Blog LiveMentor
comment lancer un projet en parallèle de son emploi grâce au job crafting ?

Le Job Crafting pour lancer un projet en parallèle d’un emploi

Vous rêvez de vous lancer dans un projet de création d’entreprise. Vous fourmilliez d’idées. Que vous en ayez une seule qui vous tient réellement à cœur ou encore que vous soyez juste tenté par l’aventure entrepreneuriale, vous avez envie de vous lancer. Dites bonjour au job crafting !

job crafting

Ces rêves sont magnifiques, néanmoins en attendant leur concrétisation, il y a le loyer et les factures à payer (ah… dur rappel de la réalité !).

Qu’à cela ne tienne, cela ne vous arrêtera pas, vous allez entreprendre en parallèle de votre travail salarié. Vous êtes motivé, vous croyez à fond dans votre idée, rien ne vous arrêtera !

Hum hum… confrontons tout cela pour voir ce qu’il en est « en vrai ».

Entreprendre en parallèle de son boulot : vraie ou fausse bonne idée ?

L’avantage « en or » : cela permet de limiter les risques

Entreprendre en parallèle de son boulot, c’est un moyen de vous rassurer et de limiter les risques lorsque vous vous lancez. Sauf, bien sûr, si vous êtes déjà millionnaire avec votre épargne.

Au niveau financier, comme vous conservez votre emploi, votre salaire continue à tomber tous les mois. Cela vous libère l’esprit des préoccupations pécuniaires.

Ce temps de lancement en parallèle (en mode « side project ») est aussi une excellente façon de tester et valider votre idée AVANT de tout plaquer. En effet, rares sont les projets qui se concrétisent exactement comme ils avaient été pensés au départ. Votre emploi salarié (et la rémunération qui va avec) vous apporte une sécurité qui vous délivre de la pression de faire du chiffre ou de « réussir » tout de suite.

Mais cela en crée d’autres…

Ces avantages (sécurité financière et période de test) sont tellement chouettes qu’on en oublierait leur contrepartie.

Eh oui… qui dit deux activités en parallèle dit moins de temps à consacrer à chacune… Enfin, pas tout à fait, il y a peu de chances que votre patron accepte que vous passiez moins d’heures au travail parce que vous avez un projet à côté. Donc, ce temps restreint consacré à lancer votre projet (comparativement à ceux qui se lancent sans filet) a pour conséquence d’étirer le temps que vous allez y passer (en jours, mois).

De plus, ce temps de lancement plus long peut entrainer une démotivation sur la durée. Aujourd’hui vous vous sentez hyper motivé mais si ce double travail – votre poste et votre projet – dure plusieurs mois (voire plus d’une année) : est-ce que vous tiendrez la distance ?

Ce qui vous guette au quotidien

Je ne veux pas vous décourager toutefois, pour lancer votre projet en parallèle de votre boulot, il vous faut dépasser un certain nombre d’écueils.

Votre temps et votre énergie sont divisés par 2

Au début, on est tout feu tout flammes, on peut travailler le soir, le weekend, même la nuit. On fait l’impasse sur les sorties entre potes, les moments en famille, toute notre attention et notre énergie sont concentrées sur un seul but : notre projet.

Mais, au bout d’un moment, le quotidien reprend le dessus : les dossiers s’accumulent au bureau, vous avez besoin de vous reposer, de vous ressources avec vos proches… Sans que vous n’en ayez réellement conscience, le temps que vous consacrez à votre projet se réduit. Pourquoi ? parce que votre énergie et votre temps sont « bouffés » par votre travail salarié. Et c’est parfaitement normal, vous essayez d’exercer simultanément deux métiers à plein temps !

Vous ne passez plus à l’action

De plus, ce fameux salaire qui est là pour vous sécuriser et vous financer le temps de lancer votre projet peut s’avérer une béquille. Comme vous avez le temps, vous prenez votre temps. Et donc, vous peaufinez, vous réfléchissez encore et encore, vous changez d’avis… Au bout d’un moment, si le parallèle dure trop longtemps, vous n’arrivez plus à concrétiser votre projet. Vous vous retrouvez engluer dans le perfectionnisme, la procrastination et l’inaction. Plus rien n’avance !

Et, ne parlons même pas du fait que – si vous souhaitez entreprendre – votre travail salarié ne vous plaît probablement plus trop. Ainsi, y aller tous les matins ne doit pas réellement être source de motivation ni d’énergie pour vous au quotidien. Cela a un effet « plombant » qui peut, par ricochet, impacter votre projet.

Le Job Crafting : un outil clé pour éviter l’essoufflement et mener votre projet au bout

Le tableau que je viens de vous dresser pourrait vous faire reculer un peu ou même reconsidérer votre souhait d’entreprendre en parallèle. N’en faites rien !

De fait, entreprendre en parallèle est une idée qui présente bien des avantages et dont les inconvénients peuvent être – au moins en partie – surmontés grâce au job crafting. Vous ne savez pas ce que c’est ? Moi non plus il y a quelques années. Je vous explique.

Job Crafting : Facteur de motivation au et EN-DEHORS du travail

Le job crafting est l’art de façonner votre travail afin qu’il corresponde plus à vos envies et à vos compétences. Et là, vous vous dites « elle n’a rien compris, je veux le QUITTER mon travail, pour entreprendre ! ».

J’ai bien compris tout cela. Et, pour autant, le job crafting peut tout de même vous aider à lancer votre projet. On l’a vu, ce dont vous avez besoin pour entreprendre en parallèle c’est de temps, d’énergie et de motivation à consacrer à votre projet.

lancer un side project

J’ai découvert ce concept au détour d’une errance improductive sur YouTube. Je suis restée « scotchée » devant la chercheuse Amy Wrzesniewski qui en parlait (vidéo en anglais). Tout ce qu’elle disait me « parlait », j’avais – sans le savoir – pratiqué le job crafting tout au long de ma carrière professionnelle !

En fait, les différentes études de psychologie menées sur les personnes qui pratiquent le job crafting ont montré que cela leur permettait de retrouver de la motivation et de la satisfaction dans leur travail, et même d’être plus efficaces et performants.

Et ça, cela vous rendrait bien service d’être plus efficaces et plus motivés dans votre poste, car cela serait aussi au bénéfice de votre projet : plus de temps et plus d’énergie à y consacrer !

En quoi le Job Crafting consiste exactement ?

Pour les personnes qui souhaitent s’épanouir plus dans leur poste, le job crafting propose d’agir sur 3 axes : le sens que l’on donne à son travail, les missions que l’on effectue et les relations que l’on a au niveau professionnel. Mais, pour vous qui souhaitez mener votre « side project », ce ne sont pas nécessairement sur ces 3 axes qu’il faut vous concentrer.

J’ai développé une méthode (la méthode SEROM) à partir des principes du job crafting, de la théorie de l’auto-détermination et des études de psychologie sur l’état d’esprit fixe et l’état d’esprit de développement. Elle propose d’agir sur 5 axes : le Sens, l’Environnement, les Relations, l’Organisation et les Missions.

Comment faire du Job Crafting concrètement ?

Pour retrouver de l’énergie et du temps dans votre travail actuel pour le consacrer à votre projet, voici les principaux axes sur lesquels vous devez agir : organisation, relations, missions.

Optimiser l’organisation dans votre poste actuel

Pour récupérer du temps de votre travail actuel pour l’investir dans votre projet – sans générer une levée de bouclier de la part de vos collègues et de votre boss – vous avez besoin d’améliorer votre organisation.

Les 3 clés pour le faire sont :

  • Toujours commencer la journée par les actions qui sont prioritaires pour vous (et non en répondant aux mails des autres qui se focalisent sur ce qui est important pour eux). Vous pouvez déterminer 2 à 3 actions prioritaires maximum, actions qui – si vous les réalisez – vous feront dire que c’était une journée productive
  • Améliorer votre gestion des emails. Pour cela, cessez de les consulter à tout bout de champ et prévoyez 2 (maximum 3) sessions de consultation/réponse dans la journée (par exemple : 11h et 16h). Si vous pensez que certains vont vous relancer entre ces sessions, vous pouvez indiquer ces créneaux de réponse dans votre signature email.
  • Regrouper les actions similaires (appels, rédaction de compte-rendu, RDV client…etc.). Vous perdez un temps fou en sautant d’une action à l’autre. Lorsque vous avez plusieurs activités similaires à mener, prévoyez un créneau spécifique dans votre agenda et abattez le travail en une seule fois.

Alléger le poids des relations « plombantes » au quotidien

Au travail, vous n’avez pas le loisir de choisir vos interlocuteurs. Ce qui fait que, parfois, certaines relations (même peu nombreuses) peuvent vous « plomber » complètement, être source d’énervement ou de stress. Même si vous êtes obligés d’échanger avec ces personnes, la bonne nouvelle est que vous pouvez modifier les paramètres de vos interactions.

Après avoir identifié les personnes avec lesquelles cela « coince », analysez la forme, le contenu et la fréquence de vos interactions. Que pourriez-vous modifier pour alléger le poids de ces relations problématiques ou conflictuelles : mode de communication, récurrence, délégation, nouvelle procédure…etc. Je vous donne un exemple dans cet article.

Ainsi, l’avantage de modifier ces interactions est que vous allez regagner en énergie pour votre poste actuel, certes, mais aussi pour votre projet car vos journées se dérouleront de manière plus fluide et agréable.

Customiser vos missions de salarié

Dernier axe, et non des moindres, sur lequel vous pouvez faire levier pour retrouver de la motivation et du temps : vos missions.

Les missions de votre fiche de poste ne sont pas immuables, elles ont évolué progressivement avec le temps par rapport à ce qui était prévu au contrat. L’idée ici est de les rendre plus attractive pour vous, plus proches de vos compétences mais, cette fois-ci, de manière délibérée.

Vous pensez peut-être que votre patron n’acceptera pas de modifier vos missions ? Ne préjugez pas de sa réaction, elle dépendra du type de modification que vous allez proposer, de comment vous allez la présenter et de ce qu’elle pourra apporter à l’entreprise et à votre service.

Initialement, selon le concept du job crafting, façonner ses missions a pour objectif de passer la majeure partie de son temps sur des missions qui correspondent à nos envies et à nos compétences. Pour vous, le plus pertinent est de le faire en concentrant vos efforts sur les missions qui ont le plus de valeur ajoutée pour l’entreprise et que vous effectuez avec rapidité et efficacité.

Alors, parmi toutes les missions que vous menez chaque jour, lesquelles correspondent à cette description ? (si vous séchez là tout de suite, vous pouvez noter tout ce que vous faites pendant quelques jours pour avoir une liste relativement exhaustive)

6 façons d’optimiser vos missions selon le principe du Job Crafting !

Une fois que vous avez votre liste, prenez toutes les missions qui ne correspondent pas et voyez comment vous pouvez les modifier. 6 options s’offrent à vous pour optimiser ces missions :

  • Le « switch » avec un collègue (échange respectif de mission contre une mission qui intéresse plus l’autre)
  • La suppression (si c’est pertinent et que vous avez l’accord de votre manager)
  • La réduction « a minima » (c’est-à-dire réduire au minimum acceptable la conduite d’une mission, cela convient bien pour les tâches redondantes, obsolètes… si vous ne pouvez pas le supprimer)
  • Le fait de mieux s’organiser (par exemple en regroupant les activités similaires comme nous l’avons vu)
  • La délégation (si vous en avez la possibilité)
  • L’optimisation, comme pour les relations, vous pouvez modifier le format, le contenu, la fréquence, les personnes avec lesquelles il est nécessaire d’interagir…etc.

Gardez bien en tête que pour favoriser l’acceptation de ces modifications, il faut que celles-ci soient à votre bénéfice mais aussi, au bénéfice de l’entreprise et du service auquel vous appartenez.

OK super et vous faites quoi maintenant ?

Aujourd’hui, vous êtes plein de motivation et d’énergie, votre projet vous porte et vous ne voyez pas comment il pourrait en être autrement. Cependant, être entrepreneur c’est aussi anticiper dès que cela est possible. Et, vous vous en doutez, en 2021, vous reconvertir ou vous lancer en tant qu’auto-entrepreneur va être potentiellement bien différent des années précédentes.

Alors, reprenez les 3 axes d’optimisation de votre temps et de votre énergie que je vous ai proposé ici (organisation, relations, missions) et – oui, oui, là maintenant – commencez à dresser la liste de ce sur quoi vous pourriez agir dans votre poste actuel.

Faire émerger les premières idées ne devraient pas vous prendre plus de 10 minutes. Dès que c’est fait, planifiez leur réalisation dans les prochains jours. Et, comme vous allez le faire pour votre projet, essayez pour voir ce qui fonctionne et capitalisez dessus au maximum.

Entreprendre est une aventure merveilleuse (et chaotique), ne passez pas à côté.

Testez ces techniques de job crafting et faites-nous vos retours en commentaires. On sera ravis de voir comment cela a pu vous aider !

Cet article s’inscrit dans la formation Side Project de LiveMentor.

Bonus : découvrez notre article sur les règles des 80-20.

formation side project de Livementor

Avatar

Emilie Amic

Consultante et formatrice en développement professionnel & entrepreneurial, j’ai créé ma société Luceliandre pour aider ceux qui veulent retrouver du sens et s’épanouir leur vie professionnelle.
Auteure des livres « Mieux s’organiser au travail » et « Façonne Ton Job » (disponibles sur Amazon)

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!