Menu
  1. Toutes les matières
  2. Histoire-Géo
  3. Prépa HEC

Chapitre 30 :
Les représentations des Puissances et de l’Hyperpuissance

< Chapitre précédent : Acteurs locaux : Israël, les palestiniens et les Etats arabes voisins
Les représentations des Puissances et de l’Hyperpuissance
Introduction

Intérêt des puissances pour le « Berceau de la Civilisation » mais aussi pour le contrôle des routes terrestres et maritimes vers le Moyen et l'Extrême Orient et pour les richesses énergétiques de son sous-sol.

Répulsion par la vision d’un ennemi imprévisible mais handicapé par son retard chronique de développement économique et démocratique.

I

En Europe

•Dès la fin des années 1960 le discours palestinien est entendu par les opinions publiques grâce aux leçons de la décolonisation et les débats sur la nation et la cause palestinienne éveillent des sympathies. De plus, l’Europe est soucieuse de ménager les susceptibilités arabes, surtout depuis la crise économique de 1973.

Mais les stéréotypes du Proche-Orient ont aussi leur poids :

  • Violent
  • Instable
  • Cruel
  • Imprévisible

Les diplomaties européennes jugent la cause palestinienne apte à servir leurs desseins économiques et culturels dans la région. Dès 1970 nait l’idée d’un État palestinien dans les territoires de Cisjordanie et de Gaza avec Jérusalem Est comme capitale et l’OLP comme le représentant légitime de ce peuple. l’Union Européenne finance la nouvelle Autorité Palestinienne dès les accords d’Oslo de 1993.

Selon l’Europe tout se joue selon la « feuille de route » de 2003 acceptée par palestiniens et israéliens pour la paix au Proche-Orient mais les puissances sont divisées sur leur rôle à jouer dans cette pacification.

II

Aux Etats-Unis

Au début du XXème siècle, les États-Unis approchent le Proche-Orient avec les mêmes préjugés que les Européens mais avec un crédit supérieur dans la région grâce au succès des 14 points de Wilson (1918). Leur but est d’abord de tirer profit des ressources pétrolières.

L’après 1945 et son statut d’hyperpuissance rendent cette zone cruciale pour établir sa suprématie mondiale. Ainsi, ils empêchent le France et la Grande-Bretagne de conduire des politiques sans leur aval (Cf. crise de Suez en 1956, et violence de la réaction américaine après les décisions divergentes des pays européens pour la guerre en Irak en 2003).

Soutient inconditionnel à Israël après 1967 en :

  • Les finançant (3 millions de dollar par an en 2003)
  • Les fournissant
  • Les aidant grâce à leur droit de véto au Conseil de Sécurité de l’ONU

Ce soutient est lié à l’activisme de certains lobbies pro israéliens (dont l’American Israël public affair committee ou Aipac, lobby le plus influent aux États-Unis).

L’État Juif est donc le partenaire privilégié des États-Unis au Proche Orient. Ils sont depuis 1991 les maitres du jeu au Proche-Orient.

III

En Russie et en Chine

Ces pays sont plutôt tentés de jouer les seconds rôles dans cette partie du monde. Mais on peut noter que Poutine et Medvedev entendent revenir sur le devant de la scène proche orientale (Invitation des dirigeants du Hamas à Moscou le lendemain de leur victoire aux élections législatives palestiniennes).