Menu
  1. Toutes les matières
  2. Économie
  3. Prépa HEC

Chapitre 8 :
La théorie du commerce international : autres contributions importantes

< Chapitre précédent : La théorie du commerce international : l'apport néoclassique
La théorie du commerce international : autres contributions importantes
I

La théorie du cycle de vie du produit

La théorie du cycle de vie du produit développée par Vernon stipule que l'avantage comparatif demeure tant que l’écart technologique entre le pays innovant et les pays imitateurs n’est pas comblé. Ensuite, l’exportation classique du produit doit être relayée par d’autres stratégies, dont celle qui consiste à procéder à des IDE. Cette théorie débouche donc sur celle du phénomène multinational. Les différentes étapes du cycle de vie du produit sont :

  • Dans la 1ère phase, la production est effectuée au niveau national et est vendue au sein du pays initiateur. Le vieillissement du produit et la fin de la période de nouveauté voient les exportations se développer

  • Lors de la phase de maturité, des concurrents commencent à se manifester en mettant en vente sur le marché des produits très proches. Pour lutter contre la concurrence, le pays initiateur va donc installer des filiales dans les pays suiveurs, ce qui va conduire à une diminution des flux commerciaux en provenance du pays initiateur

  • Avec la phase de sénescence, la production du pays initiateur diminue et les importations en provenance de filiales croissent

La théorie a été valable entre les Etats-Unis et l’Europe de 1945 à 1960. Aujourd’hui elle est valable entre les pays industrialisés et les NPIA.

II

Les autres théories

Pour Linder, les industriels s’adressent d’abord au marché domestique. Si c’est un succès commercial et si le marché commence à se saturer, ils envisageront alors l’exportation. L’exportation s’effectue essentiellement en direction de pays de même niveau de développement. Ainsi, cette théorie permet de rendre compte de l’essor du commerce intra-branche entre pays de même niveau de développement.

Au milieu des années 1980, Krugman élabore la nouvelle théorie du commerce international. Il explique le développement du commerce international intra-branche en utilisant les économies d’échelles. Quand le libre-échange progresse, les entreprises bénéficient d’économies d’échelles à travers l’augmentation de leur production et l’abaissement de leurs coûts de production mais, dans le même temps, elles se trouvent plus directement concurrencées par des rivaux extérieurs. Les consommateurs voient leurs possibilités de choix s’élargir et ils peuvent se tourner aussi bien vers des producteurs nationaux que vers les produits importés. La réalisation d’économies d’échelles, la concurrence internationale et les arbitrages des consommateurs poussent donc les pays à offrir des biens similaires.

Aglieta et Boyer ont introduit la notion de pôles de compétitivité. Il s'agit de l’ensemble des activités situées le long d’une filière de production et qui constituent un pôle de compétitivité structurant le tissu industriel. Le pole de compétitivité génère des effets d’entraînement.

Chapitre suivant : Le GATT >