Martin C.

Martin C.

Clock 125 heures de cours
Free session Premier Cours Gratuit

Présentation

Martin C. - Etudiant à Sciences Po - Nombreuses matières

Salut !

Je m'appelle Martin, et je suis actuellement étudiant en Troisième année à Sciences Po Grenoble. Je propose des cours particuliers dans différentes matières, et une aide dans la préparation des différents concours Sciences Po.

Après avoir obtenu mon Bac ES mention TB, j'ai continué avec une prépa économique HEC. J'ai alors tenté plusieurs concours d'entrée aux IEP, que j'ai obtenus. J'ai finalement choisi d'aller étudier à l'IEP de Grenoble où j'ai donc entamé ma troisième année en septembre. Je propose des cours dans de nombreuses matières (sciences éco, histoire, anglais, italien, philosophie, méthodologie...) avec lesquelles je me suis familiarisé au cours de mon cursus. Les sciences économiques et sociales, l'Histoire, et la culture générale, sont des enseignements centraux à Sciences Po. Quant à l'anglais et à l'italien, j'ai pu énormément pratiquer ces langues lors de ma mobilité Erasmus, qui se déroule sur toute la deuxième année en IEP.

Ces cours particuliers ou de remise à niveau s'adressent aux collégiens, aux lycéens, et aux étudiants dans le supérieur ; mais également à toute personne désireuse d'apprendre.

Je propose également un accompagnement personnel dans la préparation des concours d'entrée aux IEP. J'ai la chance d'avoir de l'expérience dans ce domaine puisque j'ai tenté le concours commun des IEP, celui de Sciences Po Grenoble, et celui de Sciences Po Bordeaux. Je propose donc à l'élève de travailler sur les épreuves spécifiques de chaque concours, et je lui apporte un suivi et un soutien quotidien dans la préparation.

J'ai la chance de donner des cours particuliers depuis plusieurs années, en me déplaçant à domicile. J'ai ainsi pu aider des élèves au collège, au lycée, mais aussi dans le supérieur. Avec le système proposé par Livementor, je peux proposer mon aide sans avoir à me déplacer, tout en gardant un suivi précis et spécifique pour chaque élève. Je précise que je propose un premier cours gratuit, que j'appelle cours de "mise au point". Cela permet de mettre les choses au clair, et de se mettre d'accord sur les besoins et les attentes de l'élève. Cela permet aussi à l'élève de voir si le courant passe ou non, sans s'engager encore, puisque ce cours n'est pas à payer.Je suis par ailleurs assez flexible en ce qui concerne les horaires puisque je n'ai pas à me déplacer, mon ordinateur et ma webcam étant suffisants. Je suis très souvent disponible les soirs, dès 17h et ce jusqu'à 22-23h si nécessaire. Je suis disponible plusieurs après-midi par semaine également, et régulièrement durant le week-end.

Vous savez tout ! Je suis quelqu'un de sérieux, mais d'assez décontracté également. Ces cours doivent être une aide utile et sérieuse pour l'élève, sans pour autant que cela devienne angoissant pour celui-ci. Donc pas de stress, je ne suis pas un tyran, je cherche simplement à faire progresser au mieux, à aider, à remettre à niveau. N'hésitez donc pas à me contacter, je tenterai de répondre le mieux possible à vos attentes !

Cursus académique

  • étudie à Institut d'Etudes Politiques de Grenoble
  • Bac ES mention Très Bien

Avis des élèves

6 Avis
  • Extraordinaire
    5
  • Excellent
    1
  • Bien
    0
  • Moyen
    0
  • Décevant
    0
  • Seuls les élèves ayant pris un cours sur LiveMentor sont autorisés à laisser un avis.



    Les élèves peuvent évaluer leurs mentors sur 3 critères :




    - Expertise
- Disponibilité
- Pédagogie

    Avis laissé par Islem

    Le 20 janvier à 00h10

    Extraordinaire

    Un très bon professeur qui prends le temps de bien expliquer/détailler les choses. Prends le temps de nous expliquer, poser des questions de compréhension avec un très bonne méthodologie, Martin fait l'un de mes meilleures professeurs sur LiveMentor.

    Avis laissé par Cindy

    Le 04 octobre à 20h09

    Extraordinaire

    Avis laissé par Nathan

    Le 03 septembre à 22h20

    Extraordinaire

    Partant en erasmus en Italie dans quelques semaines sans avoir de bases solides en italien, j'avais besoin d'apprendre à la fois vite et bien mais surtout me focaliser sur ce qui allait m'être utile pour me gérer seul en Italie. En soit, il fallait cibler le besoin sans partir dans un programme respectant trop la "logique scolaire". Martin ayant déjà fait un erasmus a tout de suite compris mes besoins et m'a permis de progresser très vite. Très disponible, il est aisé de trouver des heures de cours qui me conviennent même en m'y prenant la veille au soir! Martin est à l'écoute de ses élèves, avant de commencer une leçon, je pouvais lui dire que je voulais travailler ce vocabulaire ou faire plus d'oral, etc.... Il s'adaptait à moi! Après chaque séance, je sentais mon niveau progressait rapidement. Il m'a aussi proposé des films et des musiques en italien pour exercer mon oreille! Ah et c'est un gars sympa!

    Avis laissé par Hamid

    Le 31 août à 20h24

    Extraordinaire

    Un très bon début avec Martin qui se donne vraiment à fond dans ses cours et qui m'apporte une aide précieuse et efficace dans mon travail en restant toujours à l'écoute. Merci beaucoup Martin ! ;)

    Avis laissé par Anguelov

    Le 30 août à 21h37

    Extraordinaire

    Compétent, agréable, prend son temps pour expliquer et a de très bonnes méthodes de travail ! :) je vous conseille vivement d'essayer un premier cours avec Martin.

    Avis laissé par Dalila

    Le 23 août à 22h00

    Excellent

    N'hésitez surtout pas à vous lancez en anglais avec Martin. Il est très disponible et pédagogue. J'ai fait appel à lui en catastrophe pour la traduction de mon Rapport d'Audit, en seulement 6 heures il a accomplit l'impossible.Encore merci pour cette disponibilité et ce professionalisme ainsi que votre adaptabilité à mon environnement professionnel. Depuis, je prends mes leçons afin d'être meilleure en anglais que ce soit à l'écrit comme à l'oral et c'est un vrai plaisir :)
    Voir plus d'avis

    Questions et Réponses

    Qu'appelle-t-on l'arc chiite ?

    Histoire-Géographie (HGGMC) niveau Prépa HEC / Le Moyen-Orient

    L'arc chiite au Moyen-Orient regroupe différents pays dans lesquels le chiisme détient une influence importante. Il convient tout d'abord de rappeler que le chiisme est l'une des deux branches principales de l'Islam avec le sunnisme. La religion musulmane est divisée en deux grandes communautés : les sunnites et les chiites. Pour faire très simple (et certains historiens s'arracheraient les cheveux face à une telle simplification), le sunnisme et le chiisme sont les deux branches principales de l'Islam, tout comme le catholicisme et le protestantisme sont les deux branches principales du christianisme. Les choses sont plus complexes que cette simple comparaison, mais elle permet de saisir un peu plus la question. Ainsi donc au Moyen-Orient, il existe des pays à majorité sunnite (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie...), d'autres à majorité chiite (Iran, Irak...). Certains pays présentent un caractère multiconfessionnel (Liban). Enfin, certains pays sont à majorité sunnite, mais le pouvoir en place se revendique de l'islam chiite (Syrie), et inversement avec des pays à majorité chiite où le pouvoir en place se revendique sunnite (Bahreïn). Ainsi, l'arc chiite regroupe l'Iran et l'Irak à majorité chiite, et la Syrie gouvernée par une minorité chiite. Cet "arc" se prolonge avec le Liban où l'on trouve le Hezbollah, une organisation militaire chiite. Enfin, on inclut parfois dans cet arc les Houthis au Yémen, un groupe chiite. Face à cette "arc chiite", qu'on appelle aussi parfois "croissant chiite" ou "bloc chiite", on trouverait un "bloc sunnite". Celui-ci serait composé des pétromonarchies du Golfe menées par l'Arabie Saoudite et le Qatar, par la Jordanie, l'Egypte, et dans une certaine mesure par la Turquie. Il existe de nombreux contentieux entre ces deux blocs au Moyen-Orient. Et il est vrai qu'étant de confessions différentes, chaque bloc lutte pour avoir une certaine influence sur la région. Toutefois, il serait erroné de réduire les problématiques actuels du Moyen-Orient, uniquement à cette opposition sunnite-chiite. L'opposition confessionnelle est un élément, il en existe d'autres à travers des intérêts économiques, stratégiques, géopolitiques ou encore diplomatiques.

    Quelle est la signification du suffixe "âtre" ?

    Français niveau Collège / Les préfixes et suffixes usuels

    On peut souvent rencontrer le suffixe "-âtre", et notamment lorsqu'on parle de couleurs. C'est un suffixe qui vise à marquer une approximation ou à marquer un caractère péjoratif, négatif. Par exemple, lorsqu'on parle d'une couleur "blanchâtre", on cherche à dire de quelque chose qu'il est "à peu près blanc", ou qu'il est d'un blanc plutôt laid. Un "soleil jaunâtre" par exemple, renvoie souvent à l'idée que l'on voit un soleil un peu pâle, un soleil qui ne rayonne pas au mieux. Un eau de couleur "bleuâtre" paraît peu attirante, ce n'est pas le bleu d'une mer des îles. Le suffixe "-âtre" s'emploie aussi derrière certains adjectifs. Une "ambiance folâtre" est une ambiance un peu folle et déjantée au cours d'une soirée. Une personne "acariâtre" est jugé péjorativement, elle est grincheuse, peu accueillante. Attention à ne pas confondre le suffixe "-âtre" avec le suffixe "-atre", que l'on rencontre dans "pédiatre" ou "psychiatre" et qui renvoie à une idée médicale autour métier.

    Dans quel but Rousseau parle t-il de l'homme naturel ?

    Philosophie niveau Lycée / La politique

    L'homme naturel est utilisé par Rousseau pour comprendre comment l'homme vit à l'état de nature, et quelles sont les différences avec l'état de culture. Lorsque qu'il parle de "l'homme naturel", Jean-Jacques Rousseau ne veut pas dire qu'il s'intéresse à des hommes qui vivraient au beau milieu de la nature. Non, c'est un concept théorique qu'il utilise pour montrer en quoi la vie de l'homme en société est bien différente de ce qu'il est au plus profond de lui. C'est ainsi que Rousseau parle de "bon sauvage". Différentes interprétations de ce concept existent. La plupart du temps ce que l'on retient, c'est que selon Rousseau, l'homme naît bon, et c'est la société qui le pervertit et le rend mauvais. En fait, l'homme naturel, ce "bon sauvage", c'est l'homme tel qu'il naît, lorsque les forces de la société et de la civilisation ne pèsent pas encore sur lui, lorsqu'il n'est pas encore socialisé. A cet état là, l'homme est bon et il n'a pas de vices en lui. C'est en grandissant et en s'intégrant dans la société des autres hommes qu'il devient mauvais. Ainsi donc, si on laissait par exemple un individu grandir seul, coupé des autres hommes, écarté de la société, "dans son coin" ; alors il ne deviendrait pas mauvais et il resterait bon puisque la société ne pourrait pas le pervertir. "L'homme naturel" serait donc un "bon sauvage", et c'est par la société qu'il deviendrait un "homme culturel", et dès lors mauvais. Rousseau utilise ce concept pour montrer que ce qu'il y a au plus profond de la nature humaine n'est pas mauvais. Personne n'a un ADN méchant ni ne naît avec un gêne de la perversion et de la haine. Mais pour Rousseau, cette nature profonde de l'homme s'effacerait lorsque celui-ci grandirait et serait soumis aux forces de la société qui le rendraient mauvais. A noter que certains analystes donnent une autre interprétation du "bon sauvage". Selon certains, Rousseau n'aurait pas voulu dire que l'homme naissait bon à travers ce concept, mais plutôt que le "bon sauvage" correspond à l'homme dans son état neutre : cela renverrait à l'idée que l'homme ne naît ni bon, ni mauvais ; il n'a ni caractère sympathique, ni caractère haineux ; il serait complètement neutre. C'est par la suite, en grandissant dans la société humaine, qu'il serait façonné et deviendrait mauvais.

    Qu'est-ce que l'aliénation ?

    Culture Générale niveau Prépa HEC / Le pouvoir politique

    L'aliénation correspond à l'état d'un individu qui ne se rendrait plus compte qu'il est dépossédé, qu'il n'a plus de contrôle sur lui-même et sur ses actions, et qu'il est sous l'emprise d'une force extérieure, un individu, un groupe, ou un système. L'idée de l'aliénation, c'est de décrire un individu qui serait dépossédé de ce qui le rend vivant, dépossédé de son corps et de son âme, et qui serait sous le contrôle de quelqu'un d'autre. Derrière le concept d'aliénation, on trouve souvent l'idée que cette dépossession est tellement poussée, que l'individu n'est même plus capable de se rendre compte qu'il est dépossédé. Il est tel un robot : contrôlé de l'extérieur, et incapable intérieurement de s'apercevoir qu'il est contrôlé par autrui. Le concept d'aliénation a été largement utilisé par Karl Marx. Selon lui, le système capitaliste aliène les hommes. A travers un besoin perpétuel de produire plus et d'amasser plus de biens, les hommes seraient dépossédés de leur être par un système qu'ils ont eux-même mis en place. Les chefs d'entreprise seraient dans une course perpétuelle à la production, et ils continueraient sans cesse à avancer dans ce sens, leur libre-arbitre ayant disparu. Les travailleurs (qu'il appelle "prolétaires") seraient eux aussi aliénés : vivant avec le besoin de se nourrir, ils ne se rendent plus compte de leur condition, de leurs souffrances, et de ce qui les rend humains. Dès lors, ils continuent à avancer dans ce système pour se nourrir et survivre, incapables de se rendre compte que c'est ce même système qui les plonge dans une telle situation. Le système capitaliste, selon Marx, déposséderait donc les hommes de leur corps et de leur âme, les rendant incapables de se rendre compte de leur condition, de ce qu'ils font, et les rendant incapable d'avoir un libre-arbitre. Ils seraient donc bien aliénés.

    Quelles sont les deux caractéristiques principales d'un bien collectif d'après Samuelson ?

    Économie (ESH / AEHSC) niveau Prépa HEC / L'Etat et les politiques économiques

    Pour Samuelson, un bien collectif est un bien qui n'est ni excluable, ni rival. Il convient donc d'abord de rappeler à quoi correspondent les concepts de rivalité et d'excluabilité. La rivalité implique que lorsqu'un bien est consommé par un individu, il ne peut pas être consommé par un autre individu au même moment (ex : un jean est un bien rival, je ne peux pas porter un jean si quelqu'un le porte déjà.... ou alors ça devient carrément étrange :D). L'excluabilité implique que l'on peut exclure des individus de la consommation d'un bien en instaurant un prix pour son utilisation (ex : la chaîne de télévision Canal + est clairement un bien excluable : son utilisation est régie par un prix, et ceux qui ne le paient pas son exclus de la consommation de ce bien... pour Canal + après 21h en tout cas). Ainsi donc, un bien collectif, pour Samuelson, n'est ni rival (nonrival en anglais), ni excluable (nonexcludable en anglais). Par conséquent, la consommation de ce bien par un individu n'empêche pas sa consommation par d'autres individus ; et on ne peut exclure quiconque de cette consommation par l'instauration d'un prix. Par exemple, l'oxygène est un bien collectif : si je respire, je n'empêche personne de le faire également (non-rival), bien heureusement d'ailleurs ; d'autre part, on ne peut pas empêcher les gens de respirer en fixant un prix à l'oxygène (non-excluable, encore plus bien heureusement !). De même, la Défense Nationale est un bien collectif : le fait que j'utilise la Défense Nationale de mon pays pour être protégé, n'empêche pas les autre citoyens d'être protégés également ; et on ne peut pas exclure des gens de cette protection en fixant un prix. + Voir typologie des Biens.

    Matières enseignées et méthodologie

    Anglais niveau Collège

    Au collège, on est encore dans la découverte de la langue anglaise. Je propose de travailler l'anglais à l'écrit comme à l'oral, sans aller trop vite, pas à pas, en mettant l'élève au centre de l'apprentissage.Le meilleur moyen de progresser en anglais, c'est de pratiquer le plus souvent possible ! J'essaie donc de laisser l'élève s'exprimer le plus possible, tout en lui donnant les clefs pour corriger ses erreurs et avancer.Cela passe par plusieurs axes :

    - Un travail (certes souvent pénible, mais nécessaire !) sur les règles de grammaire anglaise, et l'utilisation des temps.

    - Apprendre à passer du français à l'anglais, sans traduire simplement par calque.

    - Un travail de compréhension écrite et orale.

    - Un travail d'expression écrite et orale.

    - Un travail sur l'accentuation et la prononciation.

    - Apprendre du vocabulaire général, et spécifique (sur certain thèmes).L'idée en tout cas, est de permettre à l'élève de s'exprimer le plus possible. Il y aura des erreurs certes, mais il faut parler ! Et par la suite, on corrige ces erreurs. J'essaie de montrer à l'élève que même avec peu de vocabulaire et d'expérience, il est capable de construire des phrases entières et de s'exprimer clairement.

    Français niveau Collège

    Le cursus suivi à Sciences Po m'a amené à devoir régulièrement utiliser mes capacités rédactionnelles. Il est attendu des élèves de l'IEP qu'ils sachent maîtriser la rhétorique, et s'exprimer clairement à l'oral comme à l'écrit.

    Au collège, on chercher à améliorer son niveau de français, que ce soit pour l'expression orale ou écrite. J'essaierai donc d'accompagner l'élève dans ces domaines, tout en le laissant s'exprimer le plus possible. L'idée c'est qu'il soit au centre du cours, pour se tromper, se corriger (avec mon aide), et avancer.

    Je tâcherai donc de travailler sur les règles de grammaire françaises et d'utilisation des temps et de la conjugaison. Exercice souvent ennuyant et difficile pour l'élève, mais nécessaire. J'essaierai toutefois de travailler de façon ludique : je pourrai par exemple l'amener à m'expliquer à l'écrit ou à l'oral le contenu d'un article, ou d'une vidéo. L'idée est de travailler la grammaire et la conjugaison avec des règles précises, mais sans que l'élève ne voit ça comme un travail barbant.

    La maîtrise du français passe aussi par de nombreuses lectures. Sans surcharger l'élève collégien, je tâcherai de lui envoyer des lectures utiles, captivantes, pour qu'il habitue ses yeux à la langue française. 

    Je propose également des "fiches-résumé", qui reprennent une règle de grammaire précise, avec des explications claires et concises, des exemples, et les exceptions. L'idée c'est de donner à l'élève les outils pour mémoriser facilement une règle avant de la réutiliser.Je peux également procéder à la correction d'exercice de différents types : dictée, dissertation, QCM, etc... Je me propose alors de corriger l'exercice réalisé par l'élève, et de revenir avec lui sur ce qui n'allait pas, mais sur ce qui fonctionnait bien aussi ! Quoi qu'il en soit, je cherche à placer l'élève au centre de l'apprentissage, pour qu'il s'approprie le cours et n'hésite pas à me poser des questions.

    Histoire-Géographie niveau Collège

    Le cursus suivi à Sciences Po me donne l'opportunité d'étudier l'Histoire-géographie sous différents angles. L'on se penche ainsi sur différentes époques, sur différents pays, tout en essayant de garder des méthodes de comparaison dans le temps et dans l'espace.L'idée n'est pas de surcharger l'apprentissage de l'élève en lui transmettant tout ce que l'on voit à l'IEP, cela n'aurait pas de sens.

    L'idée est de revoir les concepts historiques clefs, les événements clefs, les personnages clefs. On se penche donc sur une période donner, et on essaie de la comprendre de façon chronologique. J'essaierai d'expliquer les événements qui se sont déroulés, leur enchaînement, l'implication des différents acteurs ; tout en étant très attentif aux questions que peut avoir l'élève. L'idée c'est d'expliquer clairement les événements historiques et de les comprendre dans leur contexte de l'époque.En géographie, j'essaierai d'expliquer les concepts clefs : la démographie, le développement, la richesse, la pauvreté, le réchauffement climatique. Sans aller trop loin dans les détails, je tâcherai de reprendre les concepts et les cas vus en cours, et d'apporter les détails nécessaires, sans surplus, à la compréhension de l'élève.

    Italien niveau Collège

    Au collège, on est encore dans la découverte de la langue italienne. Je propose de travailler l'italien à l'écrit comme à l'oral, sans aller trop vite, pas à pas, en mettant l'élève au centre de l'apprentissage. Le meilleur moyen de progresser en langue, c'est de pratiquer le plus souvent possible ! J'essaie donc de laisser l'élève s'exprimer le plus possible, tout en lui donnant les clefs pour corriger ses erreurs et avancer .Cela passe par plusieurs axes :

    - Un travail (certes souvent pénible, mais nécessaire !) sur les règles de grammaire italienne, et l'utilisation des temps en italien.

    - Apprendre à passer du français à l'italien, sans traduire simplement par calque.

    - Un travail de compréhension écrite et orale.

    - Un travail d'expression écrite et orale.

    - Un travail sur l'accentuation et la prononciation.

    - Apprendre du vocabulaire général, et spécifique (sur certain thèmes).

    L'idée en tout cas est de permettre à l'élève de s'exprimer le plus possible. Il y aura des erreurs certes, mais il faut parler ! Et par la suite, on corrige ces erreurs. J'essaie de montrer à l'élève que même avec peu de vocabulaire et d'expérience, il est capable de construire des phrases entières et de s'exprimer clairement en italien.

    Anglais niveau Lycée

    J'ai eu la chance de passer une année entière à l'étranger, grâce au programme Erasmus. J'ai ainsi pu améliorer nettement mes capacités en anglais, puisque je m'exprimais essentiellement en langue anglaise, dans la vie de tous les jours, tout comme à l'université.

    Au lycée, ce n'est plus simplement de la découverte, on essaie d'acquérir un certain niveau d'expression et de compréhension. Je propose donc à l'élève d'améliorer ses compétences dans ces domaines, tant à l'écrit qu'à l'oral. L'idée est de mettre l'élève au centre de l'apprentissage, et de le laisser s'exprimer un maximum ! Pour progresser en anglais, il faut pratiquer la langue le plus souvent possible, et le plus régulièrement possible.Cela passe par plusieurs axes :

    - Maîtriser (c'est souvent pénible, mais ça reste néanmoins nécessaire !) la grammaire anglaise et l'utilisation des temps.

    - Apprendre à passer du français à l'anglais sans procéder à une traduction simplement par calque.

    - Améliorer son oreille avec de la compréhension orale, et travailler l'expression orale !

    - Améliorer ses yeux avec de la compréhension écrite, et travailler l'expression écrite !

    - Acquérir du vocabulaire général, et spécifique (sur certains thèmes précis)

    .- Acquérir des connaissances civilisationnelle : c'est à dire sur la culture, et l'Histoire du monde anglo-saxon

    Dans tous les cas, l'idée c'est de mettre l'élève au centre du cours. Pour progresser en langue, il faut parler, parler, parler ! J'essaierai donc de laisser l'élève s'exprimer un maximum, même s'il y a des erreurs, pour qu'il s'habitue à utiliser la langue. Je lui donne en parallèle, des conseils pour corriger ses erreurs et améliorer son utilisation de la langue. L'idée c'est de lui montrer que même s'il n'a pas un niveau incroyable, il est capable de faire de phrases riches de sens, d'argumenter, et de construire une explication claire.

    Je propose par ailleurs des corrections d'exercices de différents types : des corrections d'exercices écrits (traductions, expressions écrites...), ou des évaluations d'exercices oraux (exposés, entretiens...). A l'oral, je tâcherai de donner de nombreux conseils sur l'accentuation et la prononciation des mots en anglais. Une grande partie de l'apprentissage de l'anglais et de la compréhension de l'anglais écrit, passe par son utilisation à l'oral. En faisant parler l'élève sur différents thèmes et en corrigeant ses erreurs petit à petit, on le fait certes évoluer à l'oral, mais en réalité aussi à l'écrit !

    Français niveau Lycée

    Le cursus suivi à Sciences Po m'a amené à devoir régulièrement utiliser mes capacités rédactionnelles. Il est attendu des élèves de l'IEP qu'ils sachent maîtriser la rhétorique, et s'exprimer clairement à l'oral comme à l'écrit.

    Au lycée, il est indispensable d'améliorer son niveau de français, que ce soit pour l'expression orale ou écrite. J'essaierai donc d'accompagner l'élève dans ces domaines, tout en le laissant s'exprimer le plus possible. L'idée c'est qu'il soit au centre du cours, pour se tromper, se corriger (avec mon aide), et avancer.Je tâcherai donc de travailler sur les règles de grammaire françaises et d'utilisation des temps et de la conjugaison. Exercice souvent ennuyant et difficile pour l'élève, mais nécessaire. J'essaierai toutefois de travailler de façon ludique : je pourrai par exemple l'amener à m'expliquer à l'écrit ou à l'oral le contenu d'un article, ou d'une vidéo.L'idée est de travailler la grammaire et la conjugaison avec des règles précises, mais sans que l'élève ne voit ça comme un travail barbant.

    La maîtrise du français passe aussi par de nombreuses lectures. Sans surcharger l'élève, je tâcherai de lui envoyer des lectures utiles, captivantes, pour qu'il habitue ses yeux à la langue française.Je propose également des "fiches-résumé", qui reprennent une règle de grammaire précise, avec des explications claires et concises, des exemples, et les exceptions. L'idée c'est de donner à l'élève les outils pour mémoriser facilement une règle avant de la réutiliser.Je peux également procéder à la correction d'exercice de différents types : dictée, dissertation, QCM, etc... Je me propose alors de corriger l'exercice réalisé par l'élève, et de revenir avec lui sur ce qui n'allait pas, mais sur ce qui fonctionnait bien également ! Quoi qu'il en soit, je cherche à placer l'élève au centre de l'apprentissage, pour qu'il s'approprie le cours et n'hésite pas à me poser des questions.

    Histoire-Géographie niveau Lycée

    Le cursus suivi à Sciences Po me donne l'opportunité d'étudier l'Histoire-géographie sous différents angles. L'on se penche ainsi sur différentes époques, sur différents pays, tout en essayant de garder des méthodes de comparaison dans le temps et dans l'espace.L'idée n'est pas de surcharger l'apprentissage de l'élève en lui transmettant tout ce que l'on voit à l'IEP, cela n'aurait pas de sens.L'idée est de revoir les concepts historiques clefs, les événements clefs, les personnages clefs. On se penche donc sur une période donnée, et on essaie de la comprendre de façon chronologique. J'essaierai d'expliquer les événements qui se sont déroulés, leur enchaînement, l'implication des différents acteurs ; tout en étant très attentif aux questions que peut avoir l'élève. L'idée c'est d'expliquer clairement les événements historiques, tout en les replaçant dans le contexte de l'époque. Plutôt que de parler éternellement, j'essaie de poser des questions à l'élève, de solliciter son imagination, et de le laisser participer un maximum. Pour rendre cela plus captivant, je peux également envoyer de courts articles ou des vidéos qui mettent en lien un événement historique et une actualité. L'on peut comprendre l'Histoire en la faisant résonner dans des événements plus contemporains, cela permet souvent à l'élève de comprendre beaucoup plus facilement tel ou tel événement.En géographie, j'essaierai d'expliquer les concepts clefs : la démographie, le développement, la richesse, la pauvreté, le réchauffement climatique. Sans aller trop loin dans les détails, je tâcherai de reprendre les concepts et les cas vus en cours, et d'apporter les détails nécessaires. Là encore, et peut-être encore plus, je tâcherai d'envoyer à l'élève de courts articles ou des vidéos. Cela donne une dimension plus concrète, et plus palpable pour l'élève ; plutôt que de simplement écouter un cours entièrement théorique et au final assez abstrait.

    Italien niveau Lycée

    Etudiant l'italien depuis la 4e, j'ai toujours beaucoup apprécié cette langue, et j'ai pu la pratiquer lors de mon année en Erasmus, où de nombreux amis étaient italiens.

    Au lycée, ce n'est plus simplement de la découverte, on essaie d'acquérir un certain niveau d'expression et de compréhension.Je propose donc à l'élève d'améliorer ses compétences dans ces domaines, tant à l'écrit qu'à l'oral. L'idée est de mettre l'élève au centre de l'apprentissage, et de le laisser s'exprimer un maximum ! Cela passe par plusieurs axes :

    - Maîtriser (c'est souvent pénible, mais ça reste néanmoins nécessaire !) la grammaire italienne et la conjugaison des temps en italien.

    - Apprendre à passer du français à l'italien sans procéder à une traduction simplement par calque.

    - Améliorer son oreille avec de la compréhension orale, et travailler l'expression orale !

    - Améliorer ses yeux avec de la compréhension écrite, et travailler l'expression écrite !- Acquérir du vocabulaire général, et spécifique (sur certains thèmes précis).- Acquérir des connaissances civilisationnelles : c'est à dire sur la culture, et l'Histoire italienne.Dans tous les cas, l'idée c'est de mettre l'élève au centre du cours. Pour progresser en langue, il faut parler, parler, parler ! J'essaierai donc de laisser l'élève s'exprimer un maximum, même s'il y a des erreurs, pour qu'il s'habitue à utiliser la langue. Je lui donne en parallèle, des conseils pour corriger ses erreurs et améliorer son utilisation de la langue. L'idée c'est de lui montrer que même s'il n'a pas un niveau incroyable, il est capable de faire de phrases riches de sens, d'argumenter, et de construire une explication claire.

    Je propose par ailleurs des corrections d'exercices de différents types : des corrections d'exercices écrits (traductions, expressions écrites...), ou des évaluations d'exercices oraux ; en donnant notamment des conseils sur l'accentuation et la prononciation des mots.

    Philosophie niveau Lycée

    La philo au lycée, ça peut paraître parfois ennuyant et difficile. Il n'est pas facile de raisonner dans une classe de 30 élèves.Je propose donc de revoir des concepts philosophiques de base, avec une discussion où l'élève peut s'exprimer facilement, seul avec moi.L'idée c'est de revoir les concepts enseignés en philosophie : le Bonheur, la Vie, la Mort, la Religion, l'Art, la Parole, la Conscience... Cela passe par l'étude de certains auteurs et de textes clefs. On essaie de déchiffrer ensemble des textes, et de comprendre ce que l'auteur cherche à expliquer.L'idée c'est aussi de discuter un maximum ! Pour éviter que cela soit barbant, et pour qu'on ne mélange pas tout ; l'idéal est de s'exprimer, de discuter, pour développer les concepts dans la tête et dans la bouche de l'élève afin qu'il s'en fasse une idée précise. Plutôt que d'apprendre des théories d'auteurs par cœur, il me semble préférable d'acquérir les concepts par la discussion et l'explication, pour que l'élève se les approprie.Toutefois, même si l'on évite le par cœur, j'essaierai de donner à l'élève quelques mots clefs, citations, et autres noms d'auteurs. L'idée n'est pas simplement de parler éternellement, mais de retenir un véritable contenu de la discussion.Je propose également de donner des fiches résumé, qui reprennent les théories principales, les concepts clefs, avec les auteurs étudiés et leurs arguments. On n'oublie donc pas le contenu !Enfin, pour rendre ça le plus dynamique possible, on peut aussi faire appel à des exemples piochés dans l'actualité. Je peux donc éventuellement envoyer un court article à lire, ou une vidéo à visionner, pour que le concept philosophique en question soit plus parlant et plus concret . Il est parfois plus pertinent d'évoquer quelque chose d'actuel, plutôt que des théories qui sont souvent assez anciennes.Je tiens également à préciser, que je peux donner des conseils méthodologiques quant à la rédaction d'essais ou de dissertation. Ce sont des exercices dont j'ai beaucoup l'habitude à Sciences Po, je peux donc donner des conseils sur la méthode d'élaboration d'un plan, de construction d'une problématique, de développement d'une argumentation, etc... Ceci dans le but de préparer l'élève à d'éventuels exercices où l'on solliciterait ses capacités rédactionnelles.

    Économie niveau Lycée

    Les premières années du cursus de Sciences Po étant assez généralistes, l'économie est une des matières enseignées. Par ailleurs, j'ai pu me familiariser avec cette matière - que j'aime beaucoup - lorsque j'étais en classe préparatoire aux grandes écoles, section HEC.L'économie n'est pas une matière évidente, mais les concepts que l'on y étudie sont souvent tous liés. L'idée est de placer l'élève au centre de l'apprentissage pour qu'il raisonne, et s'approprie les concepts.J'essaierai de revoir avec lui les concepts clefs étudiés en cours : la richesse, le développement, les inégalités, le revenu, les prestations sociales, la dette, les taux d'intérêts, etc... J'essaierai par ailleurs de lui donner des explications sur le rôle des différents acteurs économiques : l'Etat, le consommateur, l'entreprise, l'UE, le FMI, les Banques... J'essaierai toujours de solliciter l'élève en lui posant des questions, pour que lui-même tente de comprendre les mécanismes économiques. Par ailleurs, pour rendre le cours plus captivant, j'essaierai de lui envoyer de courts articles ou des vidéos (sur internet, de nombreux blogs économiques sont très intéressants et très bien faits !) qui lui permettront de maîtriser tel ou tel concept. Cela permet de rendre le cours plus ludique, et surtout d'avoir des exemples (que j'essaierai de prendre dans l'actualité) plus concrets, plus palpables, plutôt que de simples explications uniquement théoriques. J'essaierai de rendre le cours plus compréhensible grâce à des exemples concrets, parlants pour l'élève.L'idée quoi qu'il en soit, est de placer l'élève au centre du cours : cela l'amène ainsi à être acteur de ce qu'il apprend, à poser des questions, et à faire lui-même les liens entre les cas étudiés dans son esprit.

    Préparation aux concours Sciences Po et IEP niveau Préparation aux concours

    Les concours des IEP, c'est toute une préparation, et un certain stress, il faut bien l'avouer.J'ai moi-même tenté ces concours en terminale, puis en Bac +1. Au final, je suis en Troisième année à Sciences Po Grenoble, mais j'avais alors tenté le concours commun des IEP, le concours de Sciences Po Grenoble, et celui de Bordeaux.Je propose donc un accompagnement spécifique pour chaque élève, et surtout pour chaque concours. Les épreuves ne sont pas toutes les mêmes, les attentes des correcteurs varient ; j'essaie donc de proposer un suivi spécifique pour chaque concours.Cela passe par trois axes principaux :

    - Les connaissances : des cours réellement sur le contenu des épreuves, sur ce qu'il y a à savoir, sur le fond.

    - La méthodologie : des conseils sur la méthodo ==> comment construire son plan, écrire une bonne introduction, une bonne conclusion, expliciter un argument, convaincre, impressionner... Bref', des conseils sur la forme. Les concours de Sciences Po reposent presque exclusivement sur de l'expression écrite (type dissertation), un énorme travail est donc à faire sur la méthodologie, la construction d'une argumentation fondée. Il faut apprendre à développer ses idées (en français et en langue étrangère d'ailleurs), à améliorer sa rhétorique, et à construire un développement. Au-delà des connaissances de fond, les concours de Sciences Po demandent énormément de capacités rédactionnelles et de méthode. Cela passe aussi par la gestion du temps, du stress, du temps passé au brouillon, etc...

    - La correction d'annales : Que ce soit en langues, en culture générale ("questions contemporaines" pour le concours commun), ou en histoire ; il faut s'entraîner avant le jour J. Il faut s'habituer à développer ses arguments, à construire toute son argumentation, à gérer son temps, etc... Je propose donc de corriger des annales des années précédentes, pour que l'élève puisse déjà s'entraîner avant le jour J.Épreuve d'Histoire, Langues, Questions Contemporaines, Culture Générale, Choix de Spécialité ; les concours de Sciences Po proposent des épreuves très différentes. J'essaierai d'apporter une aide précise sur chacune des épreuve en question.Dernière chose : étant passé par là aussi, je sais qu'un concours c'est beaucoup de préparation, de stress, et de remise en question de soi-même. On doute toujours beaucoup, on ne se sent jamais prêt, on s'inquiète tout le temps... Je serai aussi là pour ça ! Pour soutenir "psychologiquement" ! Pour rassurer, pour motiver, voire parfois pour pousser un petit peu à faire mieux. L'idée ce n'est pas de ne penser qu'à ça en permanence, mais c'est de ne pas se mettre une pression négative, et de pouvoir discuter, pour se relâcher un petit peu. C'est un concours, il faut donc être meilleur que les autres, même si cela peut être désolant. Toutefois, il ne faut pas devenir obnubilé par ces concours, et je servirai aussi d’exutoire. Je donnerai donc des conseils sur l'hygiène de vie, sur le sommeil, sur les façons de travailler et d'apprendre... Je serai là comme une aide, en essayant de motiver le plus possible, et en essayant d'évacuer les éventuelles angoisses.

    Collège

    Lycée

    Prépa HEC

    Prépas Scientifiques

    Formation Professionnelle

    Prépas Littéraires B/L

    BCPST

    Prépas Littéraires A/L

    Cours universitaires généraux et Grandes Écoles

    Préparation aux concours