Redoubler au lycée, moins dangereux, plus bénéfique ?

Redoubler à l’approche des paliers d’orientation peut être positif. En particulier lorsque l’élève travaille la deuxième année et parvient à combler ses lacunes pour suivre l’orientation de son choix et non une orientation imposée. Cependant, il est important de prendre en compte l’avis de l’enfant, surtout lorsqu’il est en troisième, les enfants avec un caractère introverti pourront avoir du mal à se réintégrer dans leur nouvelle classe et décrocher totalement.

Il en va de même pour la seconde et la première, lorsque votre enfant a un projet professionnel ou un projet d’études précis, le faire redoubler peut l’aider à l’atteindre plutôt que de l’éloigner si il avait été réorienté. Une étude de l’Education Nationale faite en 2004 montre que 79% des élèves qui redoublent une classe de lycée obtiennent ensuite le baccalauréat général ou technologique. En 2014, le taux de réussite au bac toutes filières générales, technologiques et professionnelles confondues sans redoublement était de 87,9%.

On note également que le taux de réussite de la filière professionnelle est nettement inférieur : 81,9%. C’est aussi parce-que les jeunes de ces filières sont dans des formations très concrètes où ils ont été orientés par défaut. Il ne faut donc jamais oublier que c’est l’enfant qui est au coeur de l’équation, et que, contrairement à des redoublements au collège ou au primaire, un redoublement à l’approche des paliers peut réellement jouer un rôle de déclic pour les élèves, à condition qu’ils soient d’accord sur le principe.

Dans tous les cas, vous avez toujours le recours d’appel de la décision du conseil de classe pour tenter de faire passer votre enfant dans la classe supérieure.



Articles à lire aussi :