Logo white 2x
MENU
Yéza Lucas : quitter la voie toute tracée pour devenir consultante en communication indépendante
Yéza était destinée à travailler dans l'administration publique : son parcours professionnel était écrit à l'avance. Mais son plan ne s'est pas déroulé comme prévu. Et c'est tant mieux ! Aujourd'hui, son objectif est de devenir une référence en communication digitale dans le milieu de l'économie sociale et solidaire.
23002 0003 o 1512928789 1 380x380
Changer radicalement de voie pour faire enfin ce qui me passionne !

Je m’appelle Yéza, j’ai 27 ans, et après avoir été orientée pour intégrer la fonction publique, je me retrouve aujourd’hui consultante en communication digitale à mon compte.

J'ai grandi à Bordeaux, mes parents sont fonctionnaires (profs) et m'encouragent à suivre cette voie royale qu'est, à leurs yeux, la fonction publique. Au lycée, je me fais déjà une idée précise de ce que je veux faire : Sciences Po, pour ensuite passer les concours de l’administration publique.

La voie est tracée ! Enfin, c'est ce que je pense ..

Evidemment, les choses ne se passent pas comme prévues. 😅

Après une année de prépa Hypokhâgne, j’intègre une licence en science politique à l’Université Lyon 2

L’avantage, c’est que cette université m'offre la possibilité de partir à l’étranger dès ma troisième année de licence et je m'envole faire mon échange sous le soleil de la Californie ! 🌴 ☀️

A mon retour en France, j’enchaîne avec un Master 1 puis un Master 2 spécialisés dans les collectivités locales et le développement durable.

Je décide de refaire une classe Prépa, poussée par mes parents, pour préparer le concours IRA - Institutions Régionales d’Administration, qui forme les directeurs de structures publiques.

Le plan déraille

Je prépare le concours et là ... prise de conscience.

Je réalise que cette vie ne me fait pas du tout rêver. Quelque part, par chance (ou par signe du destin ?), je rate le concours !

Je commence alors à m’écouter et me mets à la recherche d'un travail.

Je trouve un poste de chargée de mission en développement durable dans une mairie, près de Lyon. C'est un service civique, mais ça me permet de voir ce qu'est réellement le travail en collectivité.

J'en retire une grande leçon : je ne veux absolument pas travailler dans ce milieu !

Je me rends compte que :

  • Tout est très politique
  • On ne peut pas développer sa créativité
  • La lourdeur administrative est pesante et la prise d’initiative n’est pas encouragée
  • La culture du présentéisme fait que les employés sont sans cesse surveillés

Bref, je ne suis pas épanouie.

On repart !

Je reprends donc mes recherches d’emploi et m'efforce d'élargir mon réseau sur Lyon.

Je trouve rapidement un job de consultante en mobilité durable, pour une mission ... à Aix en Provence ! Mon objectif est de sensibiliser les habitants à utiliser moins leur voiture et davantage les moyens de transport alternatifs. Je suis sur le terrain, autonome et on me fait confiance ! 💪🏽

J'adore l'expérience ! Mais malheureusement elle n'est pas renouvelée ...

Après une nouvelle période de recherche d'emploi, je finis par monter à Paris pour un poste de chargée de communication et événementiel, dans une association en développement durable qui travaille avec des collectivités.

J’y apprends beaucoup, mais toujours le même problème : trop peu de liberté d'action... 😩

On me demande d’être créative, mais le cadre est beaucoup trop restreint ! Je suis coincée dans une routine avec des horaires de bureau...

J'ai envie de changer radicalement d’univers professionnel.

En parallèle, je commence à chercher du travail en startup et je m'inscris à la formation initiale "Débuter et Réussir en Freelance" de LiveMentor. La formation d’introduction me plaît et je décide de suivre le programme de formation avancée pour profiter de l'accompagnement sur mon projet !

Un jour, pendant un live, Charles (fondateur de LiveMentor et mentor de la formation freelance) me dit une phrase qui me revient encore aujourd'hui : “Qu’est-ce que tu attends pour te lancer ? Vas-y, fais-le !"

Cela peut paraître banal, mais ce conseil me donne le coup de boost dont j'ai besoin. Je me rends compte que c’est vraiment ce que je veux ! 💪🏽

« Qu’est-ce que tu attends pour te lancer ? Vas-y, fais-le ! »
Photo yeza te%cc%81le%cc%81phone

Quelques mois plus tard, je quitte mon travail et crée mon statut d’auto entrepreneur dans la foulée. 😤

Pour mettre toutes les chances de mon côté, et parce que je souffre du syndrome de l’imposteur, je m’inscris aussi à la formation Marketing Digital. A ce moment là, je pense qu’il faut que je sache tout, que je sois experte dans tous les sujets et que je me forme à tous les outils et logiciels possibles. Aujourd’hui, avec du recul, je me rends compte que chacun a son métier. Le mien, c’est le Community Management et la stratégie de communication. Je ne suis ni graphiste, ni webdesigner !


Etape 1 : Devenir quelqu’un sur Internet

Comme 90% des freelances, mes débuts sont compliqués : par exemple, je travaille gratuitement pour des personnes qui me disent “je te paierai quand je le pourrai” ou “je n’ai pas d’argent pour l’instant, mais j’ai plein de contacts dont tu pourras profiter”.

Je ne pense pas avoir de véritables missions avant au moins 6 mois d’activité, le temps de me faire un nom et un réseau.

Pourtant, le vent tourne en ma faveur et cela arrive plus vite que prévu. Dès le début, je veille à être visible en ligne. Selon moi, c'est décisif. Je crée mon blog sur l’économie sociale et solidaire avant même de commencer mon activité d’indépendante. Mes articles couvrent des sujets divers :

  • Des témoignages personnels sur mon expérience de l’entrepreneuriat
  • Des interviews d’entrepreneurs sociaux
  • Des conseils dans mon domaine d’expertise : la communication digitale

Dans ma newsletter mensuelle, je propose une veille globale dans un format très structuré, facile à consulter, pour une audience qualifiée. On y trouve :

  • Les articles de mon blog
  • Un état des lieux de l’actualité de mon secteur d’activité
  • Un agenda des événements en rapport avec mon domaine d’activité (essentiellement sur Paris et Lyon)
  • Un zoom sur un lieu particulier de l’économie sociale et solidaire
  • Une mise en avant d’un compte Twitter, toujours en rapport avec l’ESS et le développement durable

Pour ne pas m’y perdre, je respecte un planning éditorial que je programme sur Trello. Comme ça, je peux facilement m’organiser sans me laisser déborder. 📆

Je décide également de réactiver mes réseaux sociaux de manière plus professionnelle. Mes profils Instagram, Twitter, Facebook et LinkedIn jouent tous un rôle bien spécifique, puisque chacun est adapté à une audience :

  • Adieu les photos de mes assiettes sur Instagram, aujourd’hui je montre les coulisses de ma vie d’entrepreneuse 🙋🏽
  • Twitter me permet d’approcher facilement les professionnels de mon domaine et de montrer que j’existe. C’est la meilleure vitrine pour ma visibilité
  • LinkedIn me sert de plateforme pour publier mes articles, et de suivre l’actualité de mon secteur d’activité. Pour moi, c'est un Facebook professionnel. Mon profil montre une vie professionnelle “parfaite” tout comme Facebook montre une vie personnelle “géniale”. Mon travail de veille y est visible de tous
  • Je mets mon vrai nom sur Facebook, ce qui change pas mal de choses. Depuis peu, Facebook nous permet de créer une page à partir d’un profil. C’est ce que je fais, avec maintenant plus de 500 likes sur ma page. J’en profite au passage pour créer, avec un autre élève de LiveMentor, une communauté de freelances ESS, qui grandit vite, et qui me rapporte déjà des clients !

Etape 2 : Se créer des opportunités

Un jour, j’écris un article sur comment j’ai transformé ma période de chômage en une expérience constructive. Je l'envoie à Maddyness, un média de référence pour les entrepreneurs,en message privé sur leur page Facebook, en espérant qu'il soit publié.

Quelques heures plus tard, je reçois un email de la directrice de publication : elle me demande de faire quelques petites modifications, de parler plus de moi et moins de la situation dramatique du chômage chez les jeunes en France. L’article est publié la semaine d’après. 🎉

Cette opportunité m’apporte une visibilité énorme ! Partagé plus de 300 fois, il me permet d’être retrouvée facilement sur Google, via des mots clefs liés à l’économie sociale et solidaire.

On tape mon nom et on tombe sur cet article. Il y a pire comme première impression !

Cette opération ne me coûte rien, mais booste ma visibilité en ligne. Je compte clairement réitérer ce genre de collaboration, avec Maddyness, mais aussi d’autres journaux qui ont une bonne audience et un bon référencement. C’est également ce que je fais avec Le journal du Community Manager, Findeur, ConsoGlobe et WorkUp, chez qui de nouveaux articles devraient être publiés. Le Graal, ce serait d'apparaître dans les Echos Start !

Etape 3 : La force du réseau

Il ne faut pas sous-estimer la force du réseau, surtout lorsque l’on est indépendant. C’est essentiel !

J'utilise par exemple l’application Shapr, pour rencontrer d'autres professionnels. Cela me permet notamment de rencontrer une cliente très importante. Une directrice d’agence de communication débordée, avec une sensibilité pour le développement durable, qui cherche à mieux se positionner dans ce secteur.

Une semaine après nos premiers échanges, je la rencontre dans ses locaux, avec une autre coworker. Le rendez-vous que je pensais être informel, est en fait une longue présentation d’un gros projet.

En sortant du rendez-vous, j'ai le bon reflex de l’ajouter sur mes réseaux sociaux. De cette façon, elle me peut me suivre et voir de quoi je suis capable.

Elle me recontacte quelques mois plus tard pour me proposer une mission super intéressante ! 🤗

L’idée, est de reprendre toute la stratégie des réseaux sociaux de l’agence, renforcer le marketing de contenu et en parallèle, d’organiser un gros projet événementiel. Je lui envoie une proposition commerciale très carrée, en listant exactement ce que je préconise, avec un prix de 3 000 euros pour 8 jours de travail par mois. Elle accepte mon devis rapidement et nous voilà parties pour une belle mission !

Pour l’instant, ma situation est assez confortable puisque je travaille à distance, et que j’ai ce revenu fixe pour quelques mois, ainsi que d’autres missions en parallèle. J’arrive à me coordonner avec le reste de l’équipe grâce à Trello, que j’utilise avec tous mes clients : on a un document commun, chacun voit tout ce que je fais et je veille à être la plus transparente possible.

Cette mission, je l’ai décrochée grâce à deux choses :

  1. Mon travail de réseau : avec Shapr ou Meetup, je fais l’effort constant de rencontrer des gens dans mon domaine, pour cultiver mon réseau et développer le bouche à oreille. Je ne refuse jamais un café !
  2. Mon travail de marque personnelle : je me rends visible et montre ce dont je suis capable, ce qui attire naturellement de nouveaux clients

Etape 4 : Prendre confiance et oser former les autres

LiveMentor m’aide à prendre conscience de ma valeur et m'apprend à me vendre.

Je mets en application les conseils de la formation et j'en fait profiter mon entourage au maximum. Je commence par coacher des amis qui ont des difficultés à se mettre en avant. Je fais ça gratuitement, bien sûr, mais je réalise qu’il y a sûrement d’autres entrepreneurs avec ces mêmes besoins.

J’ai donc l’idée de créer mon offre de formations en personal branding et en storytelling. J'obtiens ma première cliente grâce au groupe Facebook que j’ai co-crée et dont je vous ai parlé un peu plus haut. 😄

Cette confiance, si elle n’est pas innée, on peut l’acquérir avec de la méthode. Il y a des réfractaires, avec de vrais verrous psychologiques qui les empêchent de se mettre en avant. Avec eux, j’entame un travail progressif, sur leur site internet et sur la cohérence de leur discours. J’essaye de leur faire comprendre qu’il faut se mettre à la place du client. Je leur explique, par exemple, qu'il est important de voir une photo de la personne avec qui on discute.

Cela peut paraître anodin, mais le simple fait de se mettre en avant fait toute la différence : parler de soi, de ce qu’on aime, etc. Bref, montrer un humain derrière un projet ou une entreprise pour parler à sa communauté. 😍

Conclusion

Je suis une éternelle insatisfaite, mais quand je me pose un instant pour regarder ce que j’ai appris, je ne vois que du positif : c’est rassurant de prendre conscience qu’on avance. 😌

Voici certains points que j’ai déjà rayé de ma liste :

  • Me former sur la Stratégie Inbound marketing
  • M’inspirer d’autres entrepreneurs
  • Gérer l’administratif lié à l’entrepreneuriat
  • Affronter Pôle Emploi

Le chemin est encore long, mais quand je vois ce que j’ai déjà accompli, je sais que ce n’est pas hors de mes capacités !

Je veux continuer à développer ma visibilité le plus possible afin de devenir une personne incontournable de la communication digitale dans mon domaine, l'ESS. La prochaine étape serait d’intervenir lors d’événements et de conférences spécialisés. Et pourquoi pas, un jour, devenir speakerine pour une conférence TEDx ! 🎙

SES APPRENTISSAGES CLÉS
  • • Me faire respecter en tant que freelance, grâce à l'apprentissage de la gestion de la relation client
  • • Développer ma confiance en moi, en travaillant mon personal branding
  • CE QU'ELLE A AIMÉ
  • • La communauté d'élèves, une véritable ressource
  • • L'implication des mentors !
  • Les inscriptions à la Masterclass Débuter et Réussir en Freelance sont ouvertes ! Découvre le programme et inscris toi :)