Blog LiveMentor
Pourquoi avez-vous des difficultés à trouver vos clients ?

Pourquoi avez-vous des difficultés à trouver des clients ?

Cela fait près de 8 ans que LiveMentor accompagne des entrepreneurs dans le développement de leurs projets. Près de 8 ans que nous voyons les entrepreneurs rencontrer les mêmes difficultés à trouver des clients ! 

J’ai reçu des centaines de réponses d’entrepreneurs heureux de découvrir qu’il est possible de lancer une boîte rentable. Et tout ça, sans engager toutes ses économies ni s’endetter auprès d’une banque de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Mais j’ai surtout reçu une réponse très juste de Luc que je copie-colle ci-dessous : 

“Merci pour cette newsletter Alexandre que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, mais je tiens à préciser que quelque soit le modèle d’entreprise, la difficulté reste la même pour tout le monde : trouver des clients. Après avoir créé 3 entreprises durant la dernière décennie, l’expérience me confirme que l’acquisition clients constitue le nerf de la guerre.” 

Je suis complètement d’accord avec le commentaire laissé par Luc. 

Récemment, je discutais avec Théo qui fait partie de notre équipe éditoriale chez LiveMentor. Théo adore les jeux vidéo. C’est un passionné.

Et il aime particulièrement le jeu Super Mario, où un plombier se balade dans des mondes exotiques.

Plein de sincérité, il m’a confié sa révélation de la semaine dernière : “Alex, trouver des clients pour un entrepreneur, c’est comme marcher sur un champignon quand tu joues à Super Mario, cela te fait grandir et passer au niveau supérieur !”

Tout à fait, Théo, tout à fait. 

Trouver des clients, c’est le nerf de la guerre. Il faut trouver un moyen de dépasser les difficultés.

Et je l’ai appris durement lors de ma première création d’entreprise qui s’acheva en liquidation judiciaire (la procédure quand on fait faillite) avec un total de 16 euros de chiffre d’affaires réalisé. Les difficultés à trouver des clients, c’était mon quotidien !

À l’époque, j’ai tout fait à l’envers. Si mes erreurs peuvent servir à quelqu’un, alors je n’ai pas honte de les partager. Plongeons donc dans ce passé obscur et revenons à mes 20 ans… 

C’était en 2012. 

Je me rappelle très bien arriver la boule au ventre devant le bureau de la directrice de mon école et l’entendre me dire : “Alexandre, tu dois effectuer une expérience professionnelle dans une entreprise pour valider ton année, qu’est-ce que tu attends pour trouver une boîte qui t’accepte en stage ?

Le problème, c’est que je n’avais pas du tout envie de faire un stage dans une entreprise. Je fuyais ce rendez-vous avec la directrice depuis de longs mois maintenant, tout en sachant qu’il fallait absolument effectuer cette expérience professionnelle pour valider mon année ! Je prenais le risque de redoubler, parce que je ne voulais pas faire un stage. Je sais que c’est un mythe, mais j’avais terriblement peur de finir à faire du café et des photocopies dans une entreprise du CAC 40. Avec une maman trapéziste dans des cirques et un père psychanalyste, j’avais grandi bien loin du monde de l’entreprise et des entretiens de recrutement ! 

Je demande alors naïvement à cette directrice s’il existe une alternative au stage pour effectuer mon expérience professionnelle obligatoire

Et là, j’apprends quelque chose qui va changer ma vie : il est possible de valider l’expérience professionnelle obligatoire  en créant ma propre boîte.

Comme vous pouvez l’imaginer, l’idée n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd ! 

Ni une, ni deux, j’ai décidé de créer une SARL. Je me suis lancé corps et âme dans la création d’un site internet pour vendre des fiches de cours, pour collégiens et lycéens. Vous savez, ce genre de site Internet où on peut acheter des corrigés de dissertation, ou des cours très complets.  

Mais ce qui devait être une belle aventure s’est avérée finalement être une catastrophe..Après 6 mois sur mon idée, je me retrouve à liquider ma boîte avec un ridicule chiffre d’affaire de 16 euros… 16 euros, seulement ! 

C’était pourtant impossible. J’étais convaincu d’avoir tout fait pour que ça marche !

J’avais passé énormément de temps sur ce site. Je voulais que les contenus en ligne soient vraiment parfaits. J’avais donc lu et relu chaque fiche avant de l’ajouter sur le site Internet. Je me renseignais, j’améliorais constamment ce qui allait être mis en vente. Ce qui me prenait le plus de temps, c’était de numériser ces contenus. Concrètement, il faut comprendre que je disposais de doubles pages A4. De centaines de doubles pages A4.

Pile de feuilles

Or, toutes ces doubles pages, il fallait les numériser, à savoir les taper sur ordinateur, pour les transformer en documents Word. Cela me prenait des centaines d’heures ! J’y passais mes semaines, sur mon bureau, à recopier patiemment, chaque ligne de chaque page A4….

Et pourtant, malgré tous ces efforts… je n’avais pas de clients. 

A la fin, j’avais l’impression que même mon écran d’administration de mon site Internet se moquait de moi, n’affichant toujours pas la moindre vente..

J’étais au fond du trou.. Je me trouvais nul en marketing, nul en communication, nul en entrepreneuriat.. 

Et un matin, déçu des résultats de cette première aventure entrepreneuriale, je suis allé prendre un café avec mon premier mentor. Et alors que je lui expliquais plein de passion tout ce que j’avais fait, il me regarda avec un sourire en coin et me dit : 

“Mais Alex, tu as oublié le principal : tu dois mettre tous tes efforts à trouver tes clients. Tu as passé tout ton temps à numériser tes pages A4, tu passé énormément de temps sur le contenu de ton site Internet, mais combien de temps as-tu vraiment passé à chercher des clients ?

C’est à ce moment que je me suis dit que j’étais un vrai nigaud.

Toutes mes heures passées à aller dans tout Paris avec mon scooter électrique pour récupérer des dissertations et des copies (oui, car j’allais les acheter à leurs propriétaires directement chez eux…). Toutes mes heures à consulter des tas de blogs. Toutes mes heures passées à numériser mes copies.

Tout ça était inutile. J’étais un âne.

Si j’avais passé toutes ces heures à vendre mon produit, à la bonne personne, j’aurais avancer 1 000 fois plus. 

Il faut dire qu’en étant à son compte, on pense toujours à des tas de problématiques.

J’étais tombé dans le piège évident de l’entrepreneur débutant, je pensais devoir créer le produit parfait et je me disais : “Une fois en ligne, mon site Internet se vendra tout seul!”. 

Ça vous est déjà arrivé ?

J’imagine que oui. 

Mais alors, pourquoi a-t-on autant de difficultés à trouver des clients ? 

Après avoir accompagné 6 000 entrepreneurs passionnés depuis 3 ans chez LiveMentor, j’ai distingué 3 problèmes communs chez ceux qui ont des difficultés à trouver des clients  :

PROBLÈME 1 –  Mon service n’est pas assez spécialisé ! 

Quand vous cherchez à manger dans un bon restaurant, vous n’irez certainement pas dans le restaurant attrape-touriste qui fait TOUS les plats. 

Vous irez dans celui qui a peu de plats, mais qui sont préparés maison.

C’est la même chose ici : quelle est la plus petite audience sur laquelle vous pouvez vous concentrez ? Et comment la régaler au plus haut point ?

C’est cette obsession de la qualité pour un petit groupe de personnes qui permet à une entreprise de dépasser les difficultés, de décoller, et de trouver ces premiers clients.  Nous avons malheureusement une fâcheuse tendance à vouloir répondre au besoin de tout le monde. Cela génère une perte d’efficacité forte chez certaines entrepreneurs. 

Recentrez-vous en vous demandant :

– Quels sont les plus gros problèmes de mes clients potentiels ?

– De quoi rêvent-ils le matin en trempant leurs tartines dans leur café ?

– Qu’est-ce qui leur fait peur ? Quels sont leurs blocages ? 

C’est là que vous devez intervenir !

Les réponses à ces questions vous permettront de créer un produit avec une véritable valeur ajoutée. Et de le tester immédiatement, pour l’affiner et l’améliorer à partir des réactions de vos clients : 

 

 

difficultés à trouver des clients illustré par Asterix et Obelix

“Il n’est pas frais ton poisson!”

Aie. ça fait mal à entendre. m

Mais c’est le meilleur moyen de corriger immédiatement le tir !

Bon produit vu par Asterix et Obelix

“Waouh, au top! Encore !“

Félicitations ! Le client valide votre produit.Vous êtes sur la bonne voie. 

 

C’est en manquant des ventes.. qu’on apprend à les réussir !

PROBLÈME 2 – Je ne sais pas où chercher mes clients !

Mais où sont les clients ? Comment les atteindre ?

Si vous êtes Ordralfabetix, le poissonnier d’Astérix, la situation est assez simple, vos clients se trouvent sur le marché aux poissons du village. Vous n’allez pas aller le vendre dans le camp des soldats romains ! 

C’est la même chose pour votre entreprise : il faut trouver votre marché au poisson.

C’est une question incontournable. Le risque si on évite cette question, c’est de conclure beaucoup trop précipitamment que c’est votre produit, votre activité ou votre service qui n’est pas bon. Et si vous n’étiez juste pas sur le bon marché ? 

difficultés de trouver des clients sur le mauvais marché

Pour ne pas commettre cette erreur, il faut vous transformer en détective. On appelle cette stratégie “L’oeil de Moscou” dans les les formations LiveMentor. On pousse nos entrepreneurs à se poser les questions suivantes :

  • Qui sont mes concurrents et partenaires potentiels ?
  • Où vont-ils chercher leurs clients ? 
  • Qu’est-ce qui nous épate dans leur communication ?

Il ne faut pas réinventer la roue ! 

Et vous avez des dizaines d’outils pour vous aider à devenir un excellent détective :

  • Vous pouvez utiliser le site SimilarWeb pour connaître le nombre de visiteurs uniques sur le site Internet d’un concurrent ainsi que les performances de leurs pages de vente
  • Vous pouvez vous abonner aux pages Facebook et comptes Instagram de vos concurrents, cela vous permettra de voir naturellement apparaître dans vos flux d’actualité leurs publicités 
  • Vous pouvez même utiliser un outil comme SemRush qui permet de découvrir si votre concurrent se fait connaître sur Google

Vous désirez qu’on regarde ensemble comment vos concurrents se font connaître ? C’est possible ! Notre équipe est disponible pour en discuter par téléphone. C’est un appel découverte gratuit, il suffit de réserver via le calendrier dédié. Les places sont chaque semaine limitées, attention donc à ne pas s’y prendre trop tard pour réserver votre créneau. 

Si vous avez des concurrents qui s’en sortent bien, c’est sans aucun doute qu’ils savent mieux que vous où trouver des clients. À vous de les comprendre en profondeur tel un assistant social (cc Marion De Schrooder

PROBLÈME 3 – Je ne passe tout simplement pas assez de temps à chercher des clients !

J’étais enfermé dans ce problème, et rappelez vous où ça m’a mené ! 

Votre priorité absolue doit être de vendre et donc de trouver vos premiers clients peu importe les difficultés. J’insiste énormément dessus dans notre formation sur la vente

Cela vous évitera comme moi une liquidation prématurée et des mois de remise en question inutile. Quand il y a un bourrage dans la photocopieuse, plus tôt vous l’ouvrez, plus tôt elle redémarre.

Je vous propose 1 action très facile à mettre en place : proposer cette semaine à 5 clients potentiels de tester gratuitement votre service ou vos produits (par exemple, un atelier gratuit de sensibilisation si vous êtes thérapeute, une paire de chaussettes gratuites si vous vendez des chaussettes, un audit gratuit d’un site Internet si vous êtes freelance webmaster ou consultant marketing).

Forcez-vous à l’issue de ce test à proposer, même si ce n’est pas naturel, vos services ou produits payants. Et ce n’est pas grave si le retour est négatif. Vous n’avez rien à perdre ! 

Avec cette action, vous allez définir votre process de vente, à savoir la série d’étapes par lesquelles vous créez une relation avec un futur client. (cc Laure Schappler).

Et si on passait de la théorie à l’action ? 

On ne va pas vous faire croire que la volonté suffit pour faire tomber les clients du ciel, par magie.

Mais nous avons préparé un exercice pour vous aider à dépasser vos difficultés à trouver des clients.

Partagez-moi en commentaire de cet article de blog :

→ Votre objectif de clients pour les 6 prochains mois

→ Le prix moyen de votre produit/activité/service

→ Les principales étapes de votre process de vente

On se retrouve dans les commentaires pour discuter de vos difficultés et dépasser ce blocage de l’absence de clients !

Je suis d’ailleurs en train de travailler sur quelque chose de vraiment nouveau en France pour aider les entrepreneurs à passer ce cap. J’ai appelé ça “Les fondamentaux de l’entrepreneur”. Je vous en dirai plus dans un prochain article. 

Bonus : 

Les indispensables de la prospection

Comment placer le client au coeur de sa stratégie ?

Les bases de la négociation commerciale

Comment ne plus avoir peur d’annoncer son prix ?

Comment mettre en place un tunnel de vente qui convertit ?

Comment mettre en place un service-client performant ?

Comment utiliser les chatbots pour vendre davantage ?

Est-ce facile de vendre quelque chose ?

Formation Vendre et Convaincre de LiveMentor

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Avatar

Alexandre Dana

  • Bonjour. Moi Mecnun.

    Je suis freelance en conception de sites web sous WordPress.
    Je voudrais dans six avoir une moyenne de 2 à 3 clients par moi.
    Je propose des sites vitrines à partir de 700€.

    A bientôt.

  • Pour ma part, cela fait déjà quelques années que je suis lancée. Le processus est rodé, même si je me dis toujours que je ne suis pas à l’abri d’un accident…
    Mon objectif est de vendre une quarantaine de packs d’accompagnement pour celles et ceux qui souhaitent devenir secrétaires freelances. Le tarif est d’environ 150 euros HT. Les personnes qui achètent me trouvent quasiment toutes via mon blog Croquefeuille

  • Bonjour,
    je suis Neria, et je represente Finca La Rosala en France, nous sommes producteurs des pistaches et artisans/transformateurs de fruits secs en Espagne (3 varietés d’amandes, noisettes, noix de pecans, cacahuètes, etc), ma cible sont les épiceries fines, les épiceries spécialisés (primeurs), hôtels, bars, pâtissières … En fin c’est difficile de trouver des clientes, d’une part la mauvaise image qu’a l’Espagne et d’une autre part faire comprendre le valeur de nos produits, noix sélectionnes et/ou cultivés sur places, la façon artisanale de griller nos fruits secs, étiquettes propres (sans additives, conservateurs, faites dans un atelier sans gluten, sans lactose…
    C’est difficile de pénétrer le marché français…
    Mon objectif trouver 5 à 8 clients par moi BtoB, avec une fréquence de 3 mois/par commande, panier moyen des 350€
    Mon processus de vente : étudier mes prospects, cible, types de produits (ouvert ou pas au produits espagnols, méditerranéens, végétariens, innovateurs, sains, gourmands, etc), envoyer le catalogue par mail, ensuite appel téléphonique afin de connaitre ses besoins, proposer une dégustation sur place ou envoyer des échantillons des références choisis, avec la grille de prix, ensuite « fingers crossed » …
    C’est n’est pas comme ce la?? Merci !
    Mon site pour les particuliers
    https://lafinca.tienda/fr/

  • Bonjour,

    Je suis Corine Cliquet d’HealthyDeco. Je suis décoratrice d’intérieur écoresponsable, hypersensible (cela à son importance) depuis 2 mois. Avant tout cela j’étais pendant plus de 20 ans infirmière. J’ai dû repenser à une reconversion professionnelle suite à des problèmes de santé, mais aussi parce que je ne me retrouve plus dans mon ancien métier, marre que que mes cadres me disent que je ne rentrent dans aucun moule. Cela s’est fait dans la douleur physique et psychologique

    J’adore le milieu de la santé, de ce fait je veux être une décoratrice d’intérieur atypique: Même si je propose des services aux particuliers et aux professionnels. Je veux aussi proposer des services aux personnes ayant des handicaps et/ou des troubles cognitifs, être aussi dans l’ergonomie.

    Proposer mes services physiquement, mais aussi par Internet. J’ai 2 projets que je n’ai pas trop envie de parler ici pour le moment

    Je sais que je propose trop de services, que je fourmille d’idées, que d’autres m’inspirent aussi. Ça c’est le soucis des personnes hypersensibles, souvent nous sommes aussi des hauts potentiels

    En un mot, il est pour moi difficile de savoir quelle direction prendre et surtout comment trouver des clients, car je manque de confiance et je souffre parfois du « syndrome de l’imposteur »

  • Chez http://www.EDOBOIS.com, nous venons de nous lancer et nous avons pour objectif de ventes de dépasser les 100 ventes pour le mois de mars et avril principalement sur notre site internet mais également en participant à un salon (en espérant qu’il soit maintenu…) Notre panier moyen est de 39€.

  • Bonjour, moi je suis au stade zéro… pire encore, au stade sous-sol, sous le zéro, bref je ne parviens toujours pas à me lancer. Me lancer dans la vente en dropshipping tout simplement parce-que je n’ai aucun fond de départ afin de payer nom de domaine de mon site, serveurs, hébergement, pack design du site, outils de marketing, référencement mais surtout surtout un peu de publicités sur les réseaux sociaux.
    Mon problème est que je suis sans revenus et au RSA depuis de nombreuses années, suite à un accident où j’ai mis des années à m’en remettre autant physiquement que psychologiquement. J’ai parcouru les associations, les banques, les organismes d’aides et je ne parviens pas à trouver un minimum de fonds de départ, au moins de quoi payer les frais du site et principalement la publicité qui coûte le plus cher et tout ça pour une année afin de me laisser du temps de me lancer, commencer à gagner de l’argent et rembourser le prêt au bout de 12 mois.
    Je suis même désespéré de rester bloqué. Pendant un temps, j’ai sérieusement songé à demander un prêt auprès de particulier, vous savez ces annonces de prêteurs de fond qu’on trouve dans les journaux ou sur internet et à des taux exorbitants. On m’a dit « fais gaffe évite ces gens là, ils te demandent de trop gros taux et va pas te mettre dans la galère avec ça ». Donc je n’ai pas été vers eux. Même retrouver un emploi c’est difficile surtout à mon âge c’est plus compliqué mais le pire est d’être resté trop longtemps sans activités donc quand un employeur potentiel me demande de justifier ces longues années sans activités professionnelles je me retrouve systématiquement écarté du poste que je vise. C’est dire même en intérim il me donne pas de travail, à part quelques rare mission de 1 jours ou 2 voir 3 mais c’est tout. Résultat je ne peux réunir la somme pour me lancer et pourtant ce n’est pas un somme trop importante. Je ne peux pas non plus mettre mon RSA dedans car dès le 10 du mois je me retrouve avec quelques dizaines d’euros seulement pour tenir jusqu’au mois prochain et il m’arrive tous les mois de rester plusieurs jours sans manger. D’ailleurs je n’ai qu’un repas par jour quand je peux sinon souvent je ne bouffe pas pendant 3 voir 4 jours, à m’en rendre malade car je me retrouve sans forces quasi en train de crever de faim. Le peu que je bénéficie du RSA va pour payer mon abonnement internet, une part de mon loyer et éléctricité avec assurance logement. C’est dire j’ai une voiture une vieille 205 qui dort depuis des mois sur le parking dehors sans pouvoir payer le contrôle technique. Bref c’est la super galère et je ne suis pas le seul dans ce cas là forcément.

    Conclusion je suis dans un cercle sans fin. Pour me lancer j’ai besoin de fonds même si c’est très peu, pour lancer une boutique en Dropshipping il ne faut pas des masses. Mais pour avoir les fonds il faut un job, mais comme aucune boite ne veut me donner un job je suis donc coincé à la case départ, au sous-sol.
    Ca me FRUSTRE terriblement de ne pas pouvoir m’accomplir, aller au bout de mon rêve. Je suis affamé, j’ai faim, j’en veux quoi ! Seulement ça n’évolue pas pour moi, à croire que j’ai la poisse. Alors oui on peut peut-être démarrer sans se ruiner, sans investir une fortune (qu’on ne possède de toute façon pas), mais il faut quand même un minimum et même si ce n’est pas grand chose pour certain ça reste beaucoup pour les gens comme moi au RSA et en difficultés à tout niveaux. Or à ce niveau là chaque sou compte et chaque sou est difficile à avoir.

    Voilà en gros ma situation. Le pire est que j’ai passé des centaines d’heures à visionner des vidéos sur le dropshipping, à l’instruire sur ce buseness, à participer à des formations gratuites, à regarder des reportages de personnes qui se sont lancé en Dropshipping et qui ont réussi.

    Sinon super votre article. Très intéressant. J’ai lu l’article avec un grand intérêt mais je le trouve tout de même incomplet, ça aurait été plus intéressant de développer et de proposer des solutions concrètes avec un maximum de détails et d’exemples mais évidemment faut acheter vos coachings donc c’est mort pour moi.

  • Hello Alexandre 🙂
    Moi c’est Marie de trouver-la-bonne-personne.fr
    J’accompagne les femmes qui enchaînent les déceptions amoureuses à apprivoiser l’Amour.
    Sur mon site je propose un ebook (prix moyen 10€) et des séances de coaching (prix moyen individuel 60€). Je suis aussi en train de créer un programme d’auto-coaching vidéo. Mon objectif est d’attirer dans les prochains mois une trentaine de clients par mois pour du coaching.
    J’ai créé des landing page et plusieurs endroits qui mènent vers ces landing pages (pop-up, in-content, page d’accueil, Youtube, Facebook etc.)
    J’ai trouvé mes premiers clients via les réseaux sociaux.

    Merci encore pour tout, c’est super ce que vous faites pour les entrepreneurs !

  • Bonjour,
    Je suis avocat donc je n’ai pas le droit de faire de démarchage. Du coup pour trouver des clients par moi-même je communique de l’information juridique via Facebook et mon blog, et un peu via Linkedin. Je réponds aux questions des internautes gratuitement avec l’objectif de proposer à la sortie un bilan téléphonique susceptible de déboucher sur une prestation. Quand c’est le cas j’adresse un mail avec une proposition d’honoraires pour acceptation.
    Mon panier moyen est de 700€ et j’ai besoin d’acquérir 5 clients par mois pour atteindre mon prévisionnel de première année.
    Pour compléter : actuellement je planche sur la mise en place d’une « permanence » gratuite de 10min à destination des entrepreneurs. Ce projet a pour objectif d’entrer en contact avec ma cible et surtout de déterminer si mon audience actuelle est qualitive ou non.

  • Bonjour, je me demande comment cette notion de client se décline quand le « produit » est simplement un blog, par exemple blog de recettes de cuisine, blog d’un écrivain…

  • 2e newsletter que je viens de lire dans son intégralité, et je trouve que c’est bien ! Bon, y’a un problème en ce qui me concerne : je propose comme activité principale le community management -promouvoir les produits/services des entreprises qui veulent s’engager avec moi. Et deux autres activités : mises à disposition de ressources (documents pro, tableaux etc.) en gestion financière, IT et projets. Dans tous les cas, les outils que vous proposez Alexandre, sont astucieux, à condition de pouvoir se les offrir ; Eh oui ! l’argent : c’est l’argent le nerf de la guerre. Car sans ressources financières tu ne peux même pas lancer une prospection efficace. La gratuité a ses limites, on le sait tous (version d’essai, démo, les publications sur Fb très limitées gratuitement, blog professionnel influenceur). J’ai obtenu un prêt à taux zéro et j’ai tous investi dans mon site web wordpress, ma page facebook. Quant à Salesforces, ainsi que vos outils dans votre newsletter, ne sont que des versions d’essais, il faut s’engager financièrement si on veut aller plus loin, je suis allé vérifier sur les sites, toujours les mêmes problèmes ; sortez votre carte bleue ! Donc question : comment trouver son premier client, quand on a zéro pointé sur son compte en banque ?

  • Je suis officiante de cérémonie laïque depuis un peu plus d’un an maintenant (www.plumetis.fr). Je créé et célèbre les cérémonies de mariages des amoureux qui ne veulent ou peuvent pas faire de cérémonies religieuses. J’ai réussi à dégotter quelques mariages, mais avec le covid… autant dire que c’est devenu très compliqué. J’espère me rattraper quand tout ira mieux ! Disons que si on reprend nos vies normales, j’aimerai avoir entre 12 et 15 mariages par an dans un premier temps, avec un prix moyen de 1290euros. Je me suis pour l’instant inscrite sur un site « mariages.net », payant pour les professionnels, tous mes devis passent par ce site actuellement. Ils demandent des devis, je réponds puis propose un rdv téléphonique ou en visio à défaut de pouvoir se voir en vrai.

    A très vite,
    Océane

  • Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

    Rapport de faute d’orthographe

    Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :