Romain K.

Romain K.

Pas Encore D'avis

Free session Premier Cours Gratuit

Présentation

étudiant à HEC Paris après classe prépa A/L

Je donne des cours particuliers depuis presque trois ans désormais, avec un enthousiasme qui n'a pas diminué au fil du temps. J'ai commencé à enseigner en sortant de classe préparatoire A/L au lycée Henri IV, après avoir intégré HEC Paris. Actuellement à l'étranger, je continue à donner des cours en ligne. 

Etant passé par une classe préparatoire atypique pour quelqu'un intégrant ensuite une école de commerce, je propose de mettre cette expérience particulière à votre disposition pour renforcer vos connaissances en anglais, allemand, philosophie, Histoire-géographie et Culture générale. 

En classe préparatoire A/L à Henri IV, j'ai passé ma khâgne à me spécialiser en philosophie. C'est cette matière qui m'a permis d'être admissible à l'ENS Lyon et d'intégrer HEC Paris.  Au concours de l'ENS, ma note moyenne était supérieure à 16/20, et c'est ce niveau aussi bien en philosophie qu'en histoire et en anglais qui m'a permis de réussir les concours.

J'ai fait un stage de 6 mois aux Etats-Unis et étudié en allemagne à la Freie Universität Berlin. Ces deux expériences linguistiques fortes me permettent d'enseigner ces langues de manière authentique et axée sur la discussion. En effet, les langues sont à mes yeux des outils vivants : il faut les pratiquer à l'oral et à l'écrit, et c'est ces deux dimensions d'exercices que je vous propose grâce aux cours en ligne.  

Je propose systématiquement un premier cours gratuit à mes élèves afin qu'ils puissent s'habituer à l'enseignement en ligne et voir si le cours peut leur convenir. Mes horaires sont très flexibles, en semaine aussi bien que le week-end. 

J'ai grande hâte de vous rencontrer afin de booster vos performances scolaires et académiques!  

Cursus académique

  • étudie à HEC Paris
  • diplômé de Freie Universität Berlin
  • Bac L mention Très Bien avec les félicitations du jury

Questions et Réponses

Le pouvoir politique est-il seulement une contrainte exercée par un souverain ?

Culture Générale niveau Prépa HEC / Le pouvoir politique

Question difficile qu'il faut savoir traiter par étapes afin d'y répondre de manière cohérente. Il s'agit avant tout de bien comprendre de quoi est constitué le pouvoir. En effet, si le mot "pouvoir" ou l'expression "pouvoir politique" peuvent à première vue paraître évidents, on se rend rapidement compte qu'il est difficile de cerner le sujet sans en trouver une définition centrale de ce que l'on entend par cette expression. La question nous invite à nous interroger sur l'essence du pouvoir politique et ses modalités d'exercice. On va s'apercevoir que si le pouvoir tel qu'on le comprend habituellement semble en effet émaner d'une personne ou d'une institution ("le souverain" dont il est question dans le sujet), une réflexion plus poussée nous permet de comprendre que le pouvoir politique est avant tout une construction psychologique intégrée par les sujets qui y sont soumis. Paradoxalement, le pouvoir n'est donc pas "une contrainte exercée par un souverain", mais bien plutôt une contrainte que le sujet s'impose à lui-même. En effet, certains philosophes voient dans le politique et dans l'exercice du pouvoir un simple rapport de hiérarchie basé sur la contrainte, sur la coercition. Ainsi, Thomas Hobbes, dans son oeuvre centrale, Le Léviathan, pense un système politique qui donnerait un pouvoir illimité au Prince (figure générique du pouvoir) afin de sortir l'humanité de "l'état de nature" (une expérience de pensée d'un monde antérieur à l'organisation politique des hommes). Pour Hobbes, seule une pareille structure de pouvoir peut permettre une gestion politique efficace des hommes et de la Cité. En somme, Hobbes a une vision très classique de ce qu'est le pouvoir. Le pouvoir est violent, il est pure contrainte, il est coercition et soumission forcée des sujets. Il émane d'un sujet bien défini, qu'il s'agisse du Prince, du gouvernement, du roi... En somme, le pouvoir serait avant tout quelque chose d'actif : une pression exercée activement par un souverain sur ses sujets. D'une certaine façon, des penseurs bien plus tardifs comme Max Weber ont également partagé cette vision de l'essence du pouvoir, en affirmant que l'Etat est par définition cette entité qui détient "le monopole de la violence légitime". Pour ces philosophes, il y aurait une continuité fondamentale entre la guerre et la politique. Comme le disait Clausewitz, "la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens" : si peu les séparent ; leur essence est commune. Peut-être ces penseurs ont-ils raison, mais leur compréhension du pouvoir ne serait-elle pas quelque peu superficielle? Ne serait-ce pas appauvrir le concept de pouvoir que d'en faire un simple rapport actif d'un "dominant" sur un "dominé"? Bien plus tard, le philosophe français Michel Foucault reprenait la fameuse phrase de Clausewitz à son compte, en la changeant et en la cuisinant à sa sauce dans un entretien avec B.H. Lévy : "ce n'est pas la guerre qui est la continuation de la politique, mais la politique qui est la continuation de la guerre par d'autres moyens". Il y a certes un contexte très particulier à cet entretien et à cette phrase, mais il est intéressant d'introduire la façon dont Foucault conceptualise le pouvoir par cette citation. Pour Foucault, le pouvoir est avant tout un long processus historique au cours duquel les sujets se sont eux-mêmes contraints aux formes du pouvoir. En effet, la naissance de l'Etat moderne, du pouvoir politique tel qu'on le connaît, c'est avant tout, pour Michel Foucault, une technique de maîtrise des sujets qui passe par le langage et le contrôle des corps. Pour reprendre l'énoncé, Foucault affirme que le "pouvoir politique" est bien une "contrainte", mais une contrainte que le sujet exerce sur lui-même en ayant intégré un discours et des comportements au sein d'un réseau de menues coercitions. Dans "Surveiller et punir", Foucault décrit ainsi la naissance de l'Etat moderne, capable de contrôler des populations gigantesques avec très peu de moyens humains (soldats, police, administration) à sa disposition. C'est exactement de cette façon également que Machiavel, dans son oeuvre la plus connue, "Le Prince", décrit ce qui fait le mécanisme de pouvoir. Michel Foucault rend souvent hommage à cette intuition du penseur italien de la Renaissance dans ses propres oeuvres. En conclusion, le "pouvoir politique" est bel est bien une "contrainte", mais pour être plus précis, il faudrait dire "des contraintes" : c'est un réseau de discours et de petites coercitions qui force les individus à obéir au Prince. Le pouvoir est décentralisé, il n'émane pas d'une seule figure centrale s'imposant activement. Les sujets se soumettent au pouvoir et créent le pouvoir par leur soumission même. Nous pouvons conclure avec un exemple : quand Ravaillac assassine le roi Henri IV en 1610, il est capturé et mis au supplice de manière horrible. Le régicide est torturé, d'abord enfermé, puis en public, avant d'être exécuté et démembré devant le peuple. Comment comprendre une telle démonstration de force et de violence, alors que le roi et déjà mort et qu'il ne peut plus être sauvé? Foucault analyse cette réaction en disant qu'elle constitue l'ultime retranchement d'un pouvoir acculé, qui se retrouve face à ses limites concrètes : il faut faire peur, il faut marquer les esprits, il faut forcer les sujets du pouvoir à se contraindre eux-même, car aucun souverain ne dispose de suffisamment de moyens que pour régner sans que les sujets ne s'imposent eux-même un étau psychologique. Le pouvoir, dans le monde moderne, ne peut être que contrainte des sujets par eux-mêmes.

Matières enseignées et méthodologie

Culture Générale niveau Prépa HEC

L'épreuve de culture générale à HEC est complexe pour les élèves qui se sont longtemps focalisés sur les autres matières/épreuves ayant le coefficient le plus élevé. La meilleure façon de procéder est d'effectuer un travail continu et régulier. 

Ma méthode consiste en une préparation en "conditions réelles" à l'épreuve de culture générale : l'élève découvre le sujet 30 minutes avant le début du cours (par email), le traite en live, puis reçoit mes commentaires. Nous procédons ensuite ensemble à une correction détaillée qui donne des éléments de réponse et un cadre de pensée à l'élève pour traiter des sujets analogues dans le futur.  

Collège

Lycée

Prépa HEC

Prépas Scientifiques

Formation Professionnelle

Business et entrepreneuriat

Prépas Littéraires B/L

BCPST

Prépas Littéraires A/L

Cours universitaires généraux et Grandes Écoles




Logo emblem Connexion

Logo emblem Inscription (1er cours gratuit !)