Menu
  1. Toutes les matières
  2. Économie
  3. Prépa HEC

Chapitre 24 :
Problèmes de surendettement extérieur

< Chapitre précédent : Les stratégies de développement
Problèmes de surendettement extérieur
I

En quoi l'endettement du tiers monde consiste-t-il ?

L’endettement extérieur des pays du tiers monde comprend, d’une part, l’aide publique au développement (APD) et, d’autre part, les financements d’origine privée.

A

L’aide publique au développement (APD)

1

Objectifs

Définition : Aide publique au développement (APD)

L'aide publique au développement comprend les dons et les prêts préférentiels prévus au budget et transférés des pays développés vers les pays en voie de développement.

L'APD est née lors de la décolonisation, dans le but de préserver l'influence des anciennes métropoles dans le contexte géopolitique de la guerre froide.
L'objectif devrait être un rééquilibrage des niveaux de développement respectifs. Théoriquement, ces flux financiers devraient donc être orientés vers la mise en place de projets concrets et durables, infrastructures essentielles, actions de lutte contre la faim, santé, éducation, etc. L'APD a pu être qualifiée d'investissement pour l'avenir pour les pays riches, permettant d'ouvrir de nouveaux marchés en réduisant la pauvreté et en promouvant le développement durables, et de poursuite de la politique extérieure des grandes puissances, mettant en avant une image généreuse d'eux-mêmes.

En 2000, l'Organisation des Nations unies a précisé le sens et les objectifs de l'aide publique au développement.
Au nombre de huit, les Objectifs du millénaire consistent surtout à parvenir à réduire de moitié la pauvreté dans le monde entre 2000 et 2015:
- Réduire l'extrême pauvreté et la faim de moitié
- Assurer l'éducation primaire pour tous
- Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
- Réduire la mortalité infantile
- Améliorer la santé maternelle
- Combattre le sida, le paludisme et les autres épidémies
- Assurer un environnement durable
- Partenariat pour le développement

2

Résultats

L'aide publique au développement a atteint un montant de 79,5 milliards de dollars en 2004. En 2009, l’aide publique au développement des États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’est élevée à 90 milliards d’euros (soit 119,6 milliards de dollars), en hausse de 0,7 % par rapport à 2008.

En chiffres absolus, le premier pays donateur en 2011 était les États-Unis, devant l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France et enfin le Japon. Si l'on calcule l'aide publique au développement en pourcentage du revenu national brut de chaque État, la situation est fort différente, et l'aide publique au développement des États-Unis se révèle une des plus faibles de tous les pays membres de l'OCDE, loin derrière la moyenne des autres pays.

L'aide publique au développement fait l'objet de nombreux détournements, notamment dans les pays dans le système français de la Françafrique, où l'essentiel de ces fonds sert à l'enrichissement personnel des dictateurs-présidents et à rembourser les dettes accumulées.

Les Nations unies estiment que le montant de l'APD devrait doubler afin de remplir les huit Objectifs du millénaire pour le développement. Les pays développés devraient consacrer 0,7 % de leur revenu national brut à l'aide publique au développement. Seuls quelques pays de l'Europe du nord (le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède) suivent actuellement cette recommandation.