Blog LiveMentor

Lola Greenwich : L’art et la culture au coeur de chaque projet

Je m’appelle Lore Ramalho mais je suis aussi connue sous le nom de Lola Greenwich, mon pseudo d’artiste. 

Mon parcours professionnel m’a fait passer par de nombreux métiers et j’ai souvent pivoté dans ma vie professionnelle (prof d’Arts Plastiques, assistante de direction, chargée de com en agence d’architecture, graphiste…).

Depuis 12 ans et demi je suis chef de projet dans une agence d’événementiel spécialisée en team-building et en organisation de séminaires et incentive pour les entreprises. Au cours des années j’ai créé, développé, et animé au sein de cette agence, des activités team-building faisant appel à l’art et la culture.

Pendant le confinement, et à la suite du premier Atelier des Fous de Killian Talin avec Alex Dana, j’ai pris la décision de pivoter à nouveau dans mon activité professionnelle  et de me mettre à mon compte sur 2 projets :

  • un pro, avec création d’une société de prestation de service : les team-building créatifs et culturels que j’anime au sein de l’agence actuelle pour laquelle je travaille
  • et un plus perso (déjà en auto-entreprise à la Maison des Artistes en tant que plasticienne) mais qui me permet aussi de générer des revenus : développer mon activité artistique personnelle et partager mon expertise au travers de stages de fabrication de papier végétal

Les prestations proposées par ma future entreprise :

  • Team-building artistiques et créatifs : créations d’œuvres collectives (plusieurs supports de création possibles : toiles, cubes, arbres & Tour Eiffel).
  • Team-building culturels : rallyes sous forme d’enquêtes à résoudre dans des quartiers (Carré des Champs Elysées / Ile de la Cité / Montmartre / St Germain-des-Prés / Marais / Tuileries / Opéra / Passages Couverts / Invalides / Jardin des Plantes / Chatelet Les Halles / Champs de Mars), villes (Chantilly, St Germain en Laye) et Musées (Louvre, Orsay, Beaubourg).
  • Chasse au trésor : S’orienter à l’aide d’une carte afin de trouver les balises dissimulées dans l’environnement pour résoudre des énigmes culturelles ou de logique, déchiffrer des codes secrets, relever des défis et réussir à ouvrir le coffre au trésor.

 

 

Quel objectif cherchais-tu à atteindre avec LiveMentor ?

Au départ, je suis venue chez LiveMentor pour monter en compétence en Marketing Digital dans le cadre de mon poste actuel. Mais mon projet a évolué au bout d’un mois et j’ai pris la décision de créer ma propre entreprise. Du coup, ma formation et mon coaching se sont eux aussi adaptés à mes changements d’objectifs.

Grâce à LiveMentor, j’ai pu travailler sur mon alignement (super important !!!) et j’ai pu définir quelles étaient mes priorités, ce qui me faisait vraiment vibrer et ce qui me motivait à me lever le matin. Tout ça m’a permis tout simplement de me rendre compte que je ne souhaitais plus rester salariée, et que je voulais me mettre à mon compte. C’était en fait quelque chose qui me trottait dans la tête depuis un moment, mais sans pouvoir mettre un nom dessus, sans vraiment réussir à définir un axe de travail et un projet concret.

Grâce à LiveMentor, j’ai pu non seulement définir mes objectifs, mais aussi les mettre en oeuvre en entamant les démarches nécessaires à la création de ma boîte. J’ai monté un dossier très complet avec analyse du marché, définition de mes persona, Business Plan sur 3 ans… Ce dossier a pour objectif aussi de me permettre d’obtenir du chômage pendant 2 ans après ma démission, le temps de pouvoir lancer mon entreprise et générer suffisamment de revenus pour me verser un salaire.

 

Comment as-tu vécu ton expérience LiveMentor ? Qu’est-ce qui t’a le plus plu ? 

Pour moi faire cette formation a été une bénédiction 🙂

J’ai vécu des échanges incroyables aussi bien avec mon mentor mais aussi avec les autres mentors grâce aux Tribus, aux Anti-virus de Masha, aux Ateliers des Fous, et aussi grâce à la communautés d’alumni. J’ai pu créer des liens et échanger avec de nombreuses personnes formidables, et ça, ça fait du bien ! J’ai notamment tissé des liens avec Julie Espiau, Leslie Lhussiez (des artistes comme moi), Adeline Cubères (qui travaille à la promotion de l’Art), Anahyse France et tant d’autres encore…

Ce qui m’a le plus plu c’est certainement le côté très humain des relations. Je n’ai jamais eu le sentiment d’être un numéro parmi d’autres, une élève parmi d’autres. On se sent écouté et conseillé, toujours avec une bienveillance incroyable ! Et puis le programme de formation n’est pas linéaire, il s’adapte à chaque personne et à chaque projet. Je pense que chaque élève vit sa formation de façon différente car elle dépend toujours de son projet. Finalement c’est la formation et le coaching qui s’adaptent au projet et non l’inverse, ce qui rend certainement, à mon sens, chaque formation unique.

Quelles sont les prochaines étapes dans le développement de ton projet ?

Je fixe la date de création de mon entreprise à janvier 2021. Ce délai est important pour moi pour plusieurs raisons :

  1. Parce qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Il ne s’agit pas de partir sur un coup de tête et je veux que mon projet soit bien calé
  2. Pour que la passation se fasse en douceur avec mon employeur actuel, que je vais pouvoir conserver comme premier client !

La prochaine étape est donc l’attente de la décision de la CPIR (Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale) avant fin septembre qui doit statuer sur le caractère sérieux de mon projet.

Afin de ne pas démarrer de zéro, pendant ce temps-là, je vais travailler sur la création de mon site internet. 

Ensuite, une fois le site mis en place, j’ai le projet de lancer une newsletter toutes les semaines, afin de commencer à monter ma communauté et me faire connaître sur le marché. Cette news apportera des histoires, anecdotes et infos sur l’Art, la Culture et leurs bienfaits en entreprise.

 

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui se lance dans l’aventure entrepreneuriale ? 

OSER, OSER, OSER !!!

On n’a peur que de ce que l’on ne connaît pas, mais ça ne veut pas dire que ce que l’on ne connaît pas n’est pas bien. Celui qui n’ose jamais n’avance jamais. Quelle est la question réelle à se poser ? Est-ce que je me vois toujours dans cette situation dans 1 an, 5 ans, 10 ans ?

Personnellement, une fois que j’ai fait tout ce travail d’introspection et d’alignement, je me suis rendue compte que ce qui me faisait le plus peur, finalement, ce n’était pas de me lancer dans l’aventure, mais plutôt de ne pas me lancer et de continuer ma vie comme avant. Me dire que si je ne le faisais pas maintenant, ma vie serait toujours sans relief, sans passion et sans objectif dans 1 an. Voilà ce qui était le plus angoissant.

J’ai 50 ans, et même à 50 ans, on peut encore accomplir de grandes choses. On a tous quelque chose à offrir au monde, si on le fait avec passion, avec coeur et en accord avec soi-même !

Mes sites internet :

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Lola Greenwich

Lola Greenwich

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :