Menu
  1. Toutes les matières
  2. Histoire-Géo
  3. Prépa HEC

Chapitre 24 :
Les conditions de vie en France

< Chapitre précédent : Les syndicats en France
Les conditions de vie en France
I

De puissants facteurs contribuent à uniformiser les modes de vie et à homogénéiser la société

Jusqu’en 1960, la France est marquée par le poids du passé. Désormais, la société est urbanisée, riche, homogène dans ses modes de vie et ses comportements. Le monde urbain semble avoir définitivement triomphé de sa longue confrontation avec les campagnes. Aujourd’hui, les 3/4 de la population vit en ville (le cap des 50% est franchi en 1931). La prépondérance des villes est telle qu’on peut se demander si la distinction avec les campagnes conserve sa pertinence. L’évolution des campagnes dépend surtout de la péri-urbanisation.

Définition : La péri-urbanisation

La péri-urbanisation est la tendance des populations à s’installer dans des communes rurales situées à la périphérie des grandes agglomérations).

On note aussi une modification des activités du monde rural : les agriculteurs deviennent minoritaires dans les actifs ruraux en 1968. Le niveau de vie classe le citoyen français parmi les plus privilégiés de la planète, au 11ème rang de l'Union Européenne. La progression du niveau de vie se ressent également dans l'évolution de la structure des dépenses. La part de l’alimentation dans le budget familial, qui était de 33% en 1959, est tombée à 15% aujourd’hui. Elle est dépassée par les dépenses consacrées aux transports et au logement et a la modification de l’alimentation avec l’apparition du congélateur ou du micro ondes.

Ces mutations provoquent une homogénéisation des comportements, au-delà des distinctions entre classes sociales. Le progrès technique et la consommation de masse touche toute la population (le taux de pénétration du téléphone mobile en 2004 est de 70%).

II

Mais les inégalités se renforcent depuis trente ans

La société française, même si les modes de vie tendent à s’uniformiser, demeure comme par le passé marquée par de fortes inégalités. Celles-ci s'aggravent à partir de la crise des années 1970.

On observe une disparité des salaires entre métiers et entre sexes. On assiste également à une augmentation du revenu de patrimoine et à une diminution du revenu d’activité (les plus riches et les plus âgés s’en sortent mieux).

Les écarts de fortune continuent, comme au XIXe siècle, à opposer les différentes catégories de la population. On observe une stagnation des chances de promotion sociale et un phénomène de reproduction sociale par lequel chaque catégorie tend à s’auto-recruter. Ce sont les mœurs qui ont évolué, non les hiérarchies sociales.

Définition : La reproduction sociale

La reproduction sociale désigne le phénomène sociologique d'immobilisme social intergénérationnel.

Chapitre suivant : Agriculture, Industrie et Services en France >