Menu
  1. Toutes les matières
  2. Histoire-Géo
  3. Prépa HEC

Chapitre 11 :
Le contrôle des frontières

< Chapitre précédent : Le contrôle des lieux stratégiques
Le contrôle des frontières

Contrôler ses frontières est une preuve de la souveraineté d'un État-nation, le fondement de son indépendance. Les frontières telles que nous les connaissons ne se fixent réellement en Europe qu'à partir du XVIe siècle, au moment où commencent à émerger les États-nations modernes.

I

Vers des frontières passoires ?

A

Les années 1930 marquent l'apogée des frontières fortes

En Europe, les frontières constituent des lignes :

  • Etroites (ligne précise que calculent les géographes, pas de zone de transition entre les nations)
  • Fortes (développement de gardes-frontières ou douaniers, fortification comme la ligne Maginot)
  • Complètes (limites politiques, juridiques, économiques, culturelles et, de plus en plus, linguistiques).

La Première Guerre mondiale prétend réorganiser le continent selon le principe des nationalités (disparition des empires).

L'Europe exporte son modèle de frontière à travers le monde. D'abord par la colonisation car il faut délimiter les possessions européennes (à nuancer car, encore aujourd'hui, seules 40% des frontières africaines sont matérialisées sur le terrain).

L'apogée des frontières fortes est atteint après 1945. En effet, aux frontières nationales se superposent des frontières idéologiques étanches (rideau de fer en Europe). Aussi, l'accession à l'indépendance des anciennes colonies entraîne la multiplication des frontières au Sud.

B

Vers la fin des frontières ?

La libéralisation des échanges et des flux provoque le nivellement des frontières. En effet, alors que les droits de douane dépassaient 52% aux États-Unis en 1932 (tarif Hawley-Smoot), ils sont tombés à moins de 5% pour les produits industriels. Se développe alors un espace « hors frontières » :

  • Espace
  • Haute-mer
  • Antarctique
  • Monde clandestin
  • Internet.

Parallèlement, les frontières sont l'objet de critiques croissantes. D'abord au nom du libéralisme économique (les frontières nuiraient au bon fonctionnement du marché mondial), puis au nom du libéralisme politique (proclamant le droit de s'installer là où on le souhaite, ainsi les frontières entraveraient les libertés fondamentales), enfin au nom de la solidarité et de l'efficacité (pandémies, pollution, réchauffement climatique ignorent les frontières).

Ainsi, la société moderne privilégie le changement, le mouvement, le progrès. Les frontières ne favorisent-elles pas à l'inverse l'immobilisme et la continuité? Dans le vieux combat entre le nomade et le sédentaire, le premier, qui avait été peu à peu repoussé par le second, prend sa revanche...

II

La persistance des frontières nationales

A

La frontière est filtre, à la fois passage et barrière

Le filtrage des échanges commerciaux n'a pas totalement disparu. Les droits de douane théoriques dans l'OCDE varient entre 4 et 6% en moyenne. A cela, il faut ajouter les mesures de protection non tarifaires ou encore les quotas.

Même démarche en ce qui concerne les migrations internationales. Les États essayent de reprendre le contrôle de ces flux, en particulier pour les immigrants illégaux. Tous les pays en viennent à privilégier les immigrants dont l'économie a besoin.

Le filtrage concerne même les flux de capitaux. Les IDE font passer sous contrôle étranger des sociétés dont certaines sont considérées comme stratégiques. En France, la notion a été étendue aux FMN de rayonnement mondial : le gouvernement s'est alarmé en 2005 des rumeurs de rachat de Danone par Pepsi Cola, Dailymotion par Yahoo en 2013. Dès lors, instauration d'un « patriotisme économique » : en 2005, dix secteurs clefs sont définis où l’État peut bloquer une tentative de rachat étrangère :

  • Armement
  • Sécurité
  • Biotechnologies
  • Casinos
  • Technologies civiles et militaires...

De même aux États-Unis, « patrie du libéralisme », avec la clause Exon-Florio (1988) autorisant l'administration à interdire le rachat d'une entreprise « vitale pour la sécurité du pays ».

Certaines nations réussissent même à contrôler les flux d'informations, à l'instar de la Chine qui a transformé son Internet en un véritable Intranet grâce aux dizaines de milliers de censeurs.

B

La frontière reste une séparation et même une coupure

Malgré les tendances à l'uniformisation mondiale, les frontières continuent de séparer des territoires différents. Elles restent une coupure culturelle, économique et, surtout, juridique et politique. Preuve, la persistance d'un « effet frontière » dans les mentalités et dans les stratégies : ainsi les Européens ont tendance à acheter des actions ou des obligations de leur pays plutôt qu'à l'étranger. Raisons à cela :

  • Variations monétaires et les risques qui s'ensuivent (argument ne vaut pas pour la zone euro)
  • Diversités culturelles expliquant des modes de consommation différents
  • Persistance des frontières linguistiques et juridiques
  • Il persiste toujours un « scepticisme face à l'étranger »...

Les FMN sont considérées comme les responsables de l'abaissement des frontières. Mais il y a ambiguïté entre disparition complète des frontières et abaissement de celles-ci. Ainsi, la disparition complète des frontières n'est souvent pas voulue par les FMN qui ne bénéficieraient pas des avantages comparatifs à la délocalisation par exemple.

C

La frontière fournit protection et sécurité

Le 11 septembre 2001 semble être le retour du politique, du national, et donc des frontières. Aussitôt des mesures sont prises pour renforcer les contrôles aux frontières.

III

Les nouvelles frontières

A

Les frontières croissent et se multiplient

Paradoxe : non seulement les frontières ne disparaissent pas, mais elle se multiplient (décolonisation, éclatement de l'URSS...). D'autres frontières apparaissent : en effet, au-delà des frontières sociales ou des frontières informelles (délimitation du territoire d'une bande), des structures fédérales apparaissent, mais aussi à un niveau supérieur la formation de blocs économiques (comme l'Union européenne).
On peut alors se demander où sont les frontières en France ?

  • Frontières d'immigration avec l'espace Schengen
  • Frontières monétaires avec zone euro
  • Frontières commerciales avec TEC.

Ainsi, dissociation des différents types de frontières :

  • Juridiques
  • Politiques
  • Economiques
  • Culturelles...
B

Vers des frontières intelligentes et profondes ?

George W. Bush a lancé le programme de smart border, ou frontière intelligente. La linea entre le Mexique et les États-Unis constitue le prototype de ce nouveau type de frontières :

  • Murs de panneaux d'acier et de barbelés
  • Senseurs
  • Caméras
  • Appareils à rayons X
  • Caméras infrarouges
  • Tours de détection
  • Drones...

Autre tendance lourde, les frontières s'épaississent et sont présentes sur l'ensemble du territoire. Désormais, en France, l'essentiel des effectifs de la Police aux Frontières est déployé dans les aéroports. Par ailleurs, les contrôles peuvent se faire avant même d'arriver sur le territoire : visas délivrés par les consulats, mais aussi plus récemment avec les accords de Touquet (2003 : contrôles d'immigration doivent se faire avant la traversée de la Manche, en France).

Chapitre suivant : Ruptures et continuités de l'espace soviétique >