Blog LiveMentor
Affirmation entrepreneur

L’affirmation, cinquième étape du livre « La Méthode LiveMentor »

Aujourd’hui, pour illustrer l’affirmation, cinquième étape de La Méthode LiveMentor, je souhaite vous parler de Manon. 

Ce qui suit contient des extraits de La Méthode LiveMentor.

Je m’adresse spécifiquement à tous les entrepreneurs qui sont dans les situations suivantes :

  • “Je n’ose pas parler de mon projet, alors que tout est prêt pour le lancer”
  • “Je suis tétanisé quand quelqu’un commente mon activité sur les réseaux sociaux”
  • “Cela fait 3 mois que je décale le lancement de mon site Internet ou ma campagne Ulule”

En vérité, c’est un email à lire quand on procrastine quelque chose depuis (trop) longtemps.

Qui est Manon, alors ?

Manon n’a jamais été une élève studieuse.

À l’école, les heures lui paraissent interminables. Elle s’ennuie et chaque journée est un vrai cauchemar. 

ennui entrepreneurElle trouve certains cours intéressants, comme l’histoire, mais n’aime pas du tout l’approche des profs qui prennent du plaisir à rabaisser les élèves devant tout le monde..

Elle en connaît plusieurs des profs comme cela.

“Sérieusement, quel professeur pense qu’humilier les élèves va leur donner envie d’écouter les cours ?”

Manon est hyperactive. Elle adore faire des choses et monter des projets.

Petite, elle observait ses parents travailler sur leurs propres idées. Cela la passionnait. 

Manon imite ses parents et lance, à son tour, plusieurs petits projets.

Malheureusement, ils se soldent tous par des échecs. C’est normal, Manon est jeune ; elle a encore beaucoup de choses à prendre.

Mais l’un de ces échecs est particulièrement douloureux et lui coupe l’envie de continuer.

Pas si éloignée de la vie d’entrepreneur

Manon se résout alors à emprunter un chemin plus classique. Elle poursuit des études de médecine et s’installe comme médecin généraliste du côté d’Agen.

À l’époque, l’offre médicale est importante et comme tout jeune médecin débutant, elle doit se faire une patientèle. 

Les premières années sont difficiles, mais elle s’accroche et se crée une patientèle d’habitués qu’elle commence à soigner de génération en génération. 

Cela lui va bien. Elle n’est finalement pas si éloignée de la vie d’entrepreneur !

Les gens l’ignorent, mais la vie d’un médecin en milieu rural ne s’arrête jamais, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. On fait appel à elle à toute heure.

Aujourd’hui, Manon a 48 ans.

Elle a fait un très joli travail pour développer son cabinet, mais elle arrive à un moment charnière de sa vie.

Elle aime son métier, mais n’a pas envie d’y dédier toute sa vie. Les années filent plus vite que prévues. 

Il est temps de rapidement changer de cap, car elle n’est déjà plus très loin de la retraite !

Elle se sent prête pour une reconversion proessionnelle à près de 50 ans.

Personnellement, je trouve cela fantastique. Je rappelle à nouveau que l’âge moyen d’un entrepreneur qui suit une formation LiveMentor est de 47 ans – cela montre bien qu’il n’y a pas d’âge pour se réinventer !

Manon est passionnée par la période de la Première Guerre mondiale. 

Il y a quelques mois, elle s’est replongée dans cette passion quand elle a découvert YouTube et la nouvelle vague de programmes culturels qui déferle sur la plateforme.

youtube watching

Étudiante, elle avait mis en pause ses études de médecine pour tenter de concrétiser sa passion, mais après une année folle passée à décortiquer la géopolitique de l’Europe du début du XXe siècle, elle a eu peur de ne pas trouver de travail. 

Elle a préféré retourner en médecine et assurer un avenir stable.

Aujourd’hui, avec YouTube, Manon pense avoir l’occasion parfaite de renouer avec cette passion. 

Elle rêve de réaliser des milliers de vidéos disponibles gratuitement autour de l’histoire de France. 

Elle sait déjà comment trouver des sources, aussi bien littéraires qu’iconographiques. Elle possède de nombreuses idées de format différents d’émission à proposer.

Manon est fascinée par l’écosystème YouTube. Elle s’est rendue à quelques conférences spécialisées, et surtout elle est fan de certains créateurs de contenus sur cette plateforme.

Elle rêve devant certains parcours :

  • Cette fille qui vend 50 000 exemplaires de son livre de recettes de pâtisserie grâce aux 200 000 personnes abonnées à sa chaîne YouTube
  • Cette artiste qui publie presque une vidéo par semaine depuis cinq ans sur sa chaîne, et peut vivre grâce aux dons mensuels (via un site intitulé Patreon) de sa communauté
  • Ce jeune étudiant qui réalise des vidéos où il résume des livres de développement personnel, et lui confie par email pouvoir rembourser son prêt étudiant grâce aux liens d’affiliation placés dans les descriptions de ses vidéos (Amazon lui verse des commissions sur chaque vente effectuée par le biais d’un clic en provenance d’une de ses vidéos YouTube). 

Au fond d’elle, elle aimerait un parcours similaire. Elle a envie de fermer son cabinet médical et faire cartonner cette chaîne YouTube pour en vivre.

Mais Manon bloque au moment de se lancer.

Bien que passionnée et motivée, elle est terrifiée à l’idée de parler en public.

Terrifiée à l’idée de montrer sa tête sur Internet.

Terrifiée à l’idée de se prendre des réactions et des commentaires négatifs.

peur de s'affirmer

Terrifiée à l’idée d’apprendre la réaction de son entourage quand elle va leur annoncer qu’elle ferme son cabinet pour se lancer sur Youtube : “Mais tu es folle ma pauvre ?!”

Elle préfère se rassurer en lisant tous les articles disponibles sur la prise de parole.

Elle regarde des dizaines de tutoriels sur les bons réglages de lumière et de son à paramétrer pour ses vidéos.

Elle enrichit sans cesse un très beau classeur Excel qui contient une liste de toutes les vidéos qu’elle veut réaliser, répertoriées par période historique.

Mais sa chaîne n’est toujours pas créée.

Manon n’ose pas se lancer.

Comment aider Manon à dépasser ses peurs ?

Quand on parle d’entrepreneuriat, on pense tout de suite au risque financier et à la peur de se retrouver sans rien.

Mais ce n’est pas de cette peur dont Manon nous parle là. Elle sait qu’il existe de nombreuses solutions pour limiter ce risque.

C’est d’une peur plus profonde qu’il s’agit. Une peur qui prend ses racines sur un sentiment irrationnel et qui peut se décliner sous de nombreuses formes :

  • la peur d’affronter le regard de ses proches (sur sa première vidéo YouTube, par exemple)
  • la peur de ne pas obtenir un seul commentaire sur la publication Facebook qui annonce notre projet, ou des commentaires négatifs
  • la peur de se retrouver face à un client et de ne pas savoir comment mener une discussion sans stresser
  • la peur de ne pas être à la hauteur, la peur d’échouer, la peur d’affronter l’échec ; la peur de se sentir nul, tout simplement. C’est le célèbre syndrome de l’imposteur qui touche 70 % des gens à un moment ou l’autre de leur existence.

    Un syndrome particulièrement handicapant qui s’exprime sous la forme d’un doute maladif nous poussant à renier nos accomplissements, quels qu’ils soient, et à leur attribuer des causes extérieures à soi-même.

En bref : on ne se sent pas légitime et l’on n’ose pas utiliser le plein potentiel de nos capacités.

La solution réside dans l’affirmation et c’est la cinquième étape de La méthode LiveMentor.  

Comment oser l’affirmation et présenter son projet au monde ?

L’affirmation est la clef, tout simplement, car rien n’arrive par miracle à celui qui reste paralysé. 

On s’affirme pour entrer dans un cercle vertueux où chaque action permet de s’affirmer davantage avec plus de facilité. 

On s’affirme pour prendre confiance en soi, pour se prouver que nos peurs ne sont pas fondées, ou si peu.

On s’affirme pour retrouver sa créativité, parce qu’en acceptant de se confronter au monde – plutôt que de rester dans sa bulle et seul avec soi-même, on obtient des retours, des avis, on provoque des réactions, des opportunités auxquelles on n’avait pas pensé.

L’affirmation est essentielle, tout simplement parce que, si ce projet nous tient réellement à cœur, nous n’avons pas d’autre choix pour le faire exister.

Voici quelques conseils pour vous aider :

  • Concentrez-vous sur les retours positifs.

    Conservez précieusement le moindre retour positif de vos clients, le plus petit remerciement ou compliment, et relisez-les chaque fois que le doute surgit.

    Je connais des entrepreneurs qui impriment tous les retours positifs de leurs clients pour les afficher aux murs de leur bureau ; il suffit de relever la tête de l’ordinateur pour les relire en un coup d’œil quand le moral chute ! Je me contente moi d’un dossier Dropbox que je tiens à jour depuis la création de LiveMentor en 2012.
  • Remémorez-vous vos succès.

    Il s’agit de mesurer le chemin parcouru et d’en être fier ! Je vous invite donc à tenir une chronologie de votre projet dès les premiers jours ; vous serez surpris, par la suite, d’avoir oublié de très agréables avancées !
  • Acceptez l’échec comme un moyen d’apprentissage.

    Celui qui ne connaît pas le syndrome de l’imposteur est en réalité celui qui n’est jamais sorti de sa zone de confort. L’apprentissage, le vrai, passe nécessairement par ces difficiles moments d’affirmation. Vous êtes en train de créer quelque chose d’unique : il est normal de faire des erreurs et d’échouer. Ne redoutez pas ces moments : ils vous permettront d’en tirer des enseignements d’une grande richesse.
  • Ne laissez pas la peur vous fermer des portes.

    Ouvrez-vous aux opportunités qui nourrissent l’alignement avec votre vision d’entrepreneur et ne laissez pas la peur décider à votre place. Ayez confiance en votre capacité à trouver des solutions – vous trouverez toujours une solution.
  • Entourez-vous d’un collectif bienveillant.

    Dans de nombreuses situations, c’est la force du groupe qui permet de propulser un entrepreneur en avant. Le fait de s’entourer de personnes bienveillantes, compréhensives, toutes familières de la problématique de l’affirmation dans des domaines très différents, est très puissant.

    Avoir des retours positifs dans un contexte de confiance réciproque est un déclencheur et un moteur essentiel pour s’engager dans l’action tout en dépassant sa peur.

entourage bienveillant

La force du collectif est donc ici déterminante… et dans les deux sens.

Je comprends très bien que Manon, l’héroïne de notre cinquième étape, se retourne le cerveau face à la réaction de ses amis sur sa première vidéo YouTube. 

Je me souviens, aujourd’hui encore, d’une horrible discussion entre amis sur le processus d’inscription à la première version du site Internet de LiveMentor. Ces dizaines de minutes de débat totalement stérile m’avaient enlevé un sacré paquet d’énergie pour les semaines qui allaient suivre. 

Faut-il en conclure qu’un porteur de projet doit abandonner son cercle familial et amical pour grandir ? Certains l’affirment, mais je déteste cette vision manichéenne des « entrepreneurs réunis ensemble face au reste du monde ».

Comme en parlant de l’inspiration, 2ème étape de La Méthode LiveMentor, je vous invite cependant, à élargir constamment votre cercle.  À vous entourer de personnes qui peuvent vous aider à vous affirmer. 

C’est pour cela que tous les entrepreneurs du réseau LiveMentor sont réunis dans un groupe Facebook privé.

C’est pour cela que nous avons décidé d’organiser une émission spéciale, Antivirus pour Entrepreneurs, chaque matin pour donner la parole à un entrepreneur sur notre page Facebook. 

C’est pour cela que nous organisons régulièrement des conférences, des week-ends thématiques ou encore des Workshops.

Pour accéder à l’affirmation, ne restez pas seul dans votre coin ! Le collectif permet de surmonter les doutes.

Je vous parle très bientôt de la sixème étape de la Méthode LiveMentor, une de mes étapes préférées : l’action ! 

En attendant, vous pouvez trouver le livre La Méthode LiveMentor à la Fnac, sur Amazon et en librairies !

La-methode-LiveMentor

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Avatar

Alexandre Dana

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :