Blog LiveMentor
girlgogreen-LiveMentor

Comment Camille, alias « @girl_go_green », organise son temps ?

Nous avons décidé d’interviewer ces femmes qui savent gérer leur emploi du temps. Comment l’optimiser au mieux ? Le temps passe tellement vite que nous avons besoin de méthodes et d’astuces afin de contrôler à la fois notre vie personnelle et notre vie professionnelle.

Aujourd’hui, on vous présente Camille que vous connaissez probablement mieux sous le pseudo @girl_go_green sur son compte Instagram.

Camille est une femme respectueuse de la nature qui allie minimalisme et « zéro déchets ».

Elle donne au quotidien des recettes bio avec des fruits et légumes de saison, des astuces de beauté naturelle et de mode éthique sans oublier son engagement citoyen pour un monde meilleur (et durable !)

Une vraie force de la nature dont nous souhaitons nous inspirer.

 

Cette interview fait partie d’une série, réalisée en amont de la sortie du Carnet du Temps.

Le Carnet du Temps est un projet mené par LiveMentor et la fantastique maison d’édition 23heures59éditions.

Cette maison d’édition, créée par Anne Humbert, fait bien plus que de la papeterie. Elle crée des carnets de méthodologies pour vous aider à réussir vos projets personnels et professionnels et planifier vos rêves.

Nous avons extrêmement hâte d’annoncer la sortie du Carnet du Temps ! Il contiendra des dizaines de méthodes, divisées autour de 4 univers temporels.

Nous avons donc posé plusieurs questions à Camille sur la manière dont elle gère son temps :

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Je vais vous partager une expérience inédite que j’ai eu : celle d’une journée avec une personal shopper. . . Mon amie d’enfance @charlottemsellati a BEAUCOUP de goût. Et moi…pas du tout ! Je ne sais pas m’habiller, ou ce qui me va, et surtout : je m’en f*** & je ne veux pas faire d’efforts le matin. Sauf que, au quotidien, je me rends bien compte que je m’habille mal et quand je suis en représentation ou avec des professionnels pour promouvoir le vrac et la RSE, ben…. c’est problématique car on est encore (malheureusement) jugé sur son apparence. . . Du coup j’ai contacté Charlotte avec cette demande : je voulais tester une journée avec elle MAIS, en achetant SEULEMENT seconde main ou à la rigueur des marques éthiques (mais petit budget). Et en respectant la règle du « ONE IN, ONE OUT » pour conserver la garde robe minimaliste. Si j’achetais qqchose, j’enlevais qq chose et je souhaitais que mes habits se mixent un max dans une pluralité de looks. . . Du coup comment ça se passe ? . Elle est venue chez moi avec une proposition : « Ton discours sur de nouveaux modes de consommation est important. Il faut que les personnes à qui tu t’adresses l’entendent pour ça tu dois être prise au sérieux du 1er coup d’oeil ». . Ok. +1 point. . Hop: elle a vidé mes armoires de tout ce qui n’allait pas : ⛔ avec ma morphologie, ⛔pas beau, ⛔ trop abîmé, ⛔trop roots ou baba cool, ⛔ trop gamine. J’ai une ?de choses à donner et à vendre sur vinted. . . Puis on est allé faire les friperies de Paris à la recherche des incontournables qui me manquaient et qui pouvaient s’assortir avec ce que j’avais encore. Charlotte savait exactement ce qu’elle cherchait et moi j’essayais et je me voyais me transformer dans le miroir. . . Pour ce que je n’ai pas trouvé en fripes, j’ai trouvé sur Vinted.  Et j’ai eu un « dressing planner » avec tous les looks qu’elle recommande sur base de mon dressing (car c’est bien d’avoir des trucs stylés dans sa garde robe mais quand on ne sait pas les assortir…) ! . . Bref, une folle expérience et un nouveau look pour une nouvelle vie ! . . #fripe #secondhand #thriftshop #vinted #personalshopper #reuse #thrifting #thrift #secondemain #vintage #friperie

Une publication partagée par ? Camille ? (@girl_go_green) le

Comment protèges-tu ton temps ?

Ce qui me vient spontanément comme réponse : je m’écoute et je dors bien.

Pour moi c’est le début de toute chose: une bonne nuit de sommeil. Ça permet ensuite d’être efficace et de mieux gérer son temps.

Ensuite évidemment : il faut de l’organisation.

J’identifier mes grandes typologies de projets (que ce soit tel projet ou que ce soit : avoir du temps pour faire du bénévolat ou avoir du temps pour écrire des chansons, aller à des conférences etc) et je remplie mon agenda en essayant de donner à chaque typologie sa juste place, de manière régulière.

Enfin, il faut savoir dire « non » pour protéger son temps. Dire « non » aux autres, aux projets, ou les reprogrammer, les disposer autrement, ou tout simplement les laisser passer. Et savoir se dire « non » à soi, ce qui est encore plus difficile car on a souvent envie de tout faire, d’être partout, de se démultiplier. Il faut savoir s’écouter et reconnaître en toute humilité que l’on n’a pas le temps de tout faire.

Et surtout, pour protéger son temps, éviter les pièges chronophages qui nous prennent du temps mais qui ne servent pas à nous élever, à nous éveiller et à devenir une meilleure version de nous-mêmes ! Les séries Netflix qui ne nous apprennent rien et qui ne sont même pas top ou ne nous apportent pas une super joie, pour ne citer qu’elles.

Ma prochaine étape : éviter les distractions qui viennent diminuer la qualité de mon temps et qui font se superposer différentes activités en même temps. J’ai nommé: les notifications sur son téléphone ! Voire même les appels téléphoniques: il faut apprendre à passer en OFF.

As-tu des routines ? Si oui, lesquelles ?

J’essaie de mettre en place des routines, mais je dois avouer que c’est un véritable travail.

Actuellement par exemple, je fais de la méditation et de l’éveil corporel tous les matins. J’aimerais y ajouter de la lecture (chose que je faisais à un moment).

Toutes les semaines, je prend aussi un moment pour prendre soin de moi, de ma peau, de mes cheveux, de mon corps (via des gommages, des masques, des huiles etc). Car je pense que vu l’environnement dans lequel nous vivons et vu toutes les contraintes que nous imposons à notre corps, nous avons besoin de le choyer, de le remercier, et de l’aider. Ce moment est un moment où je me fais du bien.

Ensuite j’ai une habitude plus qu’une routine car elle varie selon mes émotions du moment, mais quand je suis face à un événement stressant (que ce soit une présentation, un entretien, ou même un date – rdv galant -), ou si j’ai besoin de décompresser suite à une période de stress, je fais de la danse libre, ou de la danse énergétique. Je mets la musique à fond chez moi et je danse. Je danse mes émotions, je danse mes frustrations, sans crainte d’être jugée, en me lâchant complètement, en m’abandonnant à ce que je ressens, en faisant un grand nettoyage et une grande purification.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par ? Camille ? (@girl_go_green) le

Comment libères-tu du temps pour ce qui compte vraiment ?

J’essaie à l’avance de me mettre des cadenciers à respecter, un peu comme mes filets de sécurité. Par exemple, je sais que j’ai besoin de faire un séjour à la campagne au moins 2 fois par an, de remettre les mains dans la terre et de travailler au jardin. Donc je positionne cela presque dès le début de l’année dans mon agenda. Pareil : je sais que j’ai besoin d’au moins 1 semaine par an pour être en retraite, me retrouver, et me poser, donc je le prévois à l’avance. De manière plus régulière, tous les mois, je cherche à faire une activité qui m’est consacrée : du yoga du rire, de la danse extatique, du reiki, de la poterie etc. et je positionne cela. Et une fois que c’est inscrit dans mon agenda, cela ne bouge plus, ça devient une priorité et si quelqu’un me propose quelque chose ce jour-là, je décline gentiment en expliquant pourquoi et propose une autre date. En général, tout le monde comprend :).

Ensuite, j’essaie de toujours avoir du recul sur ce que je fais, et bien redonner à chaque chose sa juste valeur. J’ai beau travailler sur un projet super important, potentiellement capital sur ma carrière, si un.e ami.e m’appelle parce qu’il/elle a besoin de moi, alors j’arrête tout et je vais le/la voir. J’essaie de revenir à ce qui est vraiment important dans la vie, et à la personne que j’ai envie d’être (car après tout c’est à ça que nous devrions passer notre temps : à devenir qui nous voulons être). C’est pas facile car parfois on est vraiment dans le jus, happé par le quotidien. Mais je me dis : « Bon Camille, si tu ne finis pas cela aujourd’hui ou si tu ne vas pas à telle conférence ultra importante, est-ce que le monde va s’arrêter de tourner? » : et la réponse est en général (toujours) « non ».

Quand as-tu l’impression de perdre ton temps ?

J’ai parfois l’impression de perdre mon temps quand je ne fais rien, quand je ne suis pas en train de produire quelque chose d’utile. Par exemple bloquée dans les transports.

Mais j’essaie de travailler sur cela car en fait, je me rends compte que « perdre son temps » est une notion qui nous est venue d’une société où l’on cherche à tout optimiser. Aujourd’hui nous sommes arrivés à une forme de société à travers des outils, des nouveaux réflexes etc. où le temps n’a jamais été aussi compressé ! Nous avons complètement oublié ce qu’était le temps long. Tout doit être rentabilisé. On se comporte nous-mêmes, en tant qu’individu, comme des petites entreprises dont le ROI et la profitabilité doit être au max : nous devons produire, produire, produire, et être dans le FAIRE. Du coup, on en oublie trop le fait d’être dans l’ETRE. Or je me rends compte que parfois, la « perte de temps » peut être extrêmement vertueuse ! Par exemple quand on s’ennuie, quand on « perd son temps » dans les transports et qu’on a plus de batterie sur son téléphone, c’est aussi l’occasion de relever la tête et regarder autour de soi, de porter de l’attention à ce qui nous entoure, de laisser divaguer son imagination, de laisser libre cours à son esprit qui du coup, une fois libéré sans contrainte d’avoir à penser à quelque chose et à être concentré, peut se révéler être d’une grande créativité ! C’est parfois quand on perd son temps et quand on s’ennuie que viennent de bonnes idées, de l’inspiration.

Donc au final, je me dis que « perdre son temps » n’est qu’une vision de l’esprit. Nous ne perdons jamais vraiment notre temps car tout instant est une occasion d’apprentissage, de connexion, de réflexion, de divagation, et il faut accueillir cela, accepter de le vivre, et je travaille actuellement dessus.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par ? Camille ? (@girl_go_green) le

Quel est le temps le plus précieux pour toi ?

Le temps précieux est celui que je passe en étant « présente« , vraiment présente à moi, aux autres, à ce que je fais : dans mon corps et dans l’instant présent.

Et j’essaie de faire en sorte que ce temps là je le développe au maximum, de plus en plus.

Le temps précieux ce n’est pas seulement celui que l’on passe avec soi, avec ses proches, avec un amoureux ou en voyage, ce qui est précieux c’est la qualité de présence que nous avons pendant ces moments-là. En général, ces moments deviennent précieux PARCE QUE quand on est avec soi, avec ses proches, avec un amoureux ou en voyage, on est beaucoup plus ancré dans le présent, on ne se laisse pas distraire par une notification.

Camille est vraiment une femme authentique et ses conseils sont très intéressants. Merci à elle pour ce partage c’était très instructif.

En attendant de vous communiquer plus d’informations, nous avons décidé de gâter plusieurs d’entre vous ! Partagez ce lien d’inscription vers la liste d’attente sur vos différents réseaux sociaux en mettant #CarnetDuTemps pour tenter de remporter un carnet et une formation LiveMentor sur la productivité.

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Lucile Cros

Lucile Cros

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
shares

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :