Logo white 2x
Comment Stéphanie Séré-Annichini a obtenu un article d'une double page, dans un magazine distribué à plus de 60 000 personnes !
Après une carrière de plus de 15 ans en Conseil, Stéphanie a sauté le pas et lancé son projet d'accompagnement informatique à domicile. Elle a déjà obtenu plusieurs parutions dans la presse, dont une double page dans le journal de son arrondissement !
Photo ste%cc%81phanie
Conjuguer mes 4 passions dans un projet : la famille, la formation, l’inclusion numérique et le lien inter-générationnel

Je m'appelle Stéphanie et j'ai lancé Kocoya, un service d'accompagnement informatique inter-générationnel.

Mon histoire commence à Londres. 🇬🇧

On est en 2012 et je décide, avec beaucoup d’enthousiasme de suivre mon mari avec mes deux enfants dans cette ville.

Après avoir travaillé 15 ans dans le Conseil, un métier dans lequel j’ai l’opportunité de travailler sur de la formation, des ressources humaines et de la gestion du changement, je décide de m’inscrire à la Fac de Psychologie.

Les sujets comme la psychologie et la formation m’attirent depuis toujours. Lors de mes études, j’avais par exemple fait un DEA de sociologie sur la communication interculturelle entre la France et l’Iran, une de mes origines, en plus de mon école de commerce. 🙊

La Fac de psycho me permet de travailler sur les fondements modernes de la psychologie et tous les sujets qui m’intéressent : le développement de l’enfant, l’éducation, la formation et la famille.

L’Angleterre me permet également de découvrir “la discipline positive”. Allier bienveillance et exigence, dans l’éducation de ses enfants, quel programme !

Je passe 3 belles années de ma vie à Londres, avec une kyrielle d’idées en tête pour me lancer dans la création d’une entreprise.

À mon retour en France, je me sens prête : c’est le bon moment pour me lancer !

En réalisant une étude, je me rends compte que le marché du coaching familial n’est pas du tout mature. C’est ma première idée ! Au fur et à mesure de mes échanges avec les parents, je me rends compte qu’il y a un vrai problème lié à l’introduction des nouvelles technologies dans la cellule familiale.

Les parents expriment une certaine inquiétude à l’idée de laisser leur enfant naviguer tout seul sur Internet, les réseaux sociaux ainsi que de les voir jouer des heures aux jeux vidéo.

Nous sommes en mai 2016 et je décide alors de créer un Think Tank, Kocoya Think Lab, organisé autour d’un comité d’expert : des psychologues, des philosophes, des parents, des journalistes, etc.

Ils échangent leurs regards sur des sujets intéressants tels que le temps devant les écrans, l’info et l’intox sur internet, etc.

L’idée est de créer un laboratoire d’idées innovantes sur les sujets de l’éducation numérique.

Toujours en ayant à cœur l’intérêt des familles, j’identifie un autre énorme besoin : les difficultés liées à l’utilisation des nouvelles technologies dans les foyers.

Disons-le clairement, aujourd’hui, si on ne maîtrise pas notre ordinateur, on est clairement pénalisé. 😓

Face à cette problématique je prends conscience d’un nouveau besoin !

En février 2017, je crée Kocoya, une plate-forme de mise en relation entre des jeunes étudiants compétents en informatique et des personnes, plutôt des seniors, qui cherchent de l’aide sur les sujets numérique.

Le concept correspond exactement à mes valeurs : d’un côté, participer à l’inclusion numérique et de l’autre, créer du lien social intergénérationnel.

Étape 1 : Trouver ses premiers clients

Au départ c’est compliqué … je trouve mes premiers clients grâce au bouche à oreille, dans mon premier cercle d’amis et de connaissances.

Seulement, ça reste assez faible.. Alors je décide de m’inscrire à des concours pour promouvoir la start-up ! 🚀

Notre concept convainc et, fin septembre, Kocoya remporte le premier prix au concours talents BGE, Ile de France, catégorie « service ». À ce moment, nous avons une équipe de 50 Kocoya Trainers qui interviennent dans toute l’Ile de France.

Suite au concours, nous participons à une accélération de 4 jours à Poitiers, lors des Rencontres Nationales du Numérique. Et cerise sur le gâteau, on a même l’opportunité de faire un pitch devant Fleur Pellerin, ainsi que 250 personnes du secteur de l’Edtech ! 😱

En parallèle, les conférences que j’organise pour le ThinkLab, me permettent d’élargir ma base de contacts.

Au début, je récolte les adresses mail manuellement, à l’entrée des conférences. Nous utilisons maintenant la plateforme Eventribe, qui est parfaite pour organiser mes évènements et augmenter ma base de contacts qualifiés.

La première conférence me permet de rassembler une vingtaine de personnes, ce qui me semble être un bon début.

A partir de là, je veux vraiment promouvoir mon action et une idée me trotte dans la tête : créer un partenariat avec la Mairie de mon arrondissement.

Ce que je réussis avec l’aide d’un super trailer vidéo du Thinklab de la première conférence ! Elle permet d’installer un climat de confiance et je gagne la possibilité de faire une deuxième conférence dans la Mairie, sur le sujet : « Info ou Intox comment aider nos enfants à démêler le vrai du faux sur internet ».

On met en place une grosse communication dans tout mon arrondissement pour promouvoir l’événement.

Mais quelques jours avant le début de la conférence, je me rends compte qu’on a pas assez de monde... Alors un jour, je décide d’affronter la pluie parisienne en faisant le tour des écoles du quartier pour proposer aux directeurs d’écoles de mettre les flyers dans les cartables des enfants. J’étais sûre que les parents allaient les lire le soir ! 😂

Au final, on arrive à faire venir environ 60 personnes à la conférence. C’est 3 fois plus que la première, je suis super contente et la Mairie aussi ! 💪

Depuis, je continue d’organiser d’autres conférences pour des parents d’élèves et des ateliers pour les enfants dans les écoles.

La machine de l’éducation numérique est lancée !

« Les journalistes sont débordés, ils aiment le storytelling et veulent quelque chose de déjà prêt ! »
Ste%cc%81phanie se%cc%81re%cc%81 ordi

Étape 2 : Obtenir un article dans la presse

Nous sommes en septembre. J’ai réussi à obtenir mes premiers clients, ma nouvelle priorité est maintenant, de me faire connaître pour développer mon activité.

Les personnes âgées avec la volonté de maîtriser les outils numériques constituent mon cœur de cible et mon persona principal.

Vivant dans mon arrondissement depuis 15 ans, je décide de commencer par cibler les personnes de mon quartier pour mes actions de communication. Et plus particulièrement le Journal de mon quartier, distribué gratuitement dans les boîtes aux lettres, à plus de 60 000 exemplaires ! 😳

Je me dis que l’idéal, serait d’avoir un article dans ce magazine pour parler de mon projet …

L’épopée commence en novembre 2016, lors de la conférence organisée avec la Mairie, dont je vous ai parlé un peu plus haut. Ils m’avaient justement évoqué la possibilité d’écrire un article dans leur magazine, d’ici quelques mois.

Je les rappelle, un an plus tard, en septembre 2017, en leur demandant si leur proposition est toujours d’actualité. Ils me répondent que tout a changé avec les élections et que ça va être compliqué... Ils me proposent de les rappeler l’année prochaine, en 2018 !

À ce moment, j’avoue être un peu déçue… Je comptais pas mal sur cet article pour me faire connaître. 😔

Mais je ne baisse pas les bras et décide de rédiger une Newsletter à destination des gens qui étaient venus à la conférence organisée il y a un an. Cette Newsletter retrace l’histoire de Kocoya et ses succès. Tout cela, sans oublier que ma base mail contient justement plusieurs personnes de la Mairie en question ! 😏

J’écris :

La conférence, c’était il y a presque un an !

Depuis, on a continué à animer des ateliers dans les écoles, etc.[…]

Mais nous avons trouvé que ce n’était pas suffisant.

Aujourd’hui, nous souhaitons aller plus loin. C’est pour cela que nous avons lancé Kocoya !

Voici ce que l’on fait […] n’hésitez pas à aller sur notre site.”

Miracle, je reçois un mail dans les 72 heures d’une personne qui m’ouvre les portes de la mairie de mon arrondissement ! Et de fil en aiguille, j’obtiens un accord pour publier mon article dans le magazine. 🙆

J’ai vu que, dans les exemplaires précédents, il y avait des articles sur 2 pages, façon « Portrait d’entrepreneur ». Je pense pouvoir rentrer dans cette catégorie. Je leur propose alors un article de ce type façon, storytelling d’une maman du quartier pour l’édition de décembre.

En plus, je suis en train de préparer des cartes cadeaux pour Noël : c’est l’occasion idéale pour en parler !

Entre temps, je suis un Live de la formation Marketing Digital avec Alex, qui parle justement des relations presse !

3 éléments marquent mon esprit :

  • les journalistes sont débordés
  • ils aiment le storytelling
  • ils veulent quelque chose de tout packagé

J’applique directement ses conseils et je construis l’article avec l’aide de Manon, mentor et assistante pédagogique chez LiveMentor, en veillant à bien adapter notre discours à la tonalité du magazine.

Une fois rédigé, j’envoie l’article à la Mairie. Une journaliste m’appelle dans la foulée. Nous retravaillons les derniers détails de l’article ensemble et nous voilà parties pour la publication !

Finalement, à ma plus grande surprise j’obtiens une présence en 1ère de couverture, en page 3 ainsi qu’une double page un peu plus loin... Et tout ça dans le numéro de décembre ! Je ne pouvais pas rêver mieux ! 😻 😻

L’article ne représente que du bonus ! Il est gratuit et m’offre de superbes retombés : en moyenne 2 à 4 nouveaux clients par jour !


Stéphanie Kocoya Une le journal du 16

Stéphanie Kocoya double page journal du 16

Étape 3 : Faire une apparition à la télé !

Suite à un heureux hasard, je viens à discuter de Kocoya et de reverse mentoring, à savoir le fait que des jeunes apprennent à des personnes plus âgées, avec un journaliste de la chaîne C8.

Ça tombe bien, le journaliste veut justement faire un reportage sur le sujet du reverse mentoring !

Une nouvelle fois, j’applique directement ce que j’apprends dans les cours LiveMentor. Je garde en tête que le journaliste n’a pas beaucoup de temps à sa disposition et qu’il lui faut déjà quelque chose de prêt. C’est exactement ce que je fais : j’organise une session de reverse mentoring et je lui envoie une proposition de reportage avec les bons intervenants. Il adore !

Une fois le tournage terminé, je lui renvoie un petit mail pour rappeler les idées que je souhaite transmettre pour aider le monteur qui n’était pas là pendant le tournage.

Ce qu’il faut retenir quand on veut faire des relations presse, c’est vraiment que le journaliste n’a pas beaucoup de temps. Il faut lui apporter un maximum de valeur en amont et avancer au plus le travail. 😊

Conclusion

Aujourd’hui, nous avons plus d’une centaine de clients. Avec une communication qui en est à ses débuts et qui doit encore être travaillée !

On se rend compte que les réseaux sociaux et la publicité ne fonctionnent pas du tout avec notre cible. En revanche, ce qui marche, c’est :

• Le bouche à oreille

• La presse papier de proximité

• Le référencement naturel

• Le storytelling

Mon principal enjeu, c’est d'arriver à raconter une belle histoire et de créer de la confiance avec les personnes que Kocoya accompagne. 😻

J’ai déjà plein d’idée d’actions que je souhaite mettre en place !

Pour continuer à grandir, l’un de mes défis importants, est de réussir à optimiser mes processus pour gagner en efficacité et améliorer mon business model. J’aimerais faire la transition d’un modèle de prestations à la carte, vers un modèle d’abonnement et de packs.

Pour terminer, j’aimerais insister sur deux points qui me paraissent super importants et qui m’ont été transmis par Alex, Directeur de l’école LiveMentor :

• Lorsque l’on monte un projet ou une entreprise, au début, ce n’est pas un produit ou un service que l’on essaie de vendre, mais soi-même. Il ne faut pas hésiter à mettre en avant l’histoire personnelle du créateur. C’est même capital !

• Enfin, quand on veut se faire publier dans la presse, il faut rester en phase avec les sujets d’actualité et utiliser le même vocabulaire que les médias. Ils adorent ça ! 🤗

Enfin je remercie toute l’équipe LiveMentor pour cette formation. Les conseils d’Alex lors des lives m’ont beaucoup servi et la communauté sur Facebook représente un réel réseau d’entraide ! 💕

Les inscriptions à la Masterclass Débuter et Réussir en Freelance sont ouvertes ! Découvre le programme et inscris toi :)