Lauryne M.

Lauryne M.

Pas Encore D'avis

Free session Premier Cours Gratuit

Présentation

Etudiante vétérinaire - cours de sciences collège-lycée

Bonjour, je suis une étudiante vétérinaire en troisième année à Maisons-Alfort.

Intéressée par les sciences et passionnée par la biologie depuis très longtemps, j'ai envie de partager ces goûts par le biais des cours particuliers. J'ai un profil assez polyvalent, ayant du goût à la fois pour des matières purement "scientifiques" comme les mathématiques et la physique-chimie et pour des matières littéraires, notamment la philosophie, ainsi que pour quelques matières considérées comme "mixtes", comme la biologie-géologie.

C'est ainsi que j'ai obtenu 16 en français-philosophie, 14 en géologie et 16 en biologie au concours ENS - biologie mais aussi 20 et 15.5 (écrit) et 19.5 (oral) en biologie au concours Agro-Véto après une classe préparatoire BCPST.

C'est également grâce à cette classe que j'ai acquis le goût des mathématiques et des méthodes de travail rigoureuses, qui encore aujourd'hui me sont très utiles. J'y ai aussi perfectionné ma méthodologie de la dissertation, littéraire et scientifique.

Après avoir hésité avec l'enseignement, j'ai choisi de m'orienter vers le métier de vétérinaire par amour pour les sciences, les animaux et la médecine, mais aussi parce que j'aime partager mes connaissances, expliquer, et sentir que je suis utile à la personne en face de moi. C'est pourquoi, quand j'ai commencé à donner régulièrement des cours en première année d'école vétérinaire, j'y ai immédiatement pris goût : dans cette activité, je retrouve beaucoup de ce qui m'a mené vers ce métier.

L'année dernière, j'ai travaillé régulièrement (1 à 2h/semaine) avec trois élèves dont deux en mathématiques et un en physique-chimie, du niveau collège au niveau seconde. J'ai travaillé cette année avec trois élèves de seconde en mathématiques, physique-chimie et svt ainsi qu'avec une élève de première S. Les objectifs de mes élèves étaient très variés : certains souhaitaient passer dans une classe de leur choix et devaient y adapter leurs notes, d'autres avaient besoin d'un soutien régulier dans leur travail et l'un cherchait surtout des méthodes de travail et un appui pour reprendre confiance en ses capacités.

J'ai été très heureuse quand l'un de ces élèves m'a annoncé que, puisque ses résultats s'étaient grandement améliorés et qu'il se sentait capable de travailler tout seul désormais, il n'aurait plus besoin d'un coaching hebdomadaire : c'est pour cela que je m'investis auprès de mes élèves ! Pour qu'ils prennent conscience de leurs capacités et se fabriquent une boîte à outils sous forme de méthodes de travail, de rédaction, d'apprentissage...quelque chose qui pourra leur servir dans d'autres matières, d'autres domaines ou d'autres études.

Je suis disponible tous les jours, et très flexible dans mes horaires.

Le contenu de mes cours dépend de mon élève : je propose toujours un premier cours sous forme de diagnostic, qui dure une petite demi-heure, après une prise de contact par téléphone ou via la messagerie du site. Il me permet de cerner les difficultés particulières de mon élève ainsi que ce que lui en pense. Je considère en effet que la confiance en soi et la connaissance de ses capacités et de ses limites aide considérablement les étudiants, en leur offrant des objectifs de progression et en leur permettant de trouver puis de peaufiner leur façon de faire, celle qui sera la plus efficace et donc la plus motivante pour eux.

Après ce premier cours, je définis avec l'élève des objectifs, un rythme de cours et un planning succinct, adaptable à chacun. Dans la mesure du possible, j'adresse aux parents des comptes-rendus par mail réguliers.

J'accorde beaucoup d'importance à la confiance et la cohérence et c'est pourquoi je m'assure que mes élèves savent ce que j'attends d'eux, notamment en termes de travail entre les cours ; en échange, je mets un point d'honneur à me montrer la plus disponible possible et à préparer au mieux mes cours pour qu'ils soient profitables et efficaces. Je laisse toujours un numéro de téléphone à mes élèves, afin qu'ils puissent me contacter, soit pour convenir d'un cours, soit pour une question rapide ou un doute soudain.

Mon parcours scolaire :

2013-2016 : Première, deuxième puis troisième année à l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort.

2013 : Admise au concours Agro-Véto en 2013, classée 316 sur 890 admissibles au concours A-BCPST-Véto .

2013 : Admissible aux concours ENS (biologie) et Agro-Véto en 2013, classée 146 sur 1983 candidats au concours A-BCPST-Véto.

2011-2013 : Classe préparatoire aux grandes écoles en BCPST ("maths Sup' Bio") à Janson-de-Sailly (Paris 16).

2011 - Baccalauréat scientifique, mention Très Bien

Cursus académique

  • étudie à Ecole nationale vétérinaire d'Alfort
  • Bac S mention Très Bien

Questions et Réponses

Pourquoi dit-on que la matière vivante est une matière carbonée et riche en eau ?

SVT niveau Lycée / Les molécules, les cellules et le métabolisme intracellulaire

La matière "vivante", aussi appelée matière organique, c'est à dire produite par les êtres vivants, est composée de quatre atomes principaux : - le carbone C sert de "squelette" aux molécules organiques, sous forme d'enchaînements (par exemple : C - C - C...) sur lequel viennent se greffer : - l'hydrogène H (exemple : le méthane CH4, un carbone entouré de 4 hydrogènes) - l'oxygène O dans certains cas (exemple : le méthanol CH3OH, un carbone entouré de 3 H et d'un OH qui constitue la fonction alcool) - l'azote N (c'est par exemple le cas pour les bases azotées des nucléotides, qui constituent une partie de l'ADN). L'adjectif "carboné" se rapporte au squelette carboné des molécules organiques. Le qualificatif "riche en eau" peut avoir un lien avec la présence de nombreux atomes H et O au sein des molécules organiques (rappel : eau = H2O), mais aussi le fait que la plupart des êtres vivants sont très, très riches en eau (exemple : 70% d'eau pour le corps humain, mais aussi une grande richesse en eau de la sève, du sang, du muscle qui contient presque 80% d'eau...). En fait cette deuxième réponse dépend de ce qui est sous-entendu par "matière" : si on parle de matière au sens des molécules uniquement, c'est la première réponse la plus justifiable, si on parle de matière en pensant à la peau, aux muscles, aux graisses, aux cellules végétales...c'est la seconde qui prévaut (et à priori, je pense que c'est plutôt celle-là qui est attendue). En résumé : une matière dont les molécules sont composées principalement d'atomes de carbone, baignant dans un milieu très riche en eau.

Comment multiplie t-on un nombre k par une fraction a/b ?

Mathématiques niveau Collège / Les fractions

Vous avez peut-être déjà appris les multiplications de deux fractions entre elles : si je veux multiplier a/b par c/d, je vais écrire : ( a x c ) / ( b x d ) : je multiplie ensemble ce qui est au numérateur, et je multiplie ensemble ce qui est au dénominateur. En sachant cela, il suffit de se souvenir que le nombre k, c'est comme la fraction k / 1 (k divisé par 1 donne k, donc on a bien k / 1 = k et j'ai tout à fait le droit de l'écrire comme cela pour mon calcul). On multiplie donc deux fractions : k / 1 et a / b. On posera donc : ( k x a) / ( 1 x b ), c'est à dire, puisque b x1 = b, qu'on obtiendra (k x a) / b.

SI un point est à égale distance des extrémités d'un segment, où se trouve t-il par rapport à ce segment ?

Mathématiques niveau Collège / Les triangles

Un point qui se trouve à égale distance des extrémités d'un segment se trouve sur la médiatrice de ce segment. Qu'est ce qu'une médiatrice ? Une médiatrice est une droite (donc par définition, elle est d'une longueur infinie) qui coupe le segment perpendiculairement et en son milieu. Pourquoi le point équidistant (c'est à dire à égale distance des extrémités du segment) aux extrémités du segment se trouve-t-il toujours sur la médiatrice du segment ? Imaginons un segment AB. Il existe un point C, équidistant aux extrémités du segment AB. Ce point C étant à égale distance de A et de B, on peut dire que AC = CB. On a donc formé le triangle ACB isocèle en C, et l'une de ses médianes (une droite qui passe à la fois par le milieu d'un côté et l'angle opposé) coupe AB en son milieu pour ensuite rejoindre C. Or, cette médiane-ci (celle qui coupe le triangle isocèle entre les deux côtés égaux) est, dans le cas d'un triangle isocèle, l'axe de symétrie du triangle. On a donc une droite qui coupe notre triangle ACB en passant par C, et d'une telle façon que ACB est coupé en deux moitiés parfaitement superposables composés chacunes d'un des côtés AC ou CB, qui sont égaux, et de la moitié du segment AB. Pour que cette moitié du segment AB soit superposable à l'autre moitié par symétrie orthogonale, il faut que l'axe de symétrie coupe AB à la perpendiculaire. Notre médiane coupe donc AB perpendiculairement, et en son milieu. En tant que médiane, par définition, elle porte le point C puisqu'elle doit passer par le point C pour être une médiane de ACB. Nous avons donc une droite qui coupe AB perpendiculairement et en son milieu (c'est la définition de la médiatrice de AB), et sur laquelle est impérativement situé le point C. C est donc situé sur la médiatrice de AB. Ceci est valable pour tout point équidistant. Un point équidistant des deux extrémités d'un segment est situé sur la médiatrice de ce segment, et la réciproque est vraie : tout point situé sur la médiatrice d'un segment est équidistant des deux extrémités de ce segment.

Que sont les couches externes d'un atome ?

Physique-Chimie niveau Lycée / Les atomes

Les couches externes d'un atome sont les électrons situés le plus à l'extérieur de l'atome. Ce sont potentiellement ceux qui pourront réagir avec d'autres électrons provenant des couches externes d'autres atomes. Un atome est composé de deux grandes parties : - au centre, et minuscule (si l'atome était le Stade de France, ce serait une tête d'épingle plantée au milieu de la pelouse !) mais extrêmement dense et concentrant presque toute la masse de l'atome, on trouve le noyau. Il est composé de neutrons (charge électrique neutre) et de protons (charge positive) donc il est chargé positivement. - un atome est électriquement neutre, il doit donc "compenser" ces charges positives du noyau par autant de charges négatives. C'est le rôle des électrons. Les électrons sont de petites particules chargées négativement, extrêmement légères et qui gravitent autour du noyau de l'atome. Ils sont sans cesse en mouvement, mais ne vont pas n'importe où... En effet, ils s'organisent suivant différentes orbites concentriques, de plus en plus loin du noyau. Ces orbites forment des couches d'électrons ; plus une couche est éloignée du noyau, plus elle peut accepte d'électrons (par exemple la première couche n'en admet que 2, mais la deuxième couche admet 8 électrons). Les couches sont remplies successivement (on ne peut remplir la couche 2 que si la 1 est déjà saturée, c'est à dire qu'elle accueille le maximum d'électrons) de l'intérieur vers l'extérieur, et la dernière couche, la plus éloignée du noyau, est appelée la couche externe. Cette couche, étant la dernière à avoir été remplie, doit porter 8 électrons pour être "stable", c'est à dire ne pas avoir envie de réagir avec d'autres atomes pour compléter la couche externe jusqu'à 8 électrons. Il y a un cas particulier : celui de la couche 1, limitée à 2 électrons. Celle-ci doit donc porter 2 électrons seulement pour être stable. Cette règle est appelée "règle de l'octet et du duet". Si elle en a plus, ou moins, elle va essayer de perdre ou gagner des électrons de plusieurs façons : - perdre ou gagner des électrons, par exemple perdre deux électrons pour passer de 10 à 8 électrons sur la couche externe. L'atome a perdu deux charges négatives, il a donc deux charges positives qui ne sont plus compensées et devient alors un "ion positif" : une particule chargée de deux charges élémentaires positives. - partager certains de ses électrons avec d'autres atomes : si un atome partage une liaison avec un autre atome, leurs couches externes respectives auront gagné chacune un électron. Ainsi, l'atome d'hydrogène qui porte 1 électron sur sa couche externe peut-il créer une liaison, par exemple avec un carbone. Il aura alors 2 électrons sur sa couche externe (un à lui, et un venant du carbone) alors que le carbone aura 5 électrons (4 à lui, plus un venant de l'hydrogène). Le carbone, pour être stable, devra donc former 3 autres liaisons. La couche externe de l'atome est donc l'orbite électronique la plus éloignée du noyau, qui a la possibilité d'être réactive et de créer des liaisons avec d'autres atomes.

Mettez la phrase "Le chat mange la souris." à la voix passive.

Français niveau Collège / La voix active et la voix passive

A la voix passive, on doit obtenir une phrase bâtie sur la forme : COD/COI + "est"+ participe passé du verbe + "par" le sujet. Par exemple, pour "Marie appelle un ami", le sujet est "Marie", le verbe est "appelle" et on a "un ami" comme COD. On écrira donc en voix passive : "un ami" + "est" + appelé + "par" Marie, soit "Un ami est appelé par Marie." Dans la phrase présente nous avons : - sujet : "le chat" - verbe : "mange" (participe passé : mangé(e)) -COD : "la souris", nom commun féminin On écrira donc : "La souris est mangée par le chat.", en accordant le participe passé de "manger" au COD (la souris), puisque le COD de la voix active est devenu le sujet du verbe dans cette nouvelle phrase à la voix passive (c'est en effet "la souris" qui est devenue le sujet de "est mangée").

Donnez la définition du cancer

SVT niveau Lycée / Les perturbations du génome et le cancer

Avant de commencer, je tiens à signaler que définir le cancer est très compliqué et que c'est un sujet de débats réguliers ; nous pouvons en discuter plus précisément, mais il faudra plus de temps. Cette réponse ne peut constituer qu'une première approche. Il y a plusieurs définitions du cancer selon l'échelle à laquelle on se place. A l'échelle du corps, le cancer est une maladie qui se traduit par le développement de masses, des tumeurs, leur apparition dans tout l'organisme (les métastases) à partir de la tumeur-mère et un dysfonctionnement des organes touchés. A l'échelle de la cellule, le cancer se traduit par une cellule qui devient "sourde". Plus précisément, cette cellule va acquérir, suite à une ou plusieurs modifications génétiques, une ou plusieurs des propriétés suivantes (aussi appelées "propriétés des cellules transformées") : - perte de la nécessité d'un substrat pour se diviser : les cellules se divisent, même quand on ne les implante pas sur un milieu nutritif - perte de l'inhibition de contact : deux cellules "normales" qui viennent à se toucher cessent de se diviser ; des cellules transformées continuent à se multiplier, si bien qu'elles créent un tapis de cellules à plusieurs couches et se superposent - perte de la capacité à arrêter de se diviser quand un nutriment manque - insensibilité aux facteurs de croissance. Ces facteurs, souvent des hormones (comme la Growth Hormon, l'hormone de croissance) régulent la division des cellules. Soit ils l'augmentent, soit il l'arrêtent. Ce faisant, ils permettent d'éviter qu'un tissu donné croisse jusqu'à supplanter tous les autres, par exemple. Les cellules insensibles à ces facteurs se multiplient sans cesse. - production de ses propres facteurs de croissance : la cellule s'autostimule. - immortalité. Normalement, lors de la mitose, l'ADN terminal des chromosomes (les télomères) se raccourcit peu à peu, "grignoté" au fil des divisions successives. Au bout d'un nombre défini de divisions, ce ne sont plus les télomères mais la suite de l'ADN qui est altérée et cela entraîne des dysfonctionnements dans la cellule (puisque son information génétique devient incomplète) qui provoquent sa mort. La cellule transformée est capable de remplacer cet ADN pour éviter que ses télomères ne soient réduits au fil des divisions. Cette cellule va donc devenir plus ou moins indépendante des messages que lui envoie l'organisme, et donc impossible à réguler. Elle peut alors proliférer de façon anarchique. On peut donc définir le cancer comme la prolifération anarchique de cellules modifiées qui deviennent sourdes au système de régulation de l'organisme. Cette prolifération entraîne des dysfonctionnements au niveau des organes où elle se situe et peut dans certains cas conduire à une maladie déclarée, avec l'apparition de symptômes.

Comment trouve t-on la somme de deux nombres relatifs de signes différents ?

Mathématiques niveau Collège / Les nombres relatifs

Pour répondre à cette question, j'utilise deux méthodes. La première consiste à regarder nos deux nombres ; lequel a la plus grande valeur absolue (par exemple, pour + 5 c'est 5 la valeur absolue et pour - 10, la valeur absolue est 10). Ce nombre-là va "imposer" son signe au résultat. Donc si je calcule - 2563 + 1462, puisque 2563 > 1462, je sais que le résultat sera du signe de - 2563 donc négatif. J'écris ce signe quelque part pour le retenir. Puis je calcule simplement une soustraction entre ces deux nombres, avec donc le plus grand devant et le plus petit que je soustrais...dans mon exemple ça donne : 2563 - 1462 = 1101. Et je reporte ce résultat derrière le signe que j'ai trouvé juste avant, ici le signe "-". J'obtiens donc : - 2563 + 1462 = - 1101 . L'autre méthode, ma préférée car elle permet de comprendre ce qui se passe, est plus géométrique. Traçons un axe. Mettons le 0 au milieu, et vers la droite les nombres positifs, vers la gauche les négatifs. Si je reprends mon exemple précédent je vais placer "- 2563" à gauche, et "+ 1462" à droite du zéro. Je pars du premier nombre du calcul, donc "- 2563". Voilà mon point de départ. Faire une somme de ce nombre et d'un second nombre revient juste à se déplacer sur cet axe, en se décalant du nombre de "pas" qui correspond à mon second nombre. Si c'est un nombre positif, je me décale vers la droite, si c'est un négatif je me décale vers la gauche. Dans mon cas, je vais donc partir de "- 2563" et me déplacer vers la droite de 1462 unités...je vais donc réduire ma distance par rapport à 0 de 1462 pas. Et donc, pour obtenir la nouvelle distance, il faut que je parte de ma distance initiale (2563 pas vers la gauche) et que je lui ajoute 1462 pas vers la droite. Ca fait donc que mon nombre de pas final, ce sera 2563 pas vers la gauche + 1462 pas vers la droite, ce qui donne en nombre de pas 2563 - 1462 (= 1101). Je reste à gauche du zéro à la fin de mon trajet car 1462 pas, c'est moins que 2563 pas, et à la fin de ce trajet retour de 1462 pas, je suis désormais à 1101 pas à gauche du zéro. Si on lit sur l'axe, ça nous donne donc un résultat de - 1101.

Que se passe-t-il lorsqu'une mutation survient dans une cellule germinale ?

SVT niveau Lycée / La variabilité génétique et la mutation de l'ADN

A l'inverse des cellules somatiques, les cellules germinales sont transmises à la descendance. Ce sont en effet les cellules à l'origine des gamètes, c'est à dire les spermatozoïdes et les ovules. Voyons brièvement pourquoi. Une mutation survenant dans une cellule germinale sera conservée lors des divisions cellulaires et transmise à sa lignée de cellules-filles. Jusque là, tout se passe comme dans une cellule somatique. Les divisions successives de la cellule germinale aboutissent à un gamète, qui peut porter la mutation. Ce gamète, si il y a fécondation - c'est à dire si il rencontre un gamète du sexe opposé - donnera naissance à une cellule-oeuf dans laquelle la mutation est là encore présente, puisque transmise par le gamète. Le nouvel individu développé à partir de la cellule-oeuf, et dont toutes les cellules sont des cellules-filles de la cellule-oeuf, portera alors cette mutation dans toutes ses cellules, y compris ses cellules germinales. Ainsi, une mutation survenant sur une seule cellule d'un individu, mais une cellule germinale, peut être transmise à la descendance de cet individu. Notons toutefois qu'il est aussi possible, sous certaines conditions, que cette mutation ne soit pas transmise.

Quelles sont les conséquences d'un problème de la fonction excrétrice ?

Physique-Chimie niveau Collège / L'élimination des déchets et la nutrition

La fonction excrétrice permet à l'organisme d'éliminer les déchets liés à son fonctionnement. Parmi ces déchets, on peut citer l'urine, les fécès, le CO2...ce sont des éléments toxiques pour l'organisme si ils s'accumulent, d'où la nécessité de les éliminer. Si un problème touche cette fonction excrétrice, celle-ci fonctionnera moins bien - voire plus du tout - et le déchet concerné s'accumulera dans l'organisme, jusqu'à provoquer un dysfonctionnement du corps tout entier. Un exemple : l'insuffisance rénale du chat. Si les reins du chat ne fonctionnent plus correctement, ils ne peuvent plus élaborer une urine normale (les reins fonctionnent comme un filtre, qui nettoie le sang de ses déchets et les regroupe dans l'urine). Certains produits, comme l'urée, qui auraient dû partir avec l'urine demeurent alors dans le sang, car les reins n'arrivent plus à filtrer le sang et à le purifier. L'urée peut alors provoquer des problèmes neurologiques, des nausées, une baisse de forme...et finalement, l'animal est "empoisonné" par ses propres déchets.

Dans un parallélogramme, les côtés opposés sont-ils de même longueur ?

Mathématiques niveau Collège / Les parallélogrammes

Cela fait partie de la définition d'un parallélogramme : un parallélogramme est un quadrilatère dont les côtés sont égaux et parallèles deux à deux. Autrement dit, les côtés opposés sont non seulement de même longueur, mais aussi parallèles. On notera d'ailleurs que, d'après cette définition, les carrés, les rectangles ou les losanges font partie du grand groupe des parallélogrammes.

Donnez la définition de la domestication d'une espèce

SVT niveau Lycée / La plante domestiquée

Une espèce domestiquée est une espèce qui a été génétiquement modifiée de façon durable par son contact avec l'Homme. Elle a acquis de nouveaux caractères comportementaux, physiques, physiologiques ou morphologiques. Par exemple, si on apprivoise un loup, l'animal aura certes un comportement familier et amical. Mais seul son comportement a changé, son patrimoine génétique reste le même. Mais si on domestique un animal sauvage, c'est à dire qu'on sélectionne les reproducteurs de l'espèce dans le but d'obtenir certaines caractéristiques (telles que la docilité et la conservation d'un comportement de "loup juvénile" chez le chien), on va sélectionner certains gènes par rapport à d'autres, moins intéressants. On obtient alors un animal qui forme une population distincte de la population sauvage initiale, et la différence concerne cette fois-ci le génome et pas seulement le comportement. Une expérience menée en Russie sur la

Matières enseignées et méthodologie

Mathématiques niveau Collège

La plupart des élèves qui rencontrent des difficultés en mathématiques au collège rencontrent surtout des difficultés au niveau de la compréhension du cours. Elles sont souvent liées à de vieilles lacunes, ou à une incompréhension du raisonnement mathématique et de sa construction.

La plupart de mes cours avec ces élèves à ce niveau commencent par une revue du cours, afin de m'assurer que tous les points importants ont bien été compris et seront retenus. Ensuite, le travail porte sur des exercices de difficulté croissante, de l'application simple du cours à des énoncés faisant appel au recul de l'élève et à sa capacité à aller chercher, dans les autres cours du programme, les formules dont il a besoin. Je profite souvent des petits exercices pour mettre en place, solidement, le cadre "classique" du raisonnement mathématique, à savoir "but-hypothèses-démonstration" ou encore : "Qu'est ce que je cherche à prouver ? Quelles sont mes hypothèses de départ ? Dans tout ce que j'ai pu apprendre, qu'est ce qui est en rapport à la fois avec ce que je veux prouver et avec mes hypothèses ?" car c'est un schéma de raisonnement qui, à la différence de l'intuition, ne fait jamais défaut.

Physique-Chimie niveau Collège

Ma méthode en physique-chimie est très proche de celle que j'emploie en mathématiques, à ceci près que j'emploie souvent davantage d'exemples et essaie de donner à l'élève un "cas pratique" auquel se raccrocher pour chaque point théorique.

SVT niveau Collège

La svt est une matière qui, au collège, fait surtout appel à la mémorisation de l'élève et à sa capacité de restituer, de façon claire et organisée, ses connaissances. Elle s'appuie sur la culture scientifique et sur la capacité à retenir et comprendre les concepts présentés.

Ici comme en mathématiques, qu'un concept manque peut compliquer l'apprentissage à court ou à long terme. C'est pourquoi j'accorde beaucoup d'importance à la clarté et la compréhension des cours, en les réexpliquant aussi longtemps que nécessaire. J'aide aussi mon élève à mémoriser efficacement ses cours, en travaillant avec lui sur des méthodes adaptées à son type de mémoire (fiches, restitution orale, schémas...).

Mathématiques niveau Lycée

J'entends souvent dire de la part des élèves qui me sollicitent : "Je comprends les cours, mais devant l'exercice je ne sais pas du tout par où commencer", ou bien "l'an dernier ça allait très bien, mais cette année je ne comprends plus rien", ou encore "je comprends les exercices, mais je suis trop lent !". Ces remarques correspondent à plusieurs profils d'élèves : - certains élèves ont longtemps eu une compréhension "intuitive" des maths. Il leur suffisait donc d'être attentifs en cours pour réussir aux contrôles. Ce faisant et puisqu'ils n'avaient pas besoin de refaire les exercices chez eux, ils ne se sont pas constitué une "banque" de méthodes, de techniques et d'exercices "classiques" dont les autres élèves disposent, et qui leur confère une plus grande rapidité. De plus, ces mêmes élèves manquent souvent de méthode et de rigueur car, puisque le "chemin à suivre" pour parvenir au résultat leur aparaissait clairement, ils n'avaient pas besoin d'utiliser le raisonnement classique des exercices de mathématiques, à savoir les trois questions : "Qu'est ce que je cherche à prouver ? Quelles sont mes hypothèses de départ ? Dans tout ce que j'ai pu apprendre, qu'est ce qui est en rapport à la fois avec ce que je veux prouver et avec mes hypothèses ?".Ce sont souvent des élèves avec qui "tout allait bien, jusqu'à..." et que je retrouve assez perdus, car étant brusquement passés de la position de l'élève qui comprend et réussit sans trop d'efforts à celle de l'élève qui comprend, mais n'arrive pas à appliquer et surtout ne saisit pas pourquoi il n'y arrive plus.La plupart du temps, le gros du travail porte alors sur la gestion du temps et des méthodes de travail, et sur de nombreux exercices d'entraînement afin de construire des automatismes dans le raisonnement qui permettront à l'élève de redevenir efficace et d'exploiter sa compréhension du cours. - d'autres élèves ont accumulé des lacunes au fil des ans, tout en parvenant jusqu'ici à s'en sortir. Mais l'enseignement des mathématiques est conçu comme un échafaudage, et quand trop d'étages manquent, l'édifice s'effondre d'un seul coup, ce qui est extrêmement démotivant et angoissant pour l'élève. J'entends souvent dire d'eux : "il travaillait tout seul jusque là et ça allait, mais cette année, ça ne passe plus...".En général, il s'agit alors de mener deux travaux de fond : il s'agit à la fois de rétablir la confiance et la motivation de l'élève en révisant les chapitres actuels et en s'entraînant sur des exercices, et de combler les lacunes l'une après l'autre, en profitant des ces mêmes exercices et en revenant sur les cours des années passées si nécessaire. C'est un travail de longue haleine mais qui, quand il est mené à terme, porte ses fruits.

Physique-Chimie niveau Lycée

Ma méthode en physique-chimie est très proche de celle que j'emploie en mathématiques, à ceci près que j'emploie souvent davantage d'exemples et essaie de donner à l'élève un "cas pratique" auquel se raccrocher pour chaque point théorique.

SVT niveau Lycée

Comme au collège, la svt s'appuie beaucoup sur la mémoire et la compréhension globale du cours. Elle fait appel à l'esprit de synthèse ainsi qu'à certains concepts de physique-chimie et de mathématiques. Une nouvelle difficulté fait également son apparition au lycée : le raisonnement scientifique, base de la dissertation, qui apparaît souvent obscur aux élèves.

C'est pourquoi, outre l'aide à l'apprentissage et à la compréhension du cours que j'ai détaillée dans la partie "Collège/svt", je prends le temps de travailler sur les expériences présentées en cours ou d'autres, restant dans le thème, afin de mettre en place les réflexes du raisonnement scientifique : faits - connaissances personnelles - mise en relation et interprétation, qu'on pourrait aussi formuler comme suit : "Qu'est ce que je vois sur les documents ? Qu'est ce que je sais en rapport avec les thèmes de ce document ? Que me permettent de dire les faits et mes connaissances mis ensembles ?".

Collège

Lycée



Vous avez une question ? Contactez sans hésiter, 7j/7 un membre de l'équipe LiveMentor par mail à l'adresse contact@livementor.com.