Miguel A.

Miguel A.

Clock 30 heures de cours
Free session Premier Cours Gratuit

Présentation

Prof de français, diplômé de la Sorbonne, donne cours de français

Je suis un professeur polyglotte, féru cependant de la langue et de la culture française ! C'est pour cela que je propose des cours de français, langue dont les rouages me sont transparents : que vous soyez un(e) néophyte enthousiasmé(e) ou un(e) enthousiaste cultivé(e), j'apporterai mon aide et mon soutien à tout type de travail lié à la langue française : 

- pratique de la conversation pour améliorer son expression orale ;

- relecture, traduction, ou aide aux devoirs ; 

- amélioration de l'expression écrite (en particulier, la stylistique) ; 

- préparation au brevet des collèges, ainsi qu'aux épreuves écrites et orales du bac français

J'ai obtenu un BAC L luxembourgeois mention "Bien", qu'on appelle, en fait, la section "langues vivantes" : on avait, à raison de 5h par semaine pour chaque langue, et ce pendant 3 ans, des cours d'allemand, d'anglais, d'espagnol et de français. Ensuite, direction Paris pour cinq années d'études à la Sorbonne Paris-IV : après la réussite de ma Licence en Lettres Modernes, j'ai aussi obtenu mon Master Recherche en Littératures françaises (oui, au pluriel !).

C'est depuis mon adolescence que je donne des cours d'appui : je me souviens d'après-midis passés chez des amis, à leur expliquer tel phénomène grammatical, à leur proposer telle correction stylistique ! J'avais déjà, à ce moment-là, un goût prononcé pour le soutien scolaire. 

Pendant mes années d'étude à la Sorbonne, je rentrais l'été au Luxembourg pour pouvoir donner, à la fin de l'été, des cours de rattrapage dans mon ancien lycée à des élèves qui passaient les épreuves de rattrapage de septembre - job d'été proposé par le Ministère de l'Éducation nationale. Je l'ai fait pendant deux étés consécutifs, et c'était là une expérience enrichissante. J'avais respectivement une classe de 12 et une classe de 18 élèves et nous couvrions en l'espace de deux semaines, à grands coups de "rappels" grammaticaux, les problèmes épineux que leur posait la langue et la grammaire française. À côté de ces jobs d'été ponctuels, pendant les cinq années de ma formation universitaire et parallèlement à celles-ci, j'ai dispensé des cours d'appui en français et en allemand à de nombreux collégien(ne)s et lycéen(ne)s.

L'une de mes qualités essentielles réside dans le fait d'être à l'écoute des besoins de mes étudiants. Je ne vais pas chercher à vous assommer de règles grammaticales si votre première inquiétude est de maîtriser l'orthographe - bien souvent délicate ... - de la langue française. Mes cours seront donc pensés en fonction de vos besoins, de vos points forts et de vos lacunes.

N'hésitez donc pas à me contacter pour de plus amples informations !

Cursus académique

  • diplômé de Université Paris-Sorbonne
  • Bac L mention Bien

Avis des élèves

5 Avis
  • Extraordinaire
    5
  • Excellent
    0
  • Bien
    0
  • Moyen
    0
  • Décevant
    0
  • Seuls les élèves ayant pris un cours sur LiveMentor sont autorisés à laisser un avis.



    Les élèves peuvent évaluer leurs mentors sur 3 critères :




    - Expertise
- Disponibilité
- Pédagogie

    Avis laissé par Domitille

    Le 20 juin à 21h55

    Extraordinaire

    J'ai fait appel à Miguel afin qu'il me traduise en allemand une lettre de candidature que j'avais rédigée en français. Il a réalisé la traduction dans un délai très rapide ce qui m'a permis d'envoyer mes candidatures rapidement et de décrocher plusieurs entretiens et un stage à Berlin au bout du compte. Même si je n'ai pas fait appel à Miguel pour les matières qu'il enseigne, je suis convaincue que Miguel a toutes les qualités pour accompagner des élèves, mais en tant que parents ou étudiants, n'hésitez pas à faire appel à lui pour des raisons plus professionnelles.

    Avis laissé par Baptiste

    Le 16 juin à 18h43

    Extraordinaire

    Miguel est un super professeur, qui m'a donné de nombreuses définition simplifiée pour me faire comprendre (ici l'argumentation), il m'a aussi donné de nombreux exemples ( posséde une très grande culture littéraire) qui sont fondamentaux pour écrire une dissertation. Je le remercie vraiment car il me permet d'être plus confiant pour l'épreuve que j'ai demain (bac de français). Je vous conseille vivement ce mentor.

    Avis laissé par Elisa

    Le 10 juin à 19h08

    Extraordinaire

    Miguel est quelqu'un de très sympathique, disponible, pédagogue et donne des cours avant tout par plaisir! N'hésitez pas à le contacter!

    Avis laissé par Sabrina

    Le 01 juin à 10h52

    Extraordinaire

    Excellent mentor, à l'écoute, disponible et efficace. Miguel a travaillé vite et bien. Son aide m'a été précieuse et je le recommande vivement, merci !

    Avis laissé par Edouard

    Le 20 avril à 17h09

    Extraordinaire

    Voir plus d'avis

    Questions et Réponses

    À quoi sert la ponctuation dans une phrase ?

    Français niveau Collège / La ponctuation, les majuscules et les accents

    La phrase est la microstructure d'un texte donné. Sans celle-ci, il est difficile pour le lecteur de lire le texte de manière intelligible et cohérente. En plus de permettre de créer un rythme, la ponctuation dans la phrase fonctionne comme un indicateur, permettant au lecteur de comprendre qu'une nouvelle idée est énoncée avec chaque nouvelle majuscule.

    Comment reconnaît-on un poème symboliste?

    Français niveau Lycée / Le romantisme, le symbolisme et le surréalisme

    Le "symbolisme", comme son nom l'indique, est à la fois un courant et une école qui cherche à déchiffrer le réel par le biais du "symbole". En d'autres termes, les poètes symbolistes fondent leur croyance en un monde qui ne participe pas uniquement du monde réel, mais qui s'enchevêtre avec un ordre différent, inconscient, surréel (à bien des égards, le symbolisme "annonce" le surréalisme du XXème siècle). De sorte qu'un poème symboliste ne saurait être descriptif, il essaie au contraire, par-delà l'apparence ostensible des choses, et par le biais de la suggestion et du symbole, d'atteindre l'âme des choses. Il est difficile, en réalité, de reconnaître un poème symboliste à partir d'autre chose que le nom de son auteur (Mallarmé, Verlaine, Rimbaud ou encore Lautréamont) ou le recours au symbole, tant la métrique n'est pas formellement marquée chez les symbolistes ; ainsi, si Lautréamont et Baudelaire affectionnent tout particulièrement les poèmes en prose, il n'est pas inusité que Rimbaud symbolise son rapport au monde à travers un sonnet. Il faut, donc, pour reconnaître un poème symboliste, avoir de solides connaissances littéraires, et également se fier à sa sensibilité de lecteur pour parvenir à dévoiler le voile des mots, déchiffrer la configuration du monde due à la vision du poète symboliste, pour rendre lisible un poème au départ inintelligible.

    Dans quel cas emploi-t-on l'imparfait ?

    Français niveau Collège / Employer le passé simple et l'imparfait

    Pour mieux comprendre dans quel cas on emploie l'imparfait, il faut apporter quelques explications préliminaires sur le mode dont il est issu : l'indicatif. L'indicatif est le mode de l'actualisation : il présente les événements de manière thétique. Il est constitué de formes simples (indicatif présent, imparfait, passé simple, futur simple, conditionnel présent) et de formes composées (passé composé, plus-que-parfait, passé antérieur, futur antérieur, conditionnel passé). D'un point de vue aspectuel, les formes composées sont accomplies, et les formes simples, non-accomplies (comparez : "j'ai vu" à "je vois"). L'imparfait est apte à exprimer des actions situées dans un passé relativement proche (en tout cas, par rapport au passé simple). Avec le passé simple, il rentre en alternance dans les récits au passé : on trouve à l'imparfait toutes les formes qui ne font pas progresser le récit (circonstances préalables ou événements simultanés par rapport aux faits exprimés au passé simple, qui fournissent le point de référence temporelle), c'est la raison pour laquelle on parle de toile de fond, d'arrière-plan, et pourquoi li sert essentiellement à la description alors que le passé simple assure la progression narrative. On réservera donc le passé simple aux verbes qui dénotent un procès unique, une "action" unique et de premier plan, et l'imparfait pour tous les verbes qui servent, globalement, à la description.

    Citez un exemple de gradation.

    Français niveau Collège / Les figures de style

    Le Gradus définit la gradation comme suit : "présenter une suite d'idées ou de sentiments dans un ordre tel que ce qui suit dise toujours ou un peu plus ou un peu moins que ce qui précède, selon que la progression est ascendante ou descendante". Ce sont généralement des phrases aux constituants juxtaposés (phrase dont les constituants sont donc reliés sans conjonctions de coordination) qui présentent une gradation. En outre, pour la repérer, il faut généralement repérer l'augmentation ou la diminution de la quantité syllabique contenue dans chacun de ces constituants. Voici des exemples de gradations : - "Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue" (RACINE, Phèdre, I.3) | 3 syllabes, suivies de 3 autres, puis 6 : gradation ascendante. - "Ah ! Oh ! Je suis blessé, je suis troué, je suis perforé, je suis administré, je suis enterré" (JARRY, Ubu roi) | 4, 4, 5, 6, 5 : gradation ascendante, malgré une diminution finale en 5 syllabes. - "Mme de Cambremer serait ravie (…), heureuse (…), contente." (PROUST) | 7,2,2 : gradation descendante. Exemple souvent repris, la gradation descendante étant plutôt rare en français.

    Conjuguez le verbe "tenir" au conditionnel composé.

    Français niveau Collège / Le conditionnel

    J'aurais tenu Tu aurais tenu Il aurait tenu Nous aurions tenu Vous auriez tenu Ils auraient tenu

    Que signifie le sens figuré d'un mot ?

    Français niveau Collège / Le sens propre et le sens figuré

    Il arrive bien souvent qu'un mot, en français, soit pourvu d'un sens propre et d'un sens figuré. Le sens propre d'un mot renvoie à sa réalité la plus triviale, la plus courante, la plus "réelle" et tangible. Prenons cette phrase, par exemple : "Je me suis acheté un nouveau manteau blanc." Ici, pas de doute possible : le "manteau blanc" renvoie à ce que nous nous représentons physiquement comme un manteau blanc, à savoir un vêtement qu'on porte lorsqu'il fait froid. Par contre, il m'est possible de détourner ce sens propre en un sens figuré. Imaginons que, époustouflé face aux Alpes françaises, je m'exprime comme suit : "Elle est belle, cette montagne au manteau blanc." Ici, on voit évidemment que la montagne n'est pas couverte d'un manteau "physique", mais d'un manteau "métaphorisé". En d'autres termes, il s'agit d'une image : le "manteau blanc" est ici détourné dans son sens figuré ; le locuteur applique ces termes-là pour signifier la couche de neige qui s'est posée sur les collines. Donc, le sens figuré (on trouve dans ce mot, d'ailleurs, le terme "figure", synonymique d'"image") est toujours le sens moins "attendu" d'un mot, le sens plus imagé et abstrait que le sens propre.

    En quoi consiste l'adaptation ?

    Français niveau Lycée / Les réécritures du XVIIe siècle à nos jours

    L'adaptation est un procédé consistant en la traduction (dans le sens latin de "translatio", signifiant "mouvement, passage") d'un produit culturel d'un média à un autre. En d'autres termes, et à titre d'exemple, il s'agit de transposer à l'écran (sous forme de fiction ou de documentaire) une histoire originairement narrée dans un livre (ce cas de figure se présentant le plus souvent). Toutefois, avec l'adaptation, il s'agit toujours d'une transposition, et jamais d'une reproduction, dans le sens où cette opération de passage admet une perte plus ou moins grande de quelque chose (une scène-phare du livre ne sera pas représentée, direction artistique différente de celle du livre, etc). C'est pour cela que, pour comparer une oeuvre cible (par exemple le film "Lolita" de Stanley Kubrick) avec son oeuvre source (le roman "Lolita" de Vladimir Nabokov), on parlera en termes de "fidélité", mais jamais en termes d'"équivalence", car celle-ci n'est tout bonnement pas possible. In fine, si on peut évidemment rattacher l'oeuvre nouvellement créée à son oeuvre source, il arrive souvent que les oeuvres soient si éloignées l'une de l'autre qu'il faut les considérer séparément, comme deux produits culturels par trop différents.

    Matières enseignées et méthodologie

    Français niveau Collège

    Le français au collège est l'occasion d'un premier éveil à la littérature, ainsi que d'une consolidation des acquis grammaticaux de la primaire. Dans cette perspective, je procède en trois temps :

    - l'identification de la nature du problème posé par la langue française ;

    - le rappel des règles grammaticales sur lesquelles le problème identifié repose, ainsi qu'une attention toute particulière aux exceptions ;

    - la consolidation par la répétition des exercices.

    Au collège, l'exercice est maître, de sorte que je leur consacrerai la majeure partie de la leçon, d'autant plus que certaines des difficultés les plus courantes auxquelles le collégien fait face (conjugaison, orthographe, genres des substantifs, etc.) ne se résolvent que par des exercices quotidiens, qui se trouvent grandement facilités par des moyens mnémotechniques, dont je garde - ici, pour le moment - le secret. 

    Bien entendu, je prépare aussi au brevet des collèges (j'ai à mon actif une étudiante dont les notes en français se sont ostensiblement augmentées), et saurai régler la difficulté des exercices pour la réussite de celui-ci.

    Français niveau Lycée

    Une fois arrivé au lycée, l'étudiant se confronte davantage aux textes canoniques de la littérature. La grammaire est - plus ou moins - maîtrisée, l'expression écrite est correcte, voire bonne. D'un simple "éveil", le lycéen passe à un approfondissement de la littérature et vise une connaissance appréciable et générale de celle-ci. 

    La méthodologie au lycée, pour un problème d'ordre grammatical ou orthographique, sera la même que celle adoptée pour les collégien(ne)s (bien que plus poussée), différente toutefois quand il s'agira de littérature. Le cas échéant, je veillerai à :

    - Recontextualiser. Un texte littéraire s'insère toujours dans l'Histoire et l'histoire littéraire. L'enjeu d'un texte ne peut être compris sans une parfaite connaissance du professeur des mouvements littéraires ; savoir que je saurai mobiliser pour que le lycéen comprenne par exemple en quoi la production poétique de Charles Baudelaire le consacre en tant que poète moderne.

    - Sensibiliser le lycéen à la structure du texte. Quel type de récit pour quel public ? Quelles sont les grandes parties qui scandent l'extrait d'une pièce de théâtre, d'un roman, d'une nouvelle étudié ? Quelle logique argumentative est perceptible, quelle est l'intention de l'auteur et quelle est sa visée ?

    - Faire en sorte que le lycéen cerne l'intérêt du texte proposé. Bien souvent, un texte présente un faisceau d'intérêts divers, que l'on peut regrouper sous l'étude d'une problématique. Le texte, "forme-sens", pose problème, et il est du devoir du professeur de montrer à l'étudiant que l'extrait à l'étude pose un intérêt tout particulier.

    - Permettre au lycéen de reformuler. Il sera demandé à l'étudiant de comprendre un texte, et, pour le démontrer, il devra savoir reformuler les idées principales contenues dans le texte. Dans cette optique, je veillerai tout particulièrement à la bonne expression de l'étudiant, en proposant ponctuellement des reformulations stylistiquement plus abouties (prise de notes obligatoires chez moi !)

    Avec ces quatre clés en main, l'étudiant sera en mesure de se confronter à n'importe quel type de texte littéraire, saura en dégager les enjeux principaux et remarquer des faits de langue ou stylistiques intéressants. J'ai déjà éprouvé cette technique à plusieurs reprises sur un étudiant qui préparait son baccalauréat, je suis donc en mesure d'aider tout étudiant désirant se préparer au bac, que ce soit aux épreuves écrites ou orales.

    Collège

    Lycée



    Vous avez une question ? Contactez sans hésiter, 7j/7 un membre de l'équipe LiveMentor par mail à l'adresse contact@livementor.com.


    Logo emblem Connexion

    Logo emblem Inscription (1er cours gratuit !)