Logo white 2x
MENU
L'étudiant qui a donné 1 650 heures de cours particuliers sur Skype, pour financer ses études
Jean est un hyperactif. Ingénieur en CDI dans un monde particulier, la compétition automobile, il réalise sans problème ses 45 heures de travail hebdomadaires. Sauf que Jean dit lui-même "qu'il est fou'". Couplé à ces 45 heures, s’ajoutent 18 heures hebdomadaires de cours particuliers en ligne.
Jean content 380
À l’école, j'étais un bon élève parce que j'avais une passion

Je m’appelle Jean, je suis originaire du Sud de la France, près de Montpellier et j’ai toujours cru être passionné par la compétition automobile.

À l’école, j'étais un bon élève parce que j'avais ce rêve qui motivait mes bons résultats : je voulais être ingénieur aérodynamicien dans la compétition automobile. 🏎

J’obtiens mon Baccalauréat mention Très Bien et je m’engage en classe préparatoire. C’est toujours au nom de cette passion que je suis ensuite accepté dans une école d’ingénieurs, spécialisée dans l’automobile. A ce moment-là, même si mon rêve n’est pas encore atteint, je suis persuadé d’être dans la bonne direction.

Dès les premiers cours, je comprends que l’automobile classique et les voitures de série ne m’intéressent pas vraiment. Je profite donc de ma dernière année d’école pour réaliser un Master spécialisé dans la compétition automobile, en Angleterre. Le coût total de cette année à l'étranger est élevé, car les frais sont nombreux :

  • Frais d'hébergement
  • Coût de la vie plus élevé en Angleterre qu'en France
  • Frais de scolarité
  • Frais de transport
  • etc..

J'ai alors une idée peu originale pour des étudiants fauchés : je décide de donner des cours particuliers ! 😅

J’ai toujours apprécié aider mes camarades et j’avais déjà donné du soutien à quelques collégiens… mais mon expérience s’arrêtait là. Avec Internet, je réalise que je peux donner des cours depuis n'importe où, et notamment depuis ma petite chambre d'étudiant sur mon campus anglais. 🇬🇧

Mes premiers cours me confirment que j’adore ça et je me lance à fond dans cette activité. Sans vraiment réaliser l’ampleur que cela va prendre..

Autour de moi, je vois des étudiants qui donnent des cours par-ci, par-là. Ce n’est pas ma philosophie… Et ce n’est qu’après 3 ans d’activité, que je prends conscience de l’importance que ça a pris dans ma vie :

  • 1 625 heures de cours particuliers donnés
  • Des pointes à 30 heures par semaine
  • Un remboursement total de mes frais de scolarité, grâce aux cours
  • Des dizaines d'avis positifs laissés par mes élèves ou leurs parents

C’est ainsi que je suis devenu auto-entrepreneur. Mais je ne le savais pas encore.

J’appréciais, sans la nommer, la liberté que j’avais de pouvoir fixer mes prix et mes règles. J’appréciais aussi, et surtout, le retour direct que j’avais sur mes compétences et le challenge que cela représentait. Mon perfectionnisme et ma capacité de travail semblaient pouvoir être récompensés directement.

Cette liberté que je me suis offerte, elle m’a transformé.

C’est ainsi que je suis devenu un auto-entrepreneur, sans m’y attendre. Et je n’étais pas de ceux qui sont esclaves d'Uber ou de Deliveroo.

Le succès était au rendez-vous et je n’étais pas capable de m’en apercevoir de moi-même. C’est mon entourage qui m’en faisait prendre conscience. Moi, je ne réalisais toujours pas l’ampleur que cela allait prendre…

Et si, tout ce qui motivait mes bons résultats scolaires, tout ce qui semblait me faire vivre n’était pas vraiment la compétition automobile ? Et si ma véritable passion s’établissait ailleurs ? Était-il possible d’être passionné par les cours particuliers ? En y réfléchissant bien, je n’étais pas passionné par les cours particuliers, de la même manière que je l'étais par l’automobile. C’était autre chose…

Quel point commun existait-il entre les cours particuliers et la compétition automobile ? A première vue, aucun… Mais en y regardant de plus près j’ai fini par comprendre. 💡 😯

Je partage mon histoire en espérant qu'elle aide un maximum de professeurs particuliers à vivre de leur passion, mais aussi, et surtout, en espérant pouvoir en aider d'autres dans la construction de leurs projets (qu’ils s’ignorent, ou pas) !

Secret 1 : Donner des cours en ligne

Pour moi, cette solution s’imposait. Avec du recul, je recommande vraiment à tous les étudiants qui veulent se lancer dans une activité complémentaire de cours particuliers, d'opter pour les cours en ligne. 🖥

Ils ont plusieurs avantages :

  • Accompagner des élèves partout en France, voire ailleurs :
    J'ai aidé des élèves situés dans une dizaine de pays différents !
  • Donner des cours depuis n'importe où :
    Le gros problème des professeurs particuliers étudiants, c'est qu'ils perdent leur réseau d'élèves quand ils déménagent (dans le cadre d'une année d'échange par exemple). Grâce aux cours en ligne, je peux donner des cours depuis n'importe où. Je connais des professeurs particuliers à temps plein qui enseignent depuis la Thaïlande, depuis la Corse, depuis l'Estonie..
  • Pouvoir aider des élèves en urgence :
    Il est jeudi, 20h30. Antoine, un élève adorable, a un coup de stress. Il a un contrôle demain et ne sait pas comment le préparer efficacement. Puisque je donne des cours en ligne, il lui suffit de m'envoyer un SMS pour planifier un petit cours de 30 minutes en urgence. Si je devais passer 30 minutes dans le métro pour me rendre chez cet élève, cela ne vaudrait pas le coup..
  • Devenir meilleur dans son enseignement :
    Les cours en ligne débloquent des ressources pédagogiques formidables ! Au fil des années, je me suis constitué une quantité de ressources de super qualité. J'ai tout organisé dans un dossier Google drive, avec des sous-dossiers pour chaque élève. Il me suffit de dupliquer un ensemble de ressources quand je prends un nouvel élève, de lui partager.. pour commencer à donner des cours avec 10 fois plus de qualité qu'un professeur à domicile.

Les avantages sont donc nombreux. Est-ce qu'il y a des inconvénients ? Pas vraiment. Je vous assure que la distance n'empêche pas de construire des relations fortes avec les élèves. Ceux-ci sont d'ailleurs paradoxalement plus à l'aise dans un cours en ligne que dans un cours traditionnel. Ils se sentent plus en confiance… Et l’univers du numérique leur parle bien davantage qu’un livre de maths. Pourquoi devrions-nous les contraindre ?

Comment donner des cours en ligne ? Cela demande un peu d'organisation, mais il n'y a clairement pas besoin de payer plusieurs milliers d'euros une agence web pour se créer l'infrastructure nécessaire.

« J’adore aider les élèves. C’est plus fort que moi.  »
Jean contet photo cous particulier

Secret 2 : Utiliser les outils disponibles pour créer son site de cours à distance et trouver des élèves

J'utilise la panoplie suivante pour donner mes cours à distance :

  • Un site Internet développé avec le CMS WordPress qui est gratuit !
  • Un module de paiement pratique avec Paypal
  • Un module de réservation de créneaux avec YouCanBookMe
  • Un système de rappels automatiques avec Google Calendar
  • Un stockage de toutes mes ressources pédagogiques avec Google Drive
  • Différents services de visioconférence : Appear.in, Google Hangouts ou Skype

Il n'y a rien de compliqué dans cette infrastructure. Elle ne réclame pas de compétences techniques particulières. En une journée, c'est plié. Et heureusement, car le vrai challenge est de trouver des élèves ! 💪🏽

C'est d’ailleurs le plus important ! J'ai compris très vite que les élèves ou leurs parents avaient deux options devant eux :

  • Se tourner vers des agences de soutien scolaire comme Acadomia, qui facturent un prix effarant (plus de 1 500 euros à l'année), tout en envoyant des professeurs inconnus.
  • Faire confiance à un professeur particulier indépendant, même si c'est un jeune étudiant sans expérience comme moi à l'époque (et peut-être vous, qui lisez actuellement cet article !)

Sauf qu'Acadomia réalise des publicités dans le métro. Achète des mots clés sur Adwords. Fait entendre ses publicités à la radio et à la télévision.

Je ne pouvais évidemment pas me payer une campagne télé .. 😅

J'ai réalisé, par contre, qu'énormément de parents recherchaient des professeurs particuliers sur Google. Et que le site le mieux référencé sur ces recherches était toujours le même : Le Bon Coin

Découvrir cette réalité du marché, c'est possible pour tout entrepreneur. Il s'agit de faire une étude de la concurrence, et c'est la base du Marketing Digital.

J'ai mis quelques annonces et j'ai commencé à avoir plusieurs contacts d'élèves.

Je me souviens de mon premier appel. Je l'avais géré tout seul. Autant je n’aime pas discuter pour discuter, autant je suis plutôt timide devant les inconnus, mais quand il s’agit de convaincre et de prouver mes compétences pédagogiques, rien ne m’arrête !

Ma copine se lance en même temps que moi et nous nous entraidons. Elle a un profil littéraire, moi scientifique, c’était parfait : on pouvait s'échanger des élèves.

Poussé par l'équipe LiveMentor, J'ai alors décidé d'appuyer sur ce qui marche et d'atteindre un niveau de productivité maximal sur ces "campagnes de communication" d'un nouveau genre :

  • Création de dizaines d'annonces
  • Optimisation des titres
  • Optimisation des descriptions
  • Quelques "hacks" techniques : demandez-moi en commentaires comment j'ai réussi à poster des annonces dans une cinquantaine de villes différentes, l'équipe LiveMentor vous répondra avec plaisir !

Le côté technique était ainsi réglé : ça pouvait sans doute être mieux fait, plus pratique et plus complet, mais croyez-moi, ça n’a finalement que très peu d’importance.

En effet, une fois le parent au téléphone, il restait souvent à lui prouver que les cours par visioconférence peuvent être bien plus efficaces que les cours à domiciles. Ceux qui maîtrisent l’aspect technique et informatique acceptent généralement très vite… Mais pour la grande majorité, c’est une autre histoire.

Et c’est là où ce qui compte vraiment entre en jeu : la philosophie qui guide votre projet.

Secret 3 : Situer la philosophie du projet…

Je pense que derrière tous les grands projets se cache une philosophie. On pourrait croire que pour construire un projet, une idée de génie suffit. C’est une erreur : une idée, c’est instantané. Cela donne peut-être l’impulsion capable de démarrer le projet, mais cela ne le construit certainement pas. Pour que l’idée puisse s’inscrire dans le temps et permettre de changer les choses, il faut, à mon sens, l’intégrer à une façon de voir le monde, la vie, l’éducation, les autres, la mode… 🌍

C’est en tout cas ainsi que je vois les choses : c’est ce qui a animé chacune de mes décisions et je crois que c’est ce qui a fait la différence à de nombreuses reprises.

Quand j'ai commencé à donner des cours en ligne, j'ai remarqué qu'il y avait de la concurrence. Je n'étais pas le seul à donner des cours sur Skype, mais de nombreux professeurs particuliers le faisaient uniquement pour le gain financier, refusant d'aider le moindre élève avant d'avoir reçu un paiement préalable. Voilà un projet qui n’avait pas beaucoup de philosophie…

C’est ainsi que je me suis rendu compte que l’argent, le financement de mes études, n’était peut-être pas la véritable raison derrière le projet. C’était l’idée. La philosophie était ailleurs. Et pour cause !

J'ai décollé en prenant une approche radicalement différente de tous les autres professeurs que je connaissais : j'ai donné beaucoup beaucoup de cours gratuits. C’était plus fort que moi. Un élève prenait contact, il avait besoin d’aide, je l’aidais. Je n’étais plus là pour seulement me faire de l’argent, j’étais là pour changer la vision des élèves au sujet des maths qu’ils détestaient, ou d’un cours de philosophie (ou de tous les cours…) qu’ils ne comprenaient pas. À l'époque, je n’avais pourtant pas beaucoup d’argent. Ma copine me disait que j'étais fou ! 😂

Je l’étais un peu, mais pas trop non plus : j’anticipais. J'étais convaincu que tout ça allait me servir plus tard. Je demandais simplement à chaque élève que j'aidais gratuitement de me laisser une note et un avis honnête sur la plateforme que j'utilisais à l'époque pour donner mes cours. ⭐️

C’est comme ça que j’ai obtenu mes premiers élèves. Beaucoup d’entre eux ont repris contact avec moi par la suite pour prendre des cours payants, me remerciant au passage d’avoir changé leur vision de telle ou telle matière ! Ensuite, le bouche à oreilles a fait son travail grâce à l'addition des dizaines d'avis !

Témoignage élève Jean Contet

J’ai aussi toujours été un élève très complet, j’étais bon partout.

Dans mes cours, je voulais pouvoir apporter une aide la plus complète possible. J’ai donc commencé par donner des cours dans des matières très différentes : maths, physique, chimie, philosophie, anglais ou encore de SVT.

Mais je proposais aussi mon aide sur des conseils d’orientation et sur de la rédaction de CV et lettre de motivation. Résultat : 2 mois après mon démarrage, je comptabilisais déjà une cinquantaine d’heures de cours données !

Un an après mon lancement en tant que professeur particulier indépendant, je dépasse tous les autres professeurs particuliers autour de moi. 💪🏽

Secret 4 : … Et s’y tenir

Le succès était là. J’enchaînais les heures de cours à un rythme affolant, dans toutes les matières, pour toutes les classes. Je voyais des dizaines d’élèves différents et je me prenais de passion pour leurs projets : je découvrais leurs profils, leurs difficultés et je mettais en place un grand plan pour leur permettre d’en sortir. Je voyais que chaque élève était différent et que, pourtant, l’origine des problèmes étaient souvent la même. Mes séances diagnostiques, qui me servaient à comprendre l’élève et les enjeux qui se trouvaient derrière les cours, étaient de plus en plus courtes. J’avais appris à repérer les difficultés en quelques échanges et en retour à chacun de mes emails bilans, les parents me disaient y reconnaître leur enfant. Je développais toutes mes compétences pour me mettre au niveau de l’élève et lui faire comprendre que j’étais là pour l’aider. Le discours s’établissait, la confiance revenait, les notes remontaient, l’ambition revivait et les projets renaissaient.

300 heures de cours en 1 an et que des avis super positifs plus tard, je finis mes études, je rentre d’Angleterre et je me mets à chercher un emploi.

Je pense alors mettre fin à mes activités de prof particulier. Après tout, je n’ai plus besoin d’argent et je dois me consacrer entièrement à ma recherche d’emploi… Mensonge ! 😂

Je me mets à donner plus de cours que jamais.

C’est ainsi que je prends conscience de quelque chose : en fait, j’adore avoir de nouveaux élèves. J’adore cerner les problèmes et proposer des solutions. Dans les cours, je me rendais compte que tout ce qui passionnait vraiment, c’était l’aspect psychologique. Non pas seulement voir un élève comprendre, mais voir un élève évoluer.

Les demandes d’élèves se multipliaient. Je faisais déjà une dizaine d’heures par semaine et j’étais persuadé de ne pas pouvoir en faire davantage. Pourtant, je ne parvenais pas à refuser des élèves : j’entrevois alors un nouveau défi.

Je convertis alors une quarantaine de personnes autour de moi aux cours particuliers en ligne. J'embarque avec moi des camarades de mon école d'ingénieurs, des amis d'amis et on monte une équipe de super-professeurs. 🚀

De cette manière, je peux transmettre mes élèves aux personnes que je forme, en sachant qu'ils recevront bien l'aide dont ils ont besoin. Mais dans le même temps, cette idée me leurrait sur un aspect au sujet duquel je pensais déjà avoir été intransigeant : elle ne me faisait toujours pas gagner de temps, bien au contraire. J’étais maintenant à la tête d’une escouade de profs que je devais gérer, épauler, conseiller. Je leur transmettais mon expérience et les aidais dans leurs contacts avec les élèves. En tout et pour tout, cela devait bien correspondre à deux heures de cours supplémentaires par semaine… non rénumérées cette fois.

Mais le défi me passionnait !

Secret 5 : Aligner son projet sur ce que l’on est

Finalement, mon ancien rêve se réalise : je signe mon CDI dans une entreprise de la compétition automobile an tant qu’aérodynamicien.

Le milieu est réputé pour être chronophage et intransigeant. Et il faut compter au moins 45h par semaine.

Là, c’est sûr. Je ne pourrai pas continuer à donner des cours. Je me rassurais comme je pouvais : ce n’était physiquement plus possible… Il n’y a que 24h dans une journée, il faut bien compter du temps pour manger, suivre les actualités, sortir un peu… Je commence donc à envoyer des emails pour annoncer la nouvelle. Il me parait évident que je ne peux pas arrêter de suivre des élèves au milieu d’une année donc je propose tout de même aux plus fidèles d’entre eux de continuer en soirée.

Vous devinez ce qui s’est passé ! 😜

Encore une fois, les demandes n’ont jamais cessé. Je me suis intéressé à des tas de profils d’élèves que je n’avais encore jamais eus et que je n’ai pas pu refuser de prendre en cours. Je me trouvais toujours une excuse pour leur venir en aide. C’est de cette façon qu’à plusieurs reprises, je me suis vu terminer les cours à 1h du matin pour reprendre mon travail d’ingénieur à 8h le lendemain. Aujourd’hui, je donne plus d’heures que jamais. J’ai même fait mon record le mois dernier. 🎉

Autour de moi c’est la sidération : pourquoi je m’impose ce rythme ? Mon travail d’ingénieur ne me plait pas ?

Non, au contraire. Travailler dans la compétition automobile était un rêve. Mais pas pour les raisons que je croyais. Maintenant, je sais pourquoi l’automobile classique ne m’intéresse pas plus que ça. Il y manque un mot : « compétition ». Ce que j’aime c’est le challenge : la nécessité de se battre pour atteindre le succès. C’est dessiner une voiture pour qu’elle aille plus vite que les autres et remporte les victoires. Ce que j’aime, c’est construire un projet pour le voir s’accomplir, face à des situations défavorables, face à une concurrence rude et mieux armée.

Alors, nous y voici : quel point commun existe t-il entre les cours particuliers et la compétition automobile ?

En tant qu’ingénieur, j’ai un gros projet par an à développer. En tant que professeur particulier, j’ai des dizaines de projets par semaine à faire vivre, à suivre et à transformer. Voilà pourquoi je me plaisais tant à avoir de nouveaux élèves lorsque je ne pouvais déjà plus en prendre. Voilà pourquoi je m’étais pris de passion pour monter une équipe de profs et les encadrer lorsque je n’avais déjà mathématiquement plus de temps à accorder à qui que ce soit.

Finalement, mon gros projet à moi, c’est d’en faire vivre des milliers.

Je disais que derrière tous les grands projets se cache une philosophie. Dans mon cas, cette philosophie c’est celle qui me constitue, celle qui m’anime au quotidien et cela semble finalement être la meilleure façon pour s’assurer de la pérennité et du succès de son projet.

J’étais donc devenu auto-entrepeneur sans m’en rendre compte, mais à présent, je sais pourquoi.

Secret 6 : Se libérer de ce qui existe

J’ai donc fini par comprendre pourquoi je m’obstinais tant à donner des cours. Avec du recul, j’ai même l’impression que tout s’est fait dans cet ordre, pour des raisons bien précises.

Je savais déjà que j’étais un bosseur né. Un perfectionniste inépuisable qui aimait entreprendre et diriger. Cela ponctuait toutes mes activités, Qu’elles soient scolaires ou pas. Mais là, c’était différent : j’entrais dans le monde du travail.

Devenir autoentrepreneur, à ce moment précis, me faisait prendre conscience de tous les atouts que pouvaient représenter de telles qualités. Je n’avais pas besoin de les cantonner à ma vie privée et à mes activités personnelles. Elles allaient me libérer dans ma façon d’aborder le travail.

Là encore, bien au-delà de la technique, c’est la philosophie du projet qui entre en jeu. Je me permets donc d’accentuer sur le rôle qu’a joué LiveMentor et son équipe avec moi. Au-delà de leurs compétences, c’est le fait de les côtoyer, de les suivre, d’échanger et d’évoluer avec eux dans un univers propice à la réflexion, au développement d’idées et où chacun est animé par cette même passion de voir les projets s’accomplir.

Aujourd’hui, mes projets sont innombrables. J’ai les miens, et ceux des autres. Des lycéens, des collégiens, qui jouent leur avenir sans toujours s’en rendre compte. Parce qu’ils n’osent pas parler. Parce qu’ils n’osent pas rêver. Et il en est de même pour les chercheurs d’emplois et tous ces actifs qui ne se plaisent pas dans ce qu’ils font ou qui ont peur de rater l’entretien pour l’emploi de leurs rêves. Pourtant il y a cette ambition en eux qui pourrait révolutionner le monde de demain. 😍

C’est pour cette raison que j’ai construit ma nouvelle méthode de travail. Je me suis finalement rendu compte que ces 1 650 heures de cours n’étaient qu’une période d’observation.

Un projet, cela se teste, cela mûrit et ça évolue. J’ai compris les limites du système actuel et aujourd’hui, je sais comment les dépasser. Je me détache de tout ce qui existe pour pouvoir appliquer ce qui marche vraiment, à un public plus large.

Maintenant, je peux me consacrer à mon projet sans avoir à essayer de me comprendre. Je me suis entouré d’une équipe et, cette fois, c’est ensemble, avec une philosophie comprise et établie que nous venons en aide à nos élèves. Nous assurons un accompagnement total, au-delà de tout ce qui est fait ailleurs. Nous ne donnons plus seulement des cours particuliers car mon expérience m’a montré que les difficultés ont toujours une origine plus profonde. Nous tous ici le savons (et je pense à tous ces entrepreneurs qui quittent leur emploi pour monter leur activité), être meilleur c’est souvent la seule conséquence d’être mieux. 😌

En prenant du recul, ma méthode semble finalement être le précepte de LiveMentor. Nous nous établissons en tout cas sur la même vision : l’avenir, c’est l’entreprenariat. LiveMentor fourni les meilleurs outils aux entrepreneurs d’aujourd’hui, moi j’ai l’ambition de révéler les entrepreneurs de demain.

Parce qu’entreprendre, ce n’est pas seulement donner naissance à une entreprise, c’est aussi devancer l’avenir au nom d’une philosophie en laquelle on croit.

Conclusion

Maintenant, je le sais : je suis devenu auto-entrepreneur sans m’en rendre compte parce qu’au fond je l’ai toujours été. J’avais simplement des passions, comme tout le monde, mais je ne voyais pas encore que ces passions cachaient quelque chose de plus profond.

Elles en cachaient une seule, qui englobait toutes les autres : finalement, ma véritable passion c’est l’Ambition. L’Ambition avec un grand A parce que ce qui me fait vivre c’est tant la mienne que celle des autres. C’est l’ambition qui se retrouve dans tous les combats. Quelle qu’en soit l’issue.

J’ai toujours eu des projets, une capacité de travail hors norme, avec la volonté d’aider et de faire changer les choses… mais j’avais besoin de liberté pour comprendre qu’aucune des limites que je m’imposais ne se justifiait. Dans le monde du travail autant que dans ma vie personnelle, je n’avais pas à étouffer ce que j’étais. Je devais apprendre à l’utiliser pour devenir meilleur.

Il m’a donc fallu essayer, tester, gagner en expérience. Discuter, réfléchir, faire une introspection.

Mener toutes les démarches qui structurent les meilleurs projets. J’y ai découvert les véritables motifs des cours, et la philosophie qui m’a permis d’en faire un succès.

Je suis donc devenu entrepreneur, sans m’y attendre, et c’est bien pour cette raison que je sais aujourd’hui que tout le monde peut le devenir ! ✊🏽

Avec les cours particuliers, les questions d’orientation, les simulations d’entretiens, j’ai côtoyé assez de rêves et d’ambition pour le savoir. Tout ce qu’il faut c’est s’entourer, se comprendre, se projeter, et y croire.

J’ai fini par comprendre pourquoi seul mon entourage parvenait à me faire prendre conscience du succès que représentaient ces 1 650 heures de cours et ces dizaines d’avis positifs. Pour moi, le succès ne se mesurait qu’à une seule et unique chose : à cette Ambition qui devait renaître et perdurer.

J’aimerais conclure en montrant cet email très sympa qu’une maman m’a envoyé récemment :

Commentaire élève Jean Contet

La conclusion a attiré mon regard et je n’ai pas pu m’empêcher de lui répondre : moi non plus, je ne sais pas comment je fais… mais je sais pourquoi.

Aujourd’hui, je suis l’entrepreneur que j’ai toujours été.

Aujourd’hui, je donne beaucoup plus que des cours particuliers.

Je redonne vie à des projets. 🤗

Et si vous voulez me contacter, vous pouvez m'écrire à cette adresse : jean.virtualcoach@gmail.com

SES APPRENTISSAGES CLÉS
  • • À optimiser un canal de communication, quand celui-ci fonctionne !
  • • À sans cesse relever ses objectifs
  • CE QU'IL A AIMÉ
  • • L'accompagnement de l'équipe pédagogique LiveMentor - La communauté !
  • Les inscriptions à la Masterclass Marketing Digital sont ouvertes ! Découvre le programme et inscris toi :)