Éviter un redoublement : toutes nos astuces

Le risque de redoublement plane au dessus de votre enfant ? Nous vous donnons ici des astuces pour vous aider à comprendre la situation et y remédier.

Un redoublement peut être dû à plusieurs raisons : manque d’intégration de l’enfant au reste de la classe, bases des années précédentes manquantes dans certaines matières, pas ou peu de motivation, mauvaise estime de soi ou manque de confiance en soi… Dans tous les cas, l’enfant voit bien souvent le redoublement comme un problème ou une difficulté insurmontable qui peut le pousser à totalement décrocher.

Dans des cas comme ceux-ci, l’enfant peut voir l’école comme un fardeau et exprimer son désintérêt pour les cours. Le rôle des parents est ici de l’aider à trouver un sens à l’école et ce qu’il y apprend.


L’aider à prendre confiance en lui et travailler son estime de lui

L’estime qu’a votre enfant pour lui-même se construit au travers de la manière dont il perçoit ses réussites et ses échecs, perception formant la confiance en soi. Apprendre quelque chose de nouveau peut devenir particulièrement angoissant pour les élèves confrontés à répétition aux échecs. Cette angoisse peut se traduire par de la violence ou de l’inhibition : l’élève est passif et cherche à se faire oublier. C’est pour cela qu’il est important que votre enfant sache de quoi il est capable en le valorisant et en l’aidant à travailler à la maison.

 

Travailler sa concentration

« Manque de concentration, bavarde », « rêvasse », « concentration en classe limitée », « invisible »... à l’adolescence et même avant, les enfants ont des problèmes de concentration. Les causes peuvent être variées : fatigue et manque de sommeil, anxiété, stress, faim, maladies ou addictions... Il arrive aussi que les adolescents se sentent démotivés ou portent peu d’intérêt à la matière enseignée.

 

Le responsabiliser

L’adolescence est bien souvent une phase difficile pour l’enfant qui vit des bouleversements psychologique, émotif, social et physique. C’est durant cette période qu’il cherche à s’émanciper de l’emprise de ses parents et qu’il commence à construire sa propre vie. Claire Leduc, thérapeute estime que « jusqu’à l’âge de 11 ans, nos enfants sont collés à nous. Ensuite, ils découvrent leur monde qui demeure en partie secret pour nous. On les voit se métamorphoser à plusieurs niveaux, mais surtout sur le plan émotionnel, lequel devient fort complexe, car les ados ne comprennent pas trop ce qui leur arrive ». Nous vous donnons ici quelques pistes pour lui faire confiance et le responsabiliser.

 

Fixer des objectifs avec lui

On peut considérer la réussite scolaire de son enfant comme un « contrat » passé entre lui et vous, qui repose sur des objectifs concrets et atteignables. Par exemple lui fixer un objectif de temps pour ses devoirs ou un objectif de progression dans une matière avant la fin d’un trimestre… Contrat qui doit être respecté par les deux parties. Pour le motiver au travail, vous devez assurer un suivi constructif et lui apprendre à gérer de manière efficace son temps.

 

Faire émerger un projet professionnel et laisser le choix de l’orientation

Le choix de la filière dans laquelle l’adolescent va se diriger est une période délicate qui débute dès la fin de la quatrième. Très souvent, les élèves n’ayant pas de bons résultats scolaires seront orientés vers des filières technologiques ou professionnelles plus concrètes. Pour les élèves dans de meilleures dispositions, ce sont les matières dans lesquelles ils ont de bons résultats qui détermineront le choix de la filière. Si votre enfant souhaite se diriger vers une filière autre que générale, ce n’est pas une fatalité et il vaut mieux respecter son choix, même s’il a de bonnes notes dans les matières générales. Cependant, lorsque l’enfant a de mauvaises notes, le projet doit rester cohérent par rapport à ses capacités et ce qu’il en fait.

 


Articles à lire aussi :