Travailler sa concentration

On confond généralement concentration et attention qui sont pourtant deux processus distincts. La concentration désigne la capacité à centrer et mobiliser ses facultés mentales et physiques sur un sujet et une action, elle implique également une notion de durée. L’attention, elle, est un état de perception lucide de l’environnement sans jugement, ni identification, ni rejet. C’est un état de vigilance intense mais sans effort, qui ne se focalise pas sur un point précis.

Le problème de nombreux adolescents en classe est dû à l’impossibilité de se focaliser sur le cours, le professeur ou un devoir suite aux sollicitations extérieures : téléphones, conversations, comportement des camarades de classe… Tout cela est également dû à la croissance hormonale chez l’adolescent, qui implique des modifications importantes du cerveau et une instabilité du comportement.

Apprendre à gérer ses émotions

Pour faciliter la concentration chez votre adolescent, il faut l’aider à réguler ses émotions : difficile en effet de se concentrer lorsque l’on est pris par des émotions non contrôlées de manière régulière.

Avoir une bonne hygiène de vie

Votre adolescent est en pleine croissance. Quoi qu’il en dise, il a besoin de dormir chaque nuit entre 8 et 10 heures, il doit également s’hydrater en buvant de l’eau régulièrement pour pouvoir mobiliser l’ensemble de ses capacités d’attention. L’alimentation joue également un rôle primordial : le petit-déjeuner ne doit absolument pas être sauté, c’est ce repas qui permet à votre enfant de mémoriser et de se concentrer plus facilement. Des travaux ont montré que des enfants qui ne mangeaient pas de petit déjeuner étaient par exemple moins rapide dans la résolution d’exercices mathématiques. Le sport aide aussi à la concentration, et en pratiquer un de manière régulière ne peut être que bénéfique pour votre enfant.

Maîtriser ses cycles d’attention

Il existe des cycles d’attention variable entre les personnes, allant de 20 à 30 minutes. Passé 30 minutes, la capacité d’attention baisse petit à petit et des pensées divergentes se forment. De manière générale, on distingue deux effets qui en découlent : le premier est l’effet de primauté, c’est le fait de se souvenir de ce qui a été dit au début du cours. Le second, l’effet de récence, est le fait de se souvenir des toutes dernières informations données à la fin du cours. De ce fait, il faut apprendre à multiplier ses cycles de l’attention en faisant de courtes pauses, de 30 à 40 secondes durant le cours, pour se relâcher et remobiliser ses capacités cognitives. C’est d’autant plus vrai lorsque l’enfant estime que le cours n’est pas intéressant : pas de motivation, pas d’attention, pas de concentration.

Être capable de résister aux agressions extérieures

Avec l’arrivée des téléphones portables dans les écoles, l’enseignement a été bouleversé et par-là même la façon d’être attentif. Difficile en effet de résister à la lecture d’un nouveau message qui vient d’arriver sur son téléphone. Le fait d’être constamment stimulé par des évènements extérieurs, dont le téléphone portable, empêche le bon déroulement des cycles d’attention, l’adolescent doit comprendre qu’il existe un temps pour chaque chose et que répondre régulièrement à des messages pendant qu’il est en classe ne l’aide absolument pas, au contraire.

Effectuer une seule tâche à la fois

Contrairement aux idées reçues, le cerveau ne peut en réalité pas exécuter deux tâches à la fois, il les réalise l’une après l’autre, de manière très rapide, de sorte que l’on a l’impression qu’elle sont exécutées en même temps. Lorsque votre enfant travaille chez lui, il est donc important qu’il travaille dans un environnement sain et coupé de toutes distractions : téléphone, ordinateur, télévision…

Travailler sa concentration demande volonté et motivation, mais c’est un très bon moyen pour progresser en classe. Cependant, il n’est pas toujours évident d’aider votre enfant vous-même, vous pouvez dans ces cas-là consulter un sophrologue, qui aidera votre enfant à mieux se sentir dans son corps et à appréhender ses émotions.



Articles à lire aussi :