Blog LiveMentor
Les 28 competences professionnelles les plus recherchées par les employeurs

Les 28 compétences professionnelles les plus recherchées

Retour à la case départ. Vous vous débattez à nouveau avec les compétences professionnelles à faire figurer sur votre CV. Et vous devrez à nouveau les présenter lors de l’entretien d’embauche !

Vous vous sentez frustré et coincé. Pas moyen de savoir ce qu’attend votre recruteur. Pas de boule de cristal à l’horizon. Et vous ne savez pas non plus comment vous vendre.

Derrière tout ça, il y a la peur d’être rejeté et d’échouer lamentablement. La peur que votre candidature n’obtienne jamais de réponse. Pourtant, au bout, il y a le job de vos rêves. Si seulement vous saviez quoi dire ?

La vérité, c’est que vous avez plus de compétences que vous ne le soupçonnez. Et pour vous éviter d’être en roue libre lors de l’entretien, vous trouverez dans cet article comment identifier, lister et valoriser vos compétences. 

Alors, changeons de perspective, voulez-vous ? Disons que vous êtes Michel Ange et que votre candidature est la chapelle Sixtine. Allons peindre ce plafond !

Définition : que veut dire compétence dans un CV ?

La première erreur que l’on puisse faire est d’avoir une vision trop réductrice de ces aptitudes, en particulier lors d’une reconversion professionnelle. Lorsque l’on parle de compétence professionnelle, on désigne en fait trois domaines. 

Il s’agit des savoirs, des savoir-faire (hard skills) et des savoir-être (soft skills). 

Savoir : les connaissances théoriques

Cette catégorie désigne les savoirs théoriques que vous avez acquis grâce à votre éducation, votre formation initiale, mais aussi vos expériences professionnelles et personnelles.

Voici quelques exemples de savoirs : l’histoire contemporaine, le droit de la propriété intellectuelle, le domaine de la comptabilité ou le marketing.

Les savoir-faire : compétences techniques

Cette catégorie comprend l’ensemble des compétences pratiques, tout ce qui relève du faire, de l’action. Le domaine est assez vaste.

Il inclut :

  • la maîtrise d’un logiciel comme un programme de retouche photo (comme Photoshop), traitement de texte ou tableur ;
  • la connaissance d’une langue étrangère ou d’un langage informatique ;
  • la familiarité avec des méthodologies comme un audit SEO, des techniques de négociation commerciale, le conseil immobilier, la sélection de fournisseurs, la comptabilité, etc.
  • la connaissance d’outils comme un appareil photo.

Un savoir-faire peut également désigner une aptitude comme : la capacité à organiser un événement, contacter des influenceurs, ou la rédaction de pitch pour lever des fonds.

Le permis moto ou le permis poids lourds relève encore de cette catégorie. 

Les savoir-être : compétences comportementales

C’est ce que l’on appelle les soft skills. Elles comprennent tout ce qui relève de la façon de se comporter ou la façon d’être. 

La curiosité, la capacité à prendre des initiatives, la capacité à mettre son interlocuteur à l’aise sont des savoir-être.

Elles ne disposent pas forcément d’une certification qui leur est propre. C’est pourquoi elles sont souvent négligées dans la rédaction d’un CV. Pourtant, elles sont de plus en plus importantes.

graphique conpetences comportementales

source : enquête Pôle emploi, BVA, Crédoc

Quelles compétences mettre en avant dans son CV et lors d’un entretien ?

Commençons par faire le point sur le nouveau contexte du marché de l’emploi. Il connaît divers bouleversements. Les assimiler vous aidera à mieux présenter vos compétences.

Bouleversement n°1 : le développement de l’intelligence artificielle (IA).

Elle prend de plus en plus en charge des compétences techniques, comme le codage informatique. Il existe de plus en plus d’outils que l’on appelle no code, qui permettent à des novices de la programmation de réaliser des choses qui nécessitait auparavant la compétence d’un développeur.

L’IA décharge de plus en plus les postes des tâches à faible valeur ajoutée.

Des métiers vont disparaître. D’autres vont évoluer, parce qu’une partie de l’activité sera automatisée. Et de nouveaux métiers vont apparaître.

D’après une étude menée par Dell Technologies et le think tank « The Future Today Institute, 85 % des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui.  

On constate aussi une obsolescence accrue des compétences techniques. Selon l’OCDE, celles-ci avaient une durée de vie moyenne de 20 ans dans les années 60. Aujourd’hui, elles ont une durée de vie de 12 à 18 mois !

En revanche, un savoir-être ne se périme pas. Il fait partie des compétences transférables dans une reconversion.

Bouleversement n°2 : les attentes des nouvelles générations ont changé. 

Ces dernières aspirent à un meilleur équilibre vie privée/vie pro. Elles s’intéressent à la marque employeur. Elles veulent être maîtresses de leur temps et de leur zone géographique. Elles attendent des entreprises d’être responsables et de faire quelque chose pour l’environnement. 

Les entreprises à mission, centrées sur des valeurs, se développent. 

On assiste aussi à la fin des carrières linéaires au sein d’une entreprise. Les actifs ont de moins en moins peur de se réinventer.

Là encore, les soft skills deviennent plus importants. On s’attend à un management bienveillant et à un cadre de travail épanouissant. 

Bouleversement n°3 : les projets sont les nouveaux diplômes de notre économie numérique et mondialisée. 

Démarrer un side-project comme une association de quartier, un podcast, une chaîne YouTube ou une newsletter a quasiment autant de valeur que le diplôme d’une grande école.

La valeur du sacro-saint diplôme n’est plus. Et cela signifie que de nouvelles opportunités s’ouvrent à ceux qui sont prêts à oser. 

C’est donc tous ces savoir-faire et ces savoir-être que vous pouvez mobiliser pour les placer sur votre CV.

Graphique sur la place des diplomes pour les employeurs

source : enquête Pôle emploi, BVA, Crédoc

Comment décrire ses compétences professionnelles — exemple

Énumérer les compétences en mode “liste de course”, ce n’est pas très sexy. Et ce n’est pas toujours très parlant. L’objectif au contraire est d’aider le recruteur à se projeter lors de la lecture du CV.

Pour la rédaction, indiquez toujours en premier les expériences professionnelles et les projets que vous avez pu mener à côté. Le parcours scolaire vient après.

Indiquez avec chaque expérience professionnelle les compétences que celle-ci a révélées.

Mais surtout, si vous voulez accomplir un chef-d’œuvre (et c’est ce que vous devriez viser), donnez des exemples concrets de réalisation. N’hésitez pas à fournir des chiffres.

Pour les compétences techniques : 

  • je sais sélectionner des fournisseurs (j’ai obtenu une économie de 7 % sur les frais généraux de l’entreprise)
  • je sais organiser des événements de street marketing qui ont généré +20 % de trafic en point de vente.
  • je sais utiliser un autorépondeur (j’ai amélioré la productivité du service marketing de 17 % en automatisant tous les envois d’email).

Pour les compétences comportementales : 

  • je suis curieux, 
  • j’ai le sens de la relation client, 
  • j’ai l’habitude de la prise de parole en public.

Comment mettre en avant ses compétences en entretien

Identifiez les compétences qui correspondent au poste que vous convoitez. Préparez à l’avance plusieurs exemples qui montrent chaque compétence en action. 

Un chef de projet peut mettre en avant sa capacité à communiquer. Il peut expliquer que lors de la mise en place d’un projet, il doit échanger au quotidien avec les différents services de l’entreprise impliqués. Il a aussi l’habitude de gérer les tensions éventuelles lorsqu’un projet prend du retard.

Donner des exemples précis, comme raconter une anecdote, permet au recruteur d’avoir des éléments concrets.

Comment lister ses compétences professionnelles ?

C’est humain, nous avons tendance à nous sous-estimer quand nous devons parler de nous. C’est pourquoi, en phase de reconversion, pensez à élargir votre scope et identifier TOUTES les compétences que vous possédez. 

Prenez en compte non seulement votre formation initiale, mais aussi les formations professionnelles que vous avez suivies, les postes exercés, mais ce n’est pas tout. Pensez aussi à vos activités annexes, vos loisirs et même votre vie de famille. Là aussi, vous avez développé des savoirs.

Prenez une feuille ou un Google doc et listez TOUT ce que vous savez faire. Ne vous limitez pas. Vous risquez d’être surpris par l’étendue de vos compétences professionnelles.

Vous pouvez utiliser les 3 domaines ci-dessus : savoir, savoir-faire et savoir-être.

Vous pourrez ensuite faire une sélection et retenir les compétences professionnelles qui correspondent le plus avec l’emploi que vous recherchez.

28 compétences professionnelles qui font la différence en entretien

D’après une étude menée par Pôle emploi, 60 % des employeurs estiment que les compétences comportementales sont plus importantes que les compétences techniques.

Autre chiffre intéressant : 59 % des employeurs estiment que le diplôme n’est pas un critère important : il joue un rôle secondaire, ce qui compte vraiment ce sont plutôt l’expérience ou les qualités comportementales (source : enquête complémentaire BMO 2017, Pôle emploi, BVA et Crédoc).

Faites donc une sélection soigneuse des soft skills que vous voulez présenter.

Les 10 compétences (savoir-être) les plus recherchées par un employeur

N’oubliez pas que vous devez les formuler sous forme de phrases. 

Par exemple, je sais gérer le stress. 

Pensez ensuite à illustrer cette compétence : “j’ai géré un lancement de produit qui a été un succès (chiffre d’affaires réalisé : 225 000€) alors que ma femme venait d’accoucher et que je dormais 5h par nuit.”

  • L’autonomie
  • La capacité à travailler en équipe
  • Le sens de la relation client
  • Le sens des responsabilités/fiabilité
  • La discipline (respect des règles)
  • Le sens de l’organisation (prioriser les tâches)
  • La capacité à s’adapter
  • La capacité à gérer le stress
  • La capacité à se former en continu
  • La créativité

Graphique les competences comportementales prioritaires selon les employeurs

source : enquête Pôle emploi, BVA, Crédoc

D’autres compétences clés que vous pouvez mettre en avant :

  • La résilience
  • La curiosité
  • L’intelligence relationnelle
  • L’intelligence émotionnelle
  • La productivité
  • La capacité à communiquer (à l’écrit et/ou à l’oral)
  • La prise de parole en public
  • L’écoute
  • La flexibilité
  • La capacité à motiver
  • La ténacité
  • La tolérance et la patience
  • La bienveillance
  • La capacité à prendre des décisions
  • La capacité à transmettre un savoir
  • La réactivité
  • Être force de proposition

Mention spéciale pour une compétence à part : la proactivité

La proactivité, c’est le fait d’aller toujours au-delà de ce qu’on nous demande. C’est : chercher à donner plus de valeur. 

En vérité, la ligne entre junior et senior est très fine. Cette ligne est matérialisée par la proactivité. On peut appuyer sa candidature avec cette qualité.

Halte à la modestie : valorisez vos compétences professionnelles

La rédaction du CV peut être très déconcertante et l’entretien d’embauche intimidant. Après tout, c’est notre avenir professionnel qui est en jeu. 

En intégrant les compétences comportementales dont vous pouvez vous prévaloir et en les présentant habilement, vous pouvez obtenir le passeport vers votre nouvelle vie.

Imaginez-vous en train d’occuper ce poste dont vous rêvez. Le matin a une tout autre saveur. Lorsqu’on vous pose la question “et vous, que faites-vous ?”, vous pouvez répondre avec fierté. Les planètes sont enfin alignées.

Pour vous faciliter la tâche un peu plus, vous pouvez utiliser l’outil d’aide à la création de CV : Kantodoo.

Cette fois, vous n’avez plus d’excuses (ah procrastination, quand tu nous tiens !). 

Il ne vous reste plus qu’à commencer la liste de vos nombreux savoirs et vous serez déjà en bonne voie.

Si j’ai oublié une qualité essentielle selon vous, dites le moi dans les commentaires.

Et si vous songez sérieusement à changer d’orientation professionnelle, consultez notre guide pour réussir sa reconversion.

Mathias Savary

Mathias Savary

Rédacteur @LiveMentor

La VRAIE disruption dans le marketing digital N’est PAS technologique. Elle vient de l’écrit. Elle est poétique !

Connais-tu la fable du geek et du rat de bibliothèque ? Ce n’est pas une fable de La Fontaine. C’est l’histoire qu’on m’a racontée quand j’étais au collège.

On m’a dit que le monde appartenait aux filières scientifiques et aux écoles de commerce. On m’a dit qu’en dehors de l’enseignement, la filière littéraire était une voie de garage.

Avec l’émergence d’Internet, le mensonge a pris de l’ampleur. Le Bac L s’est ringardisé. De son côté, le geek — le féru de programmes informatiques rejoignait l’ingénieur et le diplômé d’école de commerce au panthéon du cool.

Je ne suis pas un geek. Je suis un rat de bibliothèque. Passionné par l’écriture, je me suis entêté dans cette voie de garage et, à côté de petits boulots (opérateur de saisie informatique !!!), j’ai noirci des pages et des pages. Je me suis forgé en tant que copywriter. Et un jour, j’ai découvert qu’on m’avait menti.

Internet n’est pas le royaume des programmeurs, des ingénieurs et des financiers ! Internet appartient aux raconteurs d’histoires, aux storytellers, aux créateurs de contenu, aux influenceurs.

Depuis 2014, j'exerce le métier de rédacteur web. Je participe au hold up des littéraires sur l'économie digitale. Et c'est vraiment cool.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!