Menu
  1. Toutes les matières
  2. Histoire-Géo
  3. Prépa HEC

Chapitre 16 :
La France dans le monde depuis 1945

< Chapitre précédent : Progrès et technologie dans la mondialisation
La France dans le monde depuis 1945
Introduction

« Grande puissance moyenne », propos du président Valéry Giscard d'Estaing. En effet, grande puissance par ses héritages multiples mais moyenne au regard de l'émergence des Grands depuis 1945.

Problématique : Quelle peut être la place de la France dans le monde, après l'épreuve de la décolonisation et les élans de la construction européenne, face à l'hégémonie américaine ?

I

Une puissance affaiblie par la décolonisation

Après 1945, son Empire colonial était l'un des éléments essentiels du rang de la France dans le monde :

  • Présence militaire sur tous les continents
  • Absorption de nombreuses exportations métropolitaines (40%).
  • Seul le PCF semble alors dénoncer la politique colonial.


Désastre de Dien-Bien-Phu (1954) marque un tournant dans la politique coloniale : indépendance du Maroc et de la Tunisie (1956), Afrique noire (1960), mais position plus réticente à l'égard de l'Algérie (colonie de peuplement).
Le prestige français se ternit :

  • Torture
  • Abandon des harkis
  • Départ en catastrophe des pieds-noirs
  • Pragmatisme de CdG...

Les accords d’Évian (1962) marquent finalement la fin de la guerre l'Algérie.

II

Permanence de la présence française dans le monde

La communauté française en Afrique noire (1958) : coopération librement consentie avec possibilité de choisir leur autonomie puis leur indépendance. Liens encore très étroits avec la France (culturel, économique ou militaire) qui se voit souvent accusée de néo-colonialisme.


Conservation des DOM-TOM (2,5 millions d'habitants) : points d'appuis à travers la planète. La France est la 3e zone économique exclusive au monde (plus de 10 millions de km²). 


En faveur du tiers-monde :

  • Accords de Lomé (1975)
  • Accords de Cotonou (2000)
  • Aide au développement (3e donateur derrière Japon et États-Unis : 0,45% de son PNB)
  • Abolition de la dette des PMA (1992).
III

Une politique étrangère longtemps consensuelle

Choix du camp américain avec le plan Marshall (1947), intégration de l'OTAN (1949). Charles de Gaulle souhaite cependant garantir l'indépendance française face aux États-Unis :

  • Critique de l'intervention américaine au Vietnam
  • Refus de l'entrée du Royaume-Uni dans la CEE (1963 et 1967)
  • Il quitte le commandement intégré de l'OTAN (1966)
  • Relations commerciales et diplomatiques avec le monde communiste (visite de Khrouchtchev en 1961, reconnaissance de la RPC en 1964)
  • Puissance nucléaire (1960)

Mais soutien lors de la crise de Cuba (1962) par exemple.


Participation active dans la construction européenne :

  • CECA (1951)
  • Traité de Rome (1957)
  • Traité de l’Élysée (1963) renforçant le couple franco-allemand...
IV

Un consensus menacé ?

Depuis les années 1990, le consensus s'effrite. Le référendum de Maastricht est ratifié de justesse par un référendum en 1992. Le référendum constitutionnel a donné 55% de non en France (2005) et beaucoup de Français sont réservés sur une construction européenne. Rupture du consensus aussi par Sarkozy qui s'est rapproché des États-Unis.

V

La sixième puissance économique mondiale

La mondialisation des économies a encouragé la modernisation des entreprises françaises face à la concurrence. La France représente aujourd'hui 4% des échanges mondiaux et est performante dans les secteurs suivants :

  • Agriculture et produits agroalimentaires
  • Haute technologie
  • Tourisme
  • Exportation de services
  • Industrie automobile
  • Energie (nucléaire)

Mais ses points faibles sont le manque d'investissement dans la R&D et sa dépendance des investissements étrangers (50% du capital des entreprises du CAC 40 sont étrangers).

VI

Un acteur de premier rang sur la scène internationale

Membre du G8 et membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Puissance nucléaire très puissante mais cependant loin derrière les États-Unis (350 têtes nucléaires en France, 6000 aux États-Unis). 
 Deuxième réseau diplomatique au monde avec 169 ambassades. Principe de l'exception culturelle voté au sommet du GATT de Marrakech (1993). Intervention de l’État pour soutenir la culture (cinéma). La francophonie permet à la France d'étendre son rayonnement linguistique et culturel : réseau des écoles et de l'Alliance française et le développement de Radio France international.

Conclusion

Un tableau qui met en relief le recul progressif français face à la mondialisation.

Chapitre suivant : Le modèle français >