Blog LiveMentor
1 million de chiffre d'affaires

Ce que j’ai appris lorsque LiveMentor a dépassé 1 million de chiffre d’affaires

Je vous partage aujourd’hui nos 3 apprentissages du passage de 50 000 euros de chiffre d’affaires par an, à plus d’un million.

L’histoire de LiveMentor n’est pas un long fleuve tranquille. 

Nous avons créé l’entreprise en juillet 2012.

4 ans plus tard, nous réalisions péniblement quelques dizaines de milliers d’euros de chiffre d’affaires par an, un montant malheureusement trop faible pour payer notre équipe de l’époque, composée d’une (petite) dizaine de personnes.

Et puis lors de l’année 2017, tout a explosé. Nous avons dépassé le cap symbolique du million d’euros de chiffre d’affaires, passant de 8 000 euros facturés en février 2017 à 260 000 euros en septembre 2017 !

Vous pensez que je me la raconte ?

Mon intention est pourtant radicalement inverse… 

Si je pouvais revenir en arrière, je ferais tout mon possible pour grandir plus lentement !

Je ne suis pas fier de la manière dont nous avons géré cette croissance. 

J’avais l’impression d’être à la tête d’une voiture qui roulait beaucoup trop vite, sans avoir le permis de conduire (que je n’ai d’ailleurs réellement pas…).

avancer trop vite

Essayons de comprendre ce qu’il s’est passé. Attachez votre ceinture, c’est parti ! 

Au passage, si vous êtes au démarrage de votre entreprise, et loin de ce stade de développement, pas d’inquiétude ! J’adore lire des ressources sur des entrepreneurs plus avancés, même quand je ne suis pas prêt à mettre en application.

Cela me permet de devancer les problèmes – de savoir que la peau de banane va arriver avant de me prendre les pieds dedans.

Voici mes 3 apprentissages du passage à 1 million d’euros de chiffre d’affaires.

 

1. Réaliser un million de chiffre d’affaires, c’est dur. Le refaire l’année d’après, c’est 10 fois plus dur. 

Cela peut sembler incroyable aux personnes qui ne sont pas encore entrepreneurs.

Cela m’a longtemps semblé impossible durant les premières années de LiveMentor.

Mais j’en suis aujourd’hui convaincu : avec le bon modèle économique, il n’est pas si difficile que ça de réaliser un million d’euros de chiffre d’affaires.

C’est réaliste, possible, ce n’est pas de la magie.

Il « suffit » de :

  • Bien comprendre son client 
  • Apprendre à lancer efficacement un produit
  • Créer une expérience mémorable
  • Et répéter bêtement ce qui fonctionne ensuite.

Ce qui est extrêmement dur par contre, c’est de réussir à répéter ce score, à refaire l’année d’après le même chiffre d’affaires.

Ce fut extrêmement dur pour LiveMentor. 

Nous avons compris les limites de l’héroïsme et des nuits sans sommeil. 

Réussir à répéter le succès, cela signifie avoir une entreprise solide, avec une demande constante, et des opérations qui déroulent. On peut faire quelques centaines de milliers d’euros avec de la sueur et de la transpiration.

Mais répéter un million d’euros de chiffre d’affaires régulièrement, pour pouvoir payer sans crainte une petite équipe, cela demande une structure bien pensée, un budget solide et l’installation d’une routine.

Cela ne peut pas fonctionner si vous avez besoin de sortir un nouveau produit chaque mois.

 

2. La moindre erreur sur les gens se paiera durement

Cet apprentissage fait très mal.

recruter les bonnes personnesPlus votre entreprise se développe, plus vous réalisez :

  • Qu’il est extrêmement fréquent de se tromper sur un recrutement
  • Qu’il n’y a rien de pire que de signer un contrat avec le mauvais client / partenaire
  • Que s’associer avec la mauvaise personne peut paralyser votre entreprise pendant une ou plusieurs années

Prenons l’exemple du recrutement. Je pensais au début qu’il suffisait de poster des annonces de recrutement sur quelques sites spécialisés et de prendre les personnes les plus motivées et curieuses.

J’ai appris qu’il fallait aller beaucoup plus loin pour éviter de se planter lorsqu’on construit son équipe. Et cela coûte cher, une erreur de recrutement ! 

Je ne parle pas juste des potentielles indemnités de rupture conventionnelle. Je pense au temps passé lors des entretiens. Au temps passé lors de l’onboarding (la procédure d’arrivée). À l’énergie mise pour construire une relation qui s’arrêtera finalement au bout de quelques semaines. C’est une situation où tout le monde perd.

Pour l’éviter, il n’y a pas de miracle : il faut s’entraîner, comprendre comment « lire » l’autre et devenir meilleur à chaque rencontre.

Et cela vaut le coup, je vous assure ! 

Quand vous réussissez à trouver la bonne personne au bon moment, pour la mettre au bon endroit dans votre entreprise, les résultats sont exceptionnels. Et cela va bien plus que les résultats « économiques », il s’agit bien de relations de confiance.

Je suis encore toujours très ému quand je relis le magnifique témoignage d’un ancien membre de l’équipe LiveMentor, Valentin Decker, intitulé « Deux années passées à écrire pour LiveMentor »

 

3. Ce qui compte, c’est le voyage ! 

Profitez ! 

Si votre activité est en train de décoller, ne faites pas la même erreur que moi, il y a quelques années.

Profitez de ce qui se passe, au lieu d’accumuler du stress ! 

C’est déjà un cap exceptionnel d’avoir construit une activité solide et pérenne. Ce nouveau stade de développement va logiquement se traduire par plus de choses à gérer, plus de personnes dans votre équipe, plus de clients, plus de partenaires, etc…

Mais il ne tient qu’à vous de réduire cette charge mentale.

Et faire la fête est une très bonne manière de se libérer l’esprit ! 

Ma vie a changé le jour où j’ai commencé à faire des karaokés avec mon équipe. Cela vous semble stupide ? Je suis pourtant très sérieux. Je passais ma vie à travailler, et je ne me laissais pas la possibilité de respirer. 

Ce qui compte, c’est le voyage, pas la destination !

 

Avatar

Alexandre Dana

  • C’est extrêmement réjouissant de vous lire Alexandre .

    J’ai connu ces palpitations dans un autre domaine : le commerce pur et dur , celui de terrain.

    Ne pas s’y méprendre , les enjeux sont les mêmes : satisfaire , trouver ce qui fonctionne , répéter et gagner des clients ….

    J’étais boucher , à la tête d’une entreprise de 2 magasins qui faisait en tout 650 / 700 000 €de CA/an .

    Joli et suffisant pour bien en vivre avec une équipe de 6 personnes . . .

    Mais un jour mon plus petit magasin se retrouve à devoir fermer (je passe les détails du pourquoi ) et je sentais une forme de déclin sur le plus gros . Moins de clients hebdo ,oooh pas grand chose , 2 de moins puis 4 puis …

    Finalement j’investis un local 3 X plus grand (600m2) et je crée un immense navire amiral regroupant boucherie, traiteur , boulangerie , pâtisserie …

    Je réfléchi Marketing et construit mon idéal façon Ikea : une cuisine au centre du magasin ou officie un cuisinier , un sens de circulation autour de la dite cuisine et un parcours client fait pour satisfaire mais surtout pour augmenter le panier moyen , le confort client et les ventes additionnelles …( si ce discours vous parle aussi rien de plus normal)
    Le but de la manœuvre était de réussir à garder tous le personnel tout en gardant le CA de 2 entités dans un seul endroit .

    La 1ere année commence , je suis en 100% pub sur Facebook , SMS , mailing (oui une boucherie hyper connectée ) .

    Et cette 1ere année , 2016 , se termine avec : 1.300 millions d’€ ! Fabuleux , grisant ,angoissant.

    Les années d’après l’énergie retombe un peu mais le million est toujours la…

    Vendu le navire depuis 8 mois maintenant , belle vente qui met un moment à l’abri , me voila infopreneur sur de nouveaux rails qui mèneront sans doute à quelque chose d’encore plus intense !

    L’aventure continue n’est ce pas !

    https://je-suis-commercant.fr/methode-aida/

  • Un peu dingue cette expérience, bravo pour avoir passé le cap. J’ai connu ça il y a quelques années, perso ça a été très dur pour moi et une partie des équipes. On a décidé d’y aller plus tranquille, en visant un 20% de croissance plus « tenable ». Une très grosse croissance, c’est un dur chemin, parfois même destructeur de valeur. Vous avez choisi de continuer le rythme? comment avez-vous fait pour tenir la barre?

  • Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

    Rapport de faute d’orthographe

    Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :