place du test, en passant par l’accueil des premiers utilisateurs. 

Nous détaillons tout, de la manière la plus transparente possible.

Si vous avez des questions, on en discute avec plaisir dans les commentaires de l’article !

 

La phase de réflexion : ouvrir les vannes

On part donc sur un nouveau projet avec une belle idée, aux contours flous : créer une nouvelle expérience de coaching, accessible, pensée sur mobile et complémentaire de notre gamme actuelle de formations de 3 mois.

Ma feuille est blanche et je commence par lister toutes les idées qui me viennent.

J’ouvre un maximum les vannes et j’essaie de ne pas être trop critique avec mes pensées.

Rapidement, j’identifie plusieurs grandes catégories pour classer mes idées :

  • Ce qui touche au Marketing : comment va t-on attirer nos élèves ?
  • Ce qui touche au produit en lui-même : quelles vont être les fonctionnalités ?
  • Ce qui touche au modèle opérationnel : comment allons-nous gérer les mentors ? Quel va être le modèle économique ?

Je crée une Mindmap pour tout lister et organiser mes pensées.

MentorApp Mindmap

1. Récolter des feedbacks extérieurs

Mes idées et mon champ de vision sont biaisés par mon domaine initial de compétences : le Marketing.

Je sollicite donc d’autres personnes de l’équipe LiveMentor pour récolter leurs premières impressions et leur vision d’un tel projet. J’interroge :

Ils possèdent tous une vision différente et me permettent d’ajouter de nouvelles pièces à mon puzzle.

Ils me partagent des points de vigilance et de doutes concernant l’usage. 

C’est extrêmement enrichissant. 

Je complète ma Mindmap.

Je m’attache également à documenter le processus de création de ce nouveau service.

Chaque vendredi soir, j’envoie un mail à plusieurs personnes de l’équipe LiveMentor pour les maintenir au courant de mes avancées et pour récupérer leurs feedbacks.

Documenter création MentorApp

2. Identifier le persona et les cas d’usages

Ce travail d’interview me permet également d’affiner ma vision du persona type pour une telle offre de coaching et de mieux cerner les problèmes auxquels elle pourrait répondre.

Nous identifions deux grands cas d’usage :

  • « Je me sens seul dans mon activité et j’ai besoin de quelqu’un pour m’accompagner / me soutenir / me rebooster »
  • « J’ai besoin de conseils stratégiques pour faire passer mon projet au niveau supérieur »

Très vite, j’identifie également ce que ce produit ne pourra pas faire : proposer du coaching “technique”.

Le rôle du Mentor ne sera pas de créer des publicités Facebook, de superviser l’installation de plugins WordPress ou d’apporter des conseils techniques sur du Copywriting. 

C’est très important que les élèves qui s’inscrivent aient bien cela en tête.

 

3. S’inspirer de produits existants

Nous ne sommes pas les premiers à proposer du coaching via une application comme WhatsApp. Cet usage est notamment répandu dans le domaine du coaching sportif et nutritionnel.

Nous identifions deux acteurs qui nous intéressent.

  • Talkspace

Talkspace propose une application de messagerie pour de la thérapie en ligne.

Il s’agit d’une startup américaine, créée en 2012, qui a levé $56 millions  et qui revendique près d’1 million d’utilisateurs. 

En termes d’usage, ils sont très proches de ce qu’on souhaite faire.

Je m’inscris et je vais au bout de leur onboarding. 

Tout est fluide et très réussi. C’est une très bonne inspiration. 

Je note qu’ils proposent plusieurs offres et qu’après une phase de découverte de mon besoin, ils me proposent plusieurs coachs, en fonction de mon profil. 

Talkspace coaching

Talkspace est accessible à partir de $49 par semaine. 

Cela me donne une première indication sur le modèle économique d’un tel service.

Dans le même temps, je tente de contacter plusieurs salariés de Talkspace via Linkedin, pour échanger avec eux. J’aimerais comprendre comment la plateforme fonctionne, en interne.

  • Coach.me 

Je remarque également coach.me, qui a une activité très similaire à celle que l’on souhaite lancer : du coaching business via une appli de messagerie.

Mais à la différence de nous, ils opèrent comme une marketplace : les coachs inscrits sur la plateforme doivent également amener eux-mêmes leur clientèle.

Nous rencontrons Agatha, coach freelance pour coach.me.

Elle nous partage son expérience et nous explique le fonctionnement de coach.me, en coulisses. Nous récoltons de précieuses informations sur la formation des coachs qui opèrent sur la plateforme ; un chantier important auquel je dois réfléchir.

Tout ceci me permet encore d’étoffer ma Mindmap.

Faire des choix et prendre une direction

J’ai récolté un maximum d’informations sur les problématiques qui entourent ce produit. 

Je dispose de beaucoup d’informations à trier et, surtout à prioriser.

Désormais, je dois rapidement me mettre dans l’action pour construire un MVP et tester mes hypothèses.

Depuis mes premières réflexions, ma Mindmap a bien évolué. Mes questions se sont affinées.

Voici un exemple sur la partie du Produit :

Produit MentorApp

 

À ce stade, mon enjeu est de valider l’intérêt pour ce produit (le “product/market fit”) et de le tester au plus vite.

Je pars de ma Mindmap avec objectif de prioriser les chantiers, par ordre d’importance et d’urgence. Cela me donne :

  1. Définir la proposition de valeur et le discours Marketing
  2. Le mettre en forme sur une Landing Page qui présente le produit
  3. Trouver un nom pour le produit
  4. Établir le prix
  5. Trouver un premier mentor 
  6. Mettre en place l’infrastructure technique pour accueillir les premiers élèves
  7. Trouver un moyen de faire venir des élèves dans l’expérience

Une belle liste de Noël qui va m’occuper pendant les prochaines semaines !

Je prends les sujets les uns après les autres, en sollicitant régulièrement d’autres personnes de l’équipe lors de mes reportings hebdomadaires.

 

1. Définir le discours Marketing

Pour la proposition de valeur, je ne réfléchis pas aux fonctionnalités du produit, mais aux bénéfices qu’il va apporter. 

Cela me donne quelques phrases que j’utilise pour décrire le produit en une ligne.

Fini la solitude de l’entrepreneur
Ne restez plus seul(e), face à vos questionnements
Le coaching individuel, accessible pour tous

Pour ce qui est du périmètre du produit et de ses fonctionnalités :

Faites-vous accompagner par un mentor expérimenté, au tarif le plus abordable du marché. Depuis n’importe où, n’importe quand.”
“Coaching individuel illimité, réponse garantie sous 24 heures, textes ou notes vocales et onboarding rapide”

2. Créer la Landing Page

Depuis plusieurs mois, l’équipe Marketing de LiveMentor (dont je fais partie) est indépendante sur la création de pages sur notre site.

Nous utilisons Thrive Architect, un plugin WordPress qui nous permet d’en créer simplement.

Je construis donc la Landing Page, en essayant d’être le plus clair sur la proposition de valeur.

Je veux que les visiteurs qui arrivent sur la page comprennent de quoi il s’agit et puissent s’inscrire en 2 clics.

Voici la page dans sa version actuelle, après de nombreuses itérations.

Coaching business MentorApp

3. Trouver un nom

Pour présenter le produit et commencer à en parler, il nous faut un nom.

C’est un sujet que je considère comme secondaire à notre stade, sur lequel je ne souhaite pas passer trop de temps.

Je crée un sondage Facebook sur le groupe de la communauté des élèves LiveMentor.

sondage communauté nom

Boum : MentorApp.

Ce nom n’est pas forcément très “inspirant”, mais il a le mérite d’être explicite. 

Un mentor, dans une App.

4. Établir le prix

Pour le prix, nous partons sur 80€ par mois.

Nous respectons notre mission initiale, qui est de rendre le coaching individuel accessible à tous. 

Je suis conscient qu’il s‘agit d’une somme conséquente à débourser, mais, à titre de comparaison, une session d’une heure avec un coach, revient à plusieurs centaines d’euros.  

5. Trouver un(e) premier(e) Mentor

Dès le départ du projet, nous discutons avec Justine Abecassis, pour prendre le rôle de première Mentor sur MentorApp.

Elle possède le profil idéal : elle a une belle expérience dans la création de projets entrepreneuriaux (la plus récente étant une marketplace de vêtements éthiques), a déjà suivi plusieurs formations LiveMentor et adore écrire. 

Elle connaît nos élèves, notre pédagogie et notre vision de l’entrepreneuriat. 

Elle accepte de nous rejoindre dans cette aventure, depuis Munich, et se tient prêt pour accueillir les premiers élèves.

6. Mettre en place l’infrastructure technique pour accueillir les premiers élèves

Depuis 1 an, l’équipe technique de LiveMentor a effectué un gros travail pour rendre l’équipe marketing la plus autonome possible.

Nous sommes pratiquement capables de créer nos funnels de A à Z, sans l’intervention d’un développeur. 

Hors de question de passer 6 mois à développer une application mobile pour un produit qui n’a pas encore fait ses preuves.

Notre première option pour ce test est donc de passer par WhatsApp.

On remarque que Front, un outil que l’on utilise déjà, propose une intégration. Il serait possible de répondre à des messages WhatsApp, depuis Front.

On la teste, mais il se trouve que l’intégration ne fonctionne pas très bien. Les notes vocales ne sont pas prises en charge et WhatsApp impose des règles d’utilisations assez contraignantes.

On décide donc de basculer sur l’application Telegram qui nous satisfait pleinement pour l’instant.

C’est donc sur Telegram que vont se passer les échanges entre les élèves et leur coach.

Pour le processus d’inscription, j’ai pratiquement pu le construire intégralement par moi-même :

  • La Landing Page sur WordPress
  • J’ai rattaché le bouton “s’inscrire” à un Typeform que l’élève doit remplir pour déposer sa candidature
  • Dès qu’un élève remplit le Typeform, nous sommes alertés sur Slack grâce à Zapier
  • Nous étudions sa candidature. Si son profil correspond à ce que l’on recherche, nous l’appelons pour l’inviter à démarrer son expérience
  • Nous lui envoyons la page d’inscription, également créée avec WordPress, sur laquelle l’élève doit rentrer ses coordonnées pour valider son inscription
  • Une fois celle-ci validée, l’élève est redirigé sur une page sur laquelle il trouve deux choses :

    1. Le numéro de téléphone de MentorApp
    . Son expérience de coaching démarre dès qu’il envoie un premier message sur Telegram à son mentor. Il ne s’agit pas du numéro personnel des mentors, j’ai acheté un numéro spécial sur Onoff pour 9€ par mois.

    2. Une description détaillée de son mentor. Pour l’instant, seule Justine est Mentor. Mais à termes, nous en aurons plusieurs et nous devrons associer nos élèves au bon mentor. À ce stade, il est important de montrer la richesse du parcours du Justine et de construire sa crédibilité.
  • Les élèves qui s’inscrivent bénéficient de 14 jours d’essai gratuit. J’ai dû solliciter un développeur de notre équipe pour m’aider à configurer notre outil de paiement, Stripe, pour rendre cela possible 
  • Nos développeurs m’ont également aidé à créer automatiquement un compte sur livementor.com à chaque nouvelle inscription. C’était important pour que les élèves puissent mettre fin à leur abonnement simplement.
  • Je me suis ensuite mis sur Hubspot, notre outil d’emailing, pour construire les boucles d’emails à envoyer à chaque inscription

Nous procédons aux derniers réglages et aux derniers tests pour nous assurer que tout fonctionne bien.

Nous sommes prêts à communiquer sur MentorApp !

7. Trouver un moyen de faire venir des élèves dans l’expérience

Depuis qu’Alexandre a créé LiveMentor, nous envoyons une newsletter chaque semaine à près de 200 000 porteurs de projet

Dès que nous souhaitons communiquer sur nos nouveaux projets, nous le faisons au moyen de cette newsletter. 

C’est ce que nous avons fait avec MentorApp.

Le 25 octobre, nous avons communiqué pour la première fois sur MentorApp, en invitant les élèves intéressés à déposer leur candidature pour faire partie des premiers élèves.

 

newsletter livementor lancement

 

La suite au prochain épisode…

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Avatar

Valentin Decker

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
shares

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :