Vincent Perrot

Vincent Perrot

Pas Encore D'avis

Présentation

Normalien (Ulm), étudiant à HEC Paris, diplômé de la Sorbonne

Elève à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, en histoire et en philosophie, j'ai effectué un master d'histoire contemporaine à l'Université Paris-Sorbonne et un Master in Management à HEC Paris. Avant mon entrée à l'ENS (2012), j'ai effectué un baccalauréat littéraire (j'ai obtenu 20,57/20, la meilleure moyenne en 2010) et deux ans de classes préparatoires au lycée Henri IV (spécialité Lettres Classiques). Mon parcours, interdisciplinaire, à la fois exigeant et varié, m'a permis de développer mon sens de l'adaptation, mes méthodes d'apprentissage et mon goût du savoir. 

Je donne depuis six ans des cours particuliers à des collégiens et des lycéens, que je prépare au Brevet des collèges et au Baccalauréat. Jusqu'ici les résultats ont toujours été très satisfaisants : mention B ou TB à l'un ou l'autre des examens. Je suis habitué à proposer des cours de français, d'histoire, de géographie, de philosophie et de latin. J'essaie de donner à mes élèves la passion de la lecture, en conseillant des livres en lien avec leurs centres d'intérêt. L'une de mes grandes fiertés est d'avoir fait découvrir les nouvelles de Guy de Maupassant à un collégien de 5ème, qui a fini par préférer les livres à ses jeux vidéos, et m'a demandé une liste de lecture plus dense... J'essaie aussi de fournir à chacun une méthode conforme à sa façon d'apprendre et de mémoriser les connaissances. Je pense être un professeur particulier à la fois pédagogue et sérieux, strict et rassurant, déterminé à faire réussir mes élèves tout en leur transmettant ma passion pour les matières littéraires. 

Cursus académique

  • étudie à ENS & HEC
  • Bac L mention Très Bien avec les félicitations du jury

Questions et Réponses

Donnez la définition de l'anti-héro.

Français niveau Lycée / Les personnages du roman

Pendant longtemps, les grands personnages de roman se sont caractérisés par leurs qualités d'exception, leur héroïsme, leur courage et leur vertu. C'est, dans l'Antiquité grecque, un Ulysse, aventurier capable de déjouer les pièges qui lui sont tendus. Ce sont, au Moyen-Age, les chevaliers des romans de Chrétien de Troyes, dignes représentants de la morale nobiliaire et de l'amour courtois. Au XIXème siècle, les héros réalistes, Julien Sorel (dans Le Rouge et le Noir de Stendhal) ou Rastignac (dans Le Père Goriot de Balzac), ne sont pas exempts de défauts mais demeurent encore des personnages d'exception, par leur intelligence sociale et leur volonté de conquête. A la fin du XIXème siècle, les romanciers commencent non plus à peindre des héros, mais des personnages banals, désespérément ordinaires : Charles Bovary, l'épouse d'Emma dans le roman de Flaubert, en est l'exemple caractéristique. Sa vie est un ennui, une accumulation de petits faits sans importance. Le XXème siècle donne à voir encore davantage une image désenchantée de l'homme : Bardamu, dans Voyage au bout de la nuit, est un personnage lâche, qui subit sa vie plus qu'il ne la contrôle, un être sans morale ni vertu, dépassé par les évènements. Meursault, dans L'Etranger de Camus, est un personnage froid, parfois mesquin, sans émotion ni grandeur. L'anti-héros, c'est donc un personnage de roman que l'on pourrait croiser au coin de n'importe quelle rue, c'est un personnage désenchanté et désenchantant, sans grandeur, sans importance, mais qui permet au romancier de brosser le réel, de le critiquer et de le mettre en scène de manière crue, froide, terriblement réaliste.

Pourquoi dit-on de la première guerre mondiale qu'elle est une guerre totale ?

Histoire-Géographie niveau Collège / La première guerre mondiale

Une guerre totale est une guerre qui n'oppose pas seulement des armées ennemies, mais les Etats dans toutes leurs composantes : politiques, sociales, économiques... La Première Guerre mondiale est le premier véritable exemple de guerre totale. Le front est mobilisé, mais ce qu'on appelle "l'arrière" l'est aussi. D'un point de vue social, les femmes sont très sollicitées car elles doivent pallier l'absence des hommes partis au front. En milieu rural, elles doivent redoubler d'efforts dans les champs pour nourrir l'ensemble de la population et permettre l'approvisionnement des soldats. En milieu urbain, elles apprennent de nouveaux métiers : par exemple, dans l'industrie d'armement, on les appelle des munitionnettes. D'un point de vue économique, les banques sont sollicitées pour aider l'Etat à financer l'effort de guerre. L'Etat lance auprès des citoyens plusieurs "grands emprunts" en vue d'améliorer les armements et d'équiper les soldats. Les industries lourdes sont réquisitionnées. D'un point de vue politique, les partis doivent réaliser l'Union sacrée au nom de la Patrie. La presse est censurée, et, pour ne pas démoraliser les citoyens, l'Etat impose aux journaux le "bourrage de crâne" de la population. La guerre ne se déroule donc pas seulement sur le champ de bataille, mais dans les esprits, dans les moeurs, dans les institutions, dans les banques, dans toute la société civile.

Matières enseignées et méthodologie

Collège

Lycée

Prépa HEC

Prépas Scientifiques

Prépas Littéraires A/L




Logo emblem Connexion

Logo emblem Inscription (1er cours gratuit !)