Menu
  1. Toutes les matières
  2. Économie
  3. Prépa HEC

Chapitre 15 :
La pensée néoclassique

< Chapitre précédent : La pensée de Marx
La pensée néoclassique

La théorie néoclassique cherche l’explication des phénomènes économiques au niveau des comportements individuels guidés par le principe de rationalité. On dit encore que c’est une analyse en termes de marché ou en termes de prix.

I

Les individus réagissent aux informations que donne le marché sur le prix

Le marché est le lieu de rencontre entre l’offre et la demande, qui réagissent en fonction du prix.

On présente généralement deux fonctions, du type :

`O = f(p)`
`D = f(p)`

L’équilibre général est la formation d’un prix d’équilibre sur chacun des marchés existants. La théorie néoclassique identifie 4 marchés: le marché des biens et services, le marché du travail, le marché des titres et le marché de la monnaie.

Caractéristiques principales des quatre marchés
Caractéristiques principales des quatre marchés

Les agents économiques sont à la fois demandeurs et offreurs sur l’ensemble des marchés. La théorie néoclassique insiste sur l’interdépendance des 4 marchés, en précisant que l’équilibre sur les marchés du travail, de la monnaie et des titres, permet de conclure que le marché des biens et services est également en équilibre.

Condiiton d'équilibre sur le marché des biens et services
Condiiton d'équilibre sur le marché des biens et services

Walras considère que le marché joue le rôle de commissaire priseur qui centralise toute l’information sur le volume et les conditions de transactions, et propose des prix qui se rapprochent des prix de l’équilibre général. C’est que l’on appelle la procédure de tâtonnement. L’échange n’aura lieu qu’au moment où l’on est parvenus à définir les prix.

Pour Pareto, l’équilibre général est un optimum, c’est-à-dire qu’il est impossible d’améliorer la satisfaction d’un individu sans détériorer celle d’un autre. Autrement dit, les échangistes sont satisfaits à l’équilibre et il n’y a plus de possibilité d’échange. L’équilibre avec un système de prix unique aboutit à la maximisation des satisfactions pour l’ensemble des agents économiques.

II

La théorie néoclassique est normative

Le modèle couramment utilisé est le modèle de concurrence pure et parfaite. Sur le marché, le prix est unique compte tenu de la rationalité des comportements sous les hypothèses:

  • de fluidité du marché (circulation de l’information)
  • de transparence du marché (l’information est disponible à tous)
  • d’atomicité de l’offre et la demande (aucun agent ne peut agir sur le marché)
  • d’homogénéité des produits (produits standards)
  • d’absence de barrières à l’entrée

En concurrence pure et parfaire, le prix devient une donnée pour les agents économiques considérés individuellement (on dit qu’ils sont price-takers). Le prix unique garantit au producteur que toute la production qu’elle offre, trouvera un débouché à ce prix.

III

Dans la théorie néoclassique, le modèle de l’Homo oeconomicus insiste sur le fait que tout comportement relève d’un calcul, d’un choix explicite ou implicite

Les consommateurs cherchent à maximiser leur utilité, compte tenu de la contrainte de leur revenu. En fait, les consommateurs sont placés perpétuellement devant des choix à effectuer entre plusieurs biens. Compte tenu de la contrainte de revenu, si le consommateur décide d’acheter plus de bien `X`, il devra renoncer à un certaine quantité de bien `Y`.

La variation du prix des biens `X` et `Y` (que l’on qualifie d’effet de substitution) ou la variation du revenu (effet revenu) desserre ou resserre la contrainte qui pèse sur le consommateur.

Les producteurs cherchent à maximiser leurs profits compte tenu de la contrainte de leur fonction de production. Cette fonction de production est dite à facteurs substituables (c’est-à-dire que le producteur recherche la meilleure combinaison de travail et de capital).

Toutefois, la théorie néoclassique admet qu’à court terme, seul le facteur travail parvient à s’adapter (le facteur capital a besoin d’un certain temps d’adaptation).

Chapitre suivant : Le courant keynésien >