Blog LiveMentor

Ma reconversion professionnelle : Gendarme, blogueuse puis formatrice

Gendarme le jour, blogueuse la nuit.

Je suis Sarah Hadou. J’ai commencé ma vie professionnelle, tout de suite après mon bac, en étant animatrice de centre de loisirs et de vacances puis j’ai continué en tant que directrice de séjour. Après avoir repris les études à 20 ans, j’ai commencé une fac de sport.

En parallèle de mes études, j’ai commencé à bloguer.

Et j’ai continué à bloguer pendant 10 ans. Je me suis prise de passion par tout ce qui était stratégie de communication à mettre en place pour me rendre de plus en plus visible…

Entre temps j’ai commencé ma carrière de gendarme sur le terrain. J’avais des journées de dingue entre les interventions (de jour comme de nuit), les journées au planton (à l’accueil pour prendre les plaintes…), les journées d’entrainement (self défense, cardio, tir)…

« Ce n’était pas rare que je commence ma journée à 8h le matin et que je la termine à 10h le lendemain matin. »

Mais c’était tellement bien ! Je pense que ça restera l’une de mes meilleures expériences professionnelles. J’y suis restée 2ans et ensuite, j’ai demandé à avoir un poste en bureau pour pouvoir fonder une famille.

Un premier pas vers une reconversion professionnelle

Je suis donc passé à un emploi administratif, en étant toujours gendarme. On m’avait dit que je pourrais retourner sur le terrain une fois ma fille à l’école. Ce qui bien évidemment n’a pas été le cas. On m’a bien fait comprendre que pour retourner sur le terrain, il fallait que je repasse mon concours… Et c’était absolument hors de question que je me repasse encore des mois d’école.

Mon poste ne me plaisait pas mais j’arrivais à le supporter en me disant que c’était provisoire. Quand j’ai réalisé que je ne pourrais pas retourner sur le terrain, j’ai commencé à ne plus supporter mon job, et encore moins mes collègues.

Je me suis beaucoup renfermée sur moi-même, ça a fini en dépression.

Heureusement que j’avais des projets en tête. J’avais mon blog et la furieuse envie de le développer, j’avais aussi l’envie de me former au CAP Esthétique. J’ai donc passé un CAP Esthétique par correspondance et je l’ai obtenu en 2015.

J’ai également mis toute mon énergie dans le développement et la monétisation de mon blog. Petite fierté, en seulement 4 mois, j’ai réussi à générer 2000€ de revenu grâce à l’affiliation.

Sur mon temps libre, je suis donc devenue esthéticienne à domicile. Légalement, je n’avais pas le droit de cumuler mon statut de gendarme et un autre emploi mais pour ma santé mentale, c’était juste indispensable.

Puis un jour, j’ai réalisé que je ne souhaitais pas être esthéticienne et blogueuse sur du long terme mais que je prenais énormément de plaisir à transmettre tout ce que j’avais appris.

La décision finale

C’était décidé, je voulais changer de direction. Je me suis autoformée en communication digitale. J’ai d’ailleurs commencé mes formations avec Livementor en 2017. Et dans la foulée, je me suis lancée en tant que freelance en communication digitale.

Puis en 2018, j’ai entamé de « vraies » démarches de reconversion auprès de la gendarmerie et je me suis lancée dans une formation pour devenir formatrice.

Et j’ai adoré.

En arrivant dans la formation, je savais déjà quel était mon projet. Je voulais devenir formatrice au CAP Esthétique et proposer ma propre formation 100% à distance. On arrive à janvier 2019, fraichement diplômée, je crée mon organisme de formation : LADYBIRD FORMATION. J’ai choisi ce nom car premièrement, je trouve les coccinelles trop mignonnes et deuxièmement, j’aime penser que j’apprends à mes stagiaires à voler de leurs propres ailes en leur donnant toutes les billes pour qu’ils puissent devenir autonomes dans leur projet.

 

Quelques difficultés innatendues

Je savais ce que je voulais faire donc administrativement, je n’ai eu aucun souci.

Les difficultés ont été de l’ordre émotionnel. Comment me sentir légitime dans un domaine où je n’ai aucune expérience ? Comment me rendre visible en ayant une peur bleue de m’exposer sur la toile ? Autant de questions qui ont fait que j’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup procrastiné. Je me suis également beaucoup comparée à d’autres personnes et j’ai mis du temps à réaliser que si je voulais moi aussi réussir, je n’avais qu’une seule solution : passer à l’action !

Une fois que j’ai compris ça, j’ai enchaîné ! La création de ma formation, de mon
site internet, de mes réseaux sociaux…

Où j’en suis aujourd’hui

Aujourd’hui, j’ai trois casquettes :

  • Je forme des femmes au CAP Esthétique,
  • J’accompagne des entrepreneurs à créer et/ou développer leur activité grâce au digital,
  • Je travaille sur une offre qui me permettra d’accompagner tous les futurs formateurs à créer et/ou développer leurs actions de formations grâce à de l’ingénierie pédagogique, des outils et jeux
    pédagogiques…

Je suis tellement épanouie aujourd’hui que je dirais aux personnes en reconversion de foncer, de ne pas avoir peur de ce qui va se passer par la suite. Je conseillerai de croire à fond en ses projets. Le but d’une reconversion est de se lancer dans quelque chose qui nous faire vibrer, qui nous anime donc si c’est le cas, go go go et on ne lâche rien même si le chemin n’est pas tout droit !!!

 

Dîtes-moi en commentaires, quel est votre projet et les difficultés que vous rencontrez !

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
shares

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :