Logo white 2x
MENU
Comment Laura est Devenue la Freelance Préférée des Avocats
Laura a 25 années d'expérience et des compétences professionnelles variées. Elle a trouvé facilement ses 3 premiers clients en freelance sans se spécialiser. Mais c'est en ciblant les professions libérales, et plus précisément les avocats, qu'elle décolle.
Laura 380x380
En 2016, j'ai fêté mes 50 ans et j'ai réalisé qu'il me restait 15 à 20 ans de vie professionnelle

J'ai plus de 25 ans d'expérience professionnelle à mon actif : juriste, chef de projet web, responsable communication, secrétaire générale... Mes postes ont toujours été très polyvalents ce qui m'a permis d'élargir le spectre de mes compétences mais toujours avec cette passion sous-jacente de la communication sur Internet depuis 1998.

Lorsque la dernière entreprise dans laquelle j'ai travaillé a grandi, et le nombre d'employés avec, j'ai vu mes missions devenir de plus en plus similaires. Je n'avais plus cette grande polyvalence que j'appréciais tant. Mon 4/5ème salarié ne parvenait plus à me combler, j'en ai donc profité pour faire mes premières missions en freelance en parallèle de mon emploi. L'idée de me lancer à temps plein m'excitait beaucoup, et l'envie est devenue plus forte que la peur. 💪


Depuis le 1er juillet 2016, je suis à 100% à mon compte et je n'ai jamais été aussi épanouie dans mon travail. Ma phase de lancement n'est pas encore terminée, puisque ma réputation dans le milieu du droit reste encore à développer, mais aujourd'hui, j'aide déjà 3 clients avocats récurrents dans leur communication, et j'ai une dizaine de prospects plus ou moins avancés.

J'adore me fixer des objectifs :

  • Je pars d'un chiffre d'affaires annuel de 15 000 euros l'an dernier
  • Mon plan initial était d'atteindre le plafond auto-entrepreneur cette année, soit 35 000 euros de chiffre d'affaires
  • Mais sur les deux premiers mois de l'année, mon prévisionnel atteint déjà 70% de cet objectif, je vise donc plus haut maintenant !

Étape 1 : Cultiver son réseau global

Garder le contact avec ses anciens collaborateurs est essentiel. Même si on change totalement de secteur.

C'est grâce à mon réseau que j'ai trouvé mes premiers clients, sans que j'ai besoin de faire la moindre prospection. Mon premier employeur de 1988 m'a rappelé un jour, et m'a demandé de l'aider à sortir son livre sur la place de la langue française dans le monde. Je l'ai accompagné dans sa communication pour le lancement quelques mois plus tard et j'ai refait son site web.


J’ai créé ma structure pour pouvoir le facturer, et je le remercie de m'avoir donné cette impulsion. Beaucoup de freelances démarrent comme ça, grâce à une personne qu'ils connaissent déjà et qui leur propose une première mission. C'est une bonne façon de se lancer, qui ôte un peu la peur de ne trouver aucun client quand on démarre, et qui permet de tester si on veut devenir freelance à temps plein.

Ma deuxième opportunité, c'est le directeur d'un centre de formation du milieu universitaire qui m'a demandé de créer sa newsletter mensuelle. Mon troisième client, c'est un déménageur avec qui j'avais travaillé des années auparavant, qui a souhaité que je reprenne en main son site internet qui avait disparu car un prestataire n’avait pas renouvelé le nom de domaine.

Mes 3 premiers clients sont venus naturellement à moi car j’avais gardé contact. À l'époque, je répondais simplement à leur demande, car j'avais les compétences et j'étais dans leur carnet d'adresses. Je ne m'étais pas encore spécialisée, car la spécialisation doit venir de soi et quand on a un parcours très varié comme le mien, elle est moins évidente à trouver.

Étape 2 : Trouver le client idéal

Un jour, je participe à un meetup d'indépendants et de freelances dont le sujet m'intéresse beaucoup, "Trouver son client idéal". C'est une règle de communication de base de savoir que pour bien transmettre un message, il faut savoir à qui l'on s'adresse.

Dès le début, j'ai l’idée de cibler plus particulièrement les professions libérales - c'est en quelque sorte un héritage familial, puisque mon père était architecte. 😉 À mes yeux, c'est très important car sur le web, les métiers techniques et visuels sont bien représentés, mais ce n'est pas le cas des professions libérales qui n'y sont pas assez présentes ni valorisées.

Pour les professions du droit par exemple, faire un bon site et un plan de communication est déjà compliqué car pour beaucoup de personnes, le droit a un côté rébarbatif. Mon ambition est de permettre aux sites d’être plus incarnés autour des professionnels qui exercent leur métier en libéral - autant sur le fond que sur la forme.

Maintenant que j'avais trouvé ma cible prioritaire, il me fallait aller à la rencontre de cette clientèle potentielle.

Étape 3 : Une bonne prise de contact

J'avais déjà une vision globale des stratégies de communication des entreprises, ce qui m'a permis de trouver le bon argument pour me rapprocher de mon client idéal : à une réunion de réseau d'affaires, je termine ma présentation personnelle d'une minute en disant “Je fais une étude de marché pour les avocats, je propose un audit gratuit de leur site web à ceux qui voudront bien m'aider". Dès la fin de cette réunion, j'ai mon premier contact avec un avocat intéressé.

Je fais l’audit en question pour son cabinet de 20 collaborateurs.

« Le jour de la présentation de l'audit, le rendez-vous, prévu pour durer 1 heure, dure en fait 3 heures - l'associée qui me reçoit avec un collaborateur décide même d'annuler un rendez-vous pour poursuivre nos échanges ! »
15267734 1245724952161875 440553508467983021 n

C'est un échange extrêmement riche, pour eux comme pour moi. Ils me proposent dans la foulée de leur faire une proposition pour la refonte totale de leur site. ⚡️

Je me rapproche alors de graphistes web en freelance en vue d'un partenariat. De mon côté, je m'occupe du cahier des charges, de tester le site pour optimiser l'expérience utilisateur, de l'entretien du site, de la newsletter et des relais sur les réseaux sociaux.

Obtenir directement des missions de cette envergure est assez rare, surtout quand on est à son compte depuis seulement quelques mois. Par contre, rien n’empêche de démarrer avec une petite prestation, le temps d'instaurer une relation de confiance, pour plus tard avoir des opportunités plus importantes avec ce même client.

Avec ma stratégie de prise de contact, en proposant un audit gratuit, j'ai été proactive dans l'élaboration de cette opportunité.

Étape 4 : Définir sa niche

En France, ce n'est que depuis 2014 que les avocats ont le droit de faire de la publicité pour leur activité. Avant ça, seul le bouche-à-oreille comptait. Il y a manifestement un grand retard dans le domaine, et j'ai réalisé que mon passé juridique combiné à ma passion pour la communication digitale pouvait faire la différence.

Pendant des semaines, je me documente en ligne et je participe à tous les événements professionnels que je trouve pour comprendre les tendances de communication chez les avocats et plus globalement dans le domaine du droit.

À la première édition du salon LegalTech (Technologie du droit) en France, j'assiste à plusieurs pitchs de startups qui révolutionnent le paysage du droit de demain : prestations juridiques en ligne, justice prédictive, mise en relation simplifiée clients/avocats...


Ces méthodes viennent bousculer la profession, qui doit évoluer pour ne pas se retrouver dépassée par ces nouveaux acteurs. Pour beaucoup d'avocats, l'innovation et la communication n'ont jamais été leur domaine, ils ont donc des lacunes voire zéro connaissance de la communication sur Internet. Pour les convaincre qu'il faut franchir ce cap, qu'il faut y aller, j'utilise mes techniques d'évangélisation rodées grâce à mon passé de syndicaliste patronale 😁

Les résultats sont extrêmement encourageants !

Conclusion

Aujourd'hui, j'aide des avocats à optimiser leur site et investir les réseaux sociaux, pour prendre leur place sur internet, mais aussi, pour augmenter leur visibilité, je crée du contenu régulier qui traite de l'actualité de la profession (articles ou newsletters). Je fais du conseil en stratégie éditoriale et je m'occupe du relais sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Facebook.

Mon activité est liée à la communication sous toutes ses formes, ce qui me passionne. J'ai retrouvé l'aspect polyvalent de mes missions qui me plaisait tant lorsque j'étais salariée. La différence maintenant, c'est que je choisis mes missions, et les clients que j'accompagne au sein des professions du droit.

SES APPRENTISSAGES CLÉS
  • • Optimiser sa gestion des réseaux sociaux
  • • Améliorer son référencement naturel
  • • Utiliser les pubs Facebook pour plus de visibilité
  • CE QU'ELLE A AIMÉ
  • • Le groupe Facebook pour l’entraide entre élèves
  • • Les conseils sans langue de bois du mentor
  • • Les cas pratiques qui aident à progresser
  • Les inscriptions à la Masterclass Marketing Digital sont ouvertes ! Découvre le programme et inscris toi :)