Menu
  1. Toutes les matières
  2. Économie
  3. Prépa HEC

Chapitre 20 :
La sociologie américaine

< Chapitre précédent : La sociologie française
La sociologie américaine
I

L'école de Chicago

L'école de Chicago est un courant de pensée sociologique américain apparu dans les années 1920 et 1930 dans le département de sociologie de l'université de Chicago.

A

Le travail du sociologue

1

La méthode adoptée : l'observation participative

Contrairement à Durkheim, les sociologues de l'école de Chicago pensent qu'il faut se mettre à la place de l'individu pour comprendre son comportement. C'est pour cette raison que les chercheurs ont recours à l'observation participative qui consiste à s'immerger dans le groupe que l'on veut étudier. C'est la première école qui s'inspire des histoires de vie. L'étude portant sur les hobos est exemplaire car elle a été réalisé par un ancien hobos.

2

Le thème abordé : la socialisation des migrants

A partir de 1850, Chicago s'urbanise fortement. La ville passe de 5000 habitants en 1850 à 3,5 millions en 1930. Cette mutation démographique fait de la ville un laboratoire pour les chercheurs. les vagues de nouveaux arrivants permettent aux sociologues d'étudier l'intégration des migrants à la société.

3

La théorie

En étudiant la socialisation des migrants, les chercheurs ont observé que l'assimilation des migrants supposait à la fois un phénomène de désorganisation (il faut abandonner les anciennes pratiques) et de réorganisation (il faut adopter les normes et les valeurs américaines).

Néanmoins, la désorganisation peut conduire à la déviance quand l'individu n'est plus suffisamment encadré par son groupe ethnique d'origine, sans pour autant accéder au mode de vie américain. Dans ce cas, il peut devenir un hobo. La délinquance est une forme de déviance ayant pour but de se rapprocher du mode de vie américain (gagner de l'argent) par des moyens détournés.

B

Les auteurs

1

Thomas et Znaniecki

Thomas et Znaniecki suivent un groupe d'immigrants polonais depuis leur pays d'origine jusqu'à leur arrivée sur le sol américain et analysent le processus de désorganisation/réorganisation. Ils constatent que le processus de réorganisation est difficile car il exige que les individus se défassent de leurs liens anciens pour en inventer de nouveaux.

C'est pour cette raison que ce processus prend une forme mixte et passe par la constitution d'une société américano-polonaise. Cette forme mixte doit être favorisée (comme une scolarisation bilingue) car elle promet une assimilation des générations polonaises futures.

2

Park et Burgess

Park et Burgess constatent que Chicago est constituée d'aires naturelles : les quartiers trient la population en fonction des appartenances culturelles, sociales ou du statut (comme Chinatown, le ghetto juif, les quartiers riches, de personnes âgées, etc.). Les deux auteurs cherchent à observer la mobilité sociale à partir de la mobilité spatiale. Ils constatent que Chicago est constituée d'aires concentriques :

  • Le centre des affaires (Loop).
  • La zone résidentielle des afro-américains et des immigrés nouvellement débarqués.
  • La zone résidentielle des ouvriers qualifiés et des employés modestes.
  • La zone résidentielle des plus riches et des mieux assimilés.

Ici, une mobilité sociale se traduit bien par une mobilité spatiale car on change de cercle concentrique.

II

Les autres grands courants de la sociologie américaine

A

Le culturalisme anthropologique

Il s'agit d'un courant américain des années 1930 influencé par la psychologie et la psychanalyse. Le culturalisme centre son étude sur des comportements humains appréhendés comme manifestation de la culture d'une société.

Les concepts fondamentaux élaborés par ce courant sont :

  • Ceux de modèle culturel
  • De personnalité de base

L'individualité biologique est entièrement investie par la culture.

B

Le fonctionnalisme

Cette théorie américaine , des années 1950, conçoit la société comme :

  • Un ensemble d’éléments (division du travail, institutions, idéologies)
  • Fonctionnant en vue de se maintenir entre eux
  • La perturbation d’un élément produisant un réajustement des autres.

La société est assimilée à un organisme vivant ou à une machine qui s'auto-régule et tend à l'équilibre. Les conflits et les dysfonctionnements sont secondaires, seule l’intégration et une coopération harmonieuse des éléments sont importantes.

Par exemple, la stratification sociale est analysée comme le produit nécessaire d'une division du travail fonctionnelle. Les places élevées de la hiérarchie correspondent à des fonctions importantes pour le maintien et le fonctionnement de la société.

C

L’Interactionnisme

Cette mouvance sociologique américaine des années 1960 privilégie :

  • L’observation directe
  • Les relations interpersonnelles
  • Les événements quotidiens
  • Les institutions et les organisations

Les formes d'intégration ou de domination sont interprétées à partir des contenus de l'interaction entre les acteurs sociaux. Autrement dit, par la façon dont «les individus cherchent à ajuster mutuellement leurs lignes d'actions sur les actions des autres perçues ou attendues», comme l'écrivait Becker.

Exemple

Celui qui souhaite s’intégrer à un groupe de taggers cherche à connaître leurs normes de comportement et à s’y conformer.

La théorie de l'«étiquetage» développée par Becker voit dans la déviance moins une transgression de l'ordre social qu’une caractérisation statutaire conférée à des individus ou à des petits groupes.

La vie sociale est perçue comme une scène théâtrale par Goffman. Dans la mesure où, dans les processus d'interaction les plus communs, les individus sont toujours en représentation, tenant les rôles qu’ils estiment adéquats à la situation.

Chapitre suivant : Les transformations de l'entreprise depuis le XIXe siècle >