Blog LiveMentor
jeune homme assis avec son ordinateur portable

Comment devenir freelance copywriter ?

Comment devenir freelance copywriter ? Je ne suis pas surpris que vous vous posiez cette question. Ces dernières années, les Copywriters sont devenus les rockstars du web !

Je me souviens la première fois que j’ai entendu parler de Copywriting (c’était lors d’un master class de Livementor d’ailleurs !). La révélation ? Il est possible de bien gagner sa vie sur internet en rédigeant des textes. 

Mieux que ça : TOUTES les entreprises ont besoin d’un Copywriter, car elles ont toutes besoin de diffuser leur produit et de le vendre. Et c’est précisément le rôle du Copywriting.

Vous voulez savoir :

  • comment ne jamais manquer de clients et ne plus craindre les crises économiques, le chômage, etc. ?
  • comment devenir indispensable pour n’importe quelle entreprise ?
  • comment gagner votre vie avec un ordinateur portable et travailler où vous le voulez (dans votre salon ou à l’autre bout du monde comme un digital nomade) ?

Ce que je vais vous révéler dans cet article, c’est le mode d’emploi, étape par étape pour devenir Freelance Copywriter. C’est exactement le chemin que j’ai pris et je vais vous partager mes meilleurs conseils pour le devenir à votre tour. 

Avant, j’enchainais des petits boulots (opérateurs de saisie, prospection, assistant administratif). Si j’y suis parvenu, vous le pouvez. 

On y va ?

Qu’est-ce qu’un copywriter ?

Freelance copywriter — définition

Un Copywriter est une personne rémunérée pour écrire des « textes » (copy en anglais), c’est-à-dire des mots conçus pour inciter à l’action. On peut traduire le mot par « concepteur-rédacteur ».

Ça, c’est la définition « classique ». 

Ma définition : un copywriter est un télépathe. Il doit pouvoir entrer dans la tête des gens et comprendre leurs rêves, leurs peurs, leurs envies. Il peut alors parler de la même façon que parlent vos personas.

Je vous dirais un peu plus loin comment devenir télépathe. Et, oui, vous le pouvez.

Le Copywriter utilise ensuite son super pouvoir pour rédiger :

  • des slogans
  • des publicités
  • des emails 
  • des pages d’atterrissage (landing page)
  • des newsletters
  • des articles promotionnels (brochure, prospectus)
  • des pages de ventes 
  • etc.

C’est le roi du content marketing.

On peut être engagé en tant que Copywriter en CDI. La différence avec le statut de freelance copywriter, c’est que vous ne gérez pas votre prospection, ni vos tarifs ou votre volume de travail. Vous disposez en revanche de tous les avantages du CDI (congés payés, sécurité du contrat de travail, etc.). 

Copywriter et rédacteur web : des frères jumeaux ?

Clairement, non. 

On peut souvent les confondre. Cependant, le rédacteur web rédige du contenu : article de blog, page SEO, posts sur les réseaux sociaux. Le superpouvoir du rédacteur web, c’est l’optimisation pour les moteurs de recherche (écrire pour plaire à Google).

Comme un charmeur de serpent avec sa flûte, le rédacteur web charme les crawlers (les robots d’exploration de Google) avec ses mots.

Le Copywriter utilise l’écriture persuasive pour objectif de vendre.

Elle est plus valorisée, car elle se concrétise directement par des ventes. 

Le rédacteur web peut être utilisé pour d’autres actions marketing comme le branding, la notoriété d’une marque. 

Le salaire d’un Copywriter 

Il y a beaucoup de fantasmes autour du salaire d’un freelance copywriter. Et effectivement, certains gagnent très bien leur vie. On parle souvent d’un salaire à 6 chiffres.

résultat recherche Google salaire copywriter à 6 chiffres

Dans les faits, un copywriter est souvent mieux rémunéré qu’un rédacteur web. En moyenne, il peut gagner entre 3800 et 5100 euros par mois.

Le site Glassdoor donne une fourchette allant de 20 000 à 71 000 € par an.

salaire pour un freelance copywriter sur le site Glassdoor

La reconversion en tant que freelance copywriter

L’attrait de ce métier, c’est qu’il n’existe pas de cursus scolaire spécifique. Il n’y a pas de diplôme exigé. Et il est tout à fait possible de se former soi-même sur le tas, même si l’on pense qu’on n’est pas bon en rédaction.

De plus, il n’est pas nécessaire de disposer d’un capital pour commencer. Un ordinateur portable bon marché et une connexion internet sont les seuls outils dont vous avez besoin pour commencer. 

Le Copywriting est à la portée de tous comme l’explique Sélim Niederhoffer.

Du coup, il est accessible, pour peu qu’une personne soit motivée et veuille fournir l’énergie nécessaire.

En gros, le copywriting, c’est encore le Far West. Avec un peu de cran et en s’exerçant au tir, on pouvait facilement devenir shérif. Idem pour le copywriting aujourd’hui.

Comment devenir copywriter — le guide pas-à-pas

J’ai pratiqué pendant une quinzaine d’années un art martial vietnamien, le viet vo dao. 

Ce que nous faisions dans les cours, c’est que nous apprenions une technique, puis nous la répétons inlassablement, des milliers de fois, jusqu’à ce que ça fasse partie de nous. 

Le Copywriting nécessite la même discipline. Vous apprenez une technique et puis vous la répétez encore et encore, jusqu’à ce qu’elle devienne instinctive.

Voilà pour le mindset. Passons à la pratique.

1/ Choisir une niche

Concentrez-vous sur une industrie, un secteur qui vous inspire. Un homme à tout faire n’est expert dans rien. 

Vous pouvez aussi choisir un type de contenu comme spécialité : la page de vente ou la séquence d’email. 

En limitant votre champ, vous pouvez vous concentrer sur un domaine et apprendre à le maîtriser.

Mais vous pourrez aussi plus facilement obtenir des clients en montrant que vous êtes l’expert de CETTE industrie ou de CE type de contenu.

Exemple de niches : 

  • l’éducation en ligne, 
  • la fintech (start ups innovantes dans la finance), 
  • ou les en-cas équilibrés. 

2/ Lire beaucoup

Il existe pas mal de livres sur le Copywriting. Les meilleurs sont en anglais. En voici quelques-uns :

  • The Boron letters de Gary C. Halbert
  • The Ultimate sales letters de Dan S. Kennedy
  • On Advertising de David Ogilvy

Vous pouvez aussi consulter Dilbert blog.

Pensez aussi à vous constituer ce qu’on appelle un Swipe file : un dossier dans lequel vous placez les bonnes publicités et les bonnes pages de vente que vous pouvez lire. Vous pouvez les copier-coller ou faire des impressions d’écran.

Il existe des swipe files en ligne.

Vous pouvez apprendre beaucoup de l’analyse des meilleures pages de vente. Regardez les titres, comment elles commencent, comment elles sont écrites.

Ce sont de belles sources d’inspiration. Comme les plus grands peintres, commencez par copier les maîtres avant de trouver votre propre style.

Le swipe file peut-être un dossier sur le drive ou un dossier de favoris sur le navigateur Google. Vous pouvez aussi prendre un gros classeur et y rassembler les publicités papier qui vous semblent dignes d’intérêt.

C’est la lecture et l’analyse qui vous permettra d’apprendre les techniques de ce métier. 

Par exemple : en copywriting, on ne met pas en avant les caractéristiques d’un produit, mais plutôt ses bénéfices. Pour une crème, on ne va donc pas insister sur la composition, mais sur ce qu’elle apporte.

Exemple de Copywriting :

publicité pour une crème avec un bon copywriting

Notez que le texte rayé transmet l’idée qu’on ne baratine pas le public cible. Cela résout la défiance vis-à-vis de la publicité. On ne montre pas non plus un tube de crème parfait et rebondi. Il y a aussi du Copywriting dans ce visuel : le tube de crème est fait pour être utilisé, pas pour paraître beau sur la photo.

Remarquez enfin que vous avez le prix et vous savez où vous le procurer. C’est un appel à l’action malin. La pub ne dit pas « rendez-vous sur typology.com ».

3/ Écrire beaucoup

Lancez-vous ! Utilisez ces modèles.

Un des exercices que recommande Gary Halbert, c’est de recopier les pages de ventes mot-à-mot encore et encore jusqu’à sentir leurs structures. Comme lorsqu’on répète un coup de pied ou une technique d’arts martiaux.

Vous pouvez aussi écrire des pages de ventes fictives à partir d’un modèle. C’est très instructif.

Pratiquez beaucoup. Idéalement, écrivez tous les jours.

Vous pouvez vous exercer à écrire des titres, des emails, etc.

4/ Suivre une formation de Copywriter 

Bien que l’on puisse apprendre le copywriting par soi-même, en consultant des livres ou des ressources sur internet, une formation est généralement un booster ou un accélérateur.

Elle facilite considérablement le travail. Elles vous donnent les fondamentaux. Les ressources importantes sont rassemblées au même endroit.

Dans les fondamentaux, vous verrez comment créer un sentiment d’urgence pour inciter une personne à acheter le produit MAINTENANT. 

Amazon fait cela de plusieurs façons en créant de la rareté (« plus que 2 en stock ») et en montrant qu’on peut avoir le produit dès le lendemain (« vous le voulez demain ? Commandez dans les 22 minutes et choisissez Livraison en 1 jour »).

Exemple de Copywriting utilisé par Amazon :

Exemple de copywriting - texte d'Amazon pour inciter à l'achat

Une bonne formation Copywriting vous offre un gain de temps, parce que vous n’avez pas envie de passer des années à apprendre le métier. Elle vous donne des structures à suivre. 

Vous bénéficiez également d’un accompagnement personnalisé : vous savez quoi travailler. Vous avez un retour direct. Vous bénéficiez de recommandations sur mesure.

5/ Vous vendre, écrire, recommencer

C’est en forgeant qu’on devient forgeron. 

En parallèle de l’apprentissage, inscrivez-vous sur des plateformes (Malt, Youlovewords, 404 Work, LinkedIn) en tant que Freelance copywriter et cherchez des missions. C’est un très bon moyen d’avoir des premier retours sur votre travail, un élément essentiel en termes de preuve sociale.

Jetez-vous à l’eau.

N’attendez pas de TOUT savoir avant de vous lancer. Si un client vous propose quelque chose que vous ne savez pas faire, acceptez. Vous apprendrez en même temps que vous ferez la mission.

C’est comme ça que j’ai progressé : en sortant de ma zone de confort et en travaillant ma compétence.

Puis, un peu comme Tom Cruise dans Edge of Tomorrow (vivre, mourir, recommencer), faites ce processus répétitif jusqu’à le maîtriser parfaitement. Et vous y serez, plus tôt que vous ne le croyez : un Freelance Copywriter en bonne et due forme !

6/ Se créer un codex

Développez un Codex où vous rassemblerez toutes vos ressources, vos apprentissages classés par thématiques pour y revenir à tout moment lors de vos rédactions.

Vous pouvez utiliser Evernote (version gratuite) pour centraliser toutes vos notes.

Vous pouvez y stocker :

  • des idées, 
  • des exemples, 
  • des chiffres, 
  • des histoires, 
  • des concepts 
  • ou théories que vous trouvez intéressantes et qui pourront vous être utiles pour les futurs textes que vous écrirez.

Si vous avez plusieurs centaines de notes, l’outil permet facilement de les classer et de rechercher celles qui vous intéressent.

Vous pouvez aussi utiliser Google drive pour ça.

Dans votre codex, vous pouvez même créer des modèles (templates) avec les éléments de structure pour tel ou tel type de contenu. 

modèle landing page - copywriting

Vous gagnerez du temps à terme sur le travail de recherche.

The Boron letters : comment devenir télépathe

Chose promise, chose due. Je vous avais dit comment vous pourriez acquérir la même capacité que le Professeur Xavier dans les X-men, lire dans les pensées.

C’est Gary Halbert, le maître du Copywriting, qui en parle.

La 1re règle qu’il donne dans son livre The Boron letters :

« Vous devez devenir un étudiant des marchés. » Il dit un peu plus loin : « vous devez devenir un étudiant de la réalité. »

Un télépathe du web passe un long moment à observer son audience pour pouvoir lire dans ses pensées.

Il existe pas mal d’outils (gratuit) : 

  • Answerthepublic, 
  • Ubersuggest, 
  • Google,
  • les forums,
  • les groupes Facebook. 

En tapant une requête dans ses outils, on peut voir les questions que les gens se posent, les recherches associées. Si vous écrivez pour des en-cas équilibrés, rendez-vous dans des groupes Facebook sur la nourriture équilibrée. Lisez les posts et les commentaires pour voir comment les gens parlent de ce sujet.

Allez voir les best-sellers d’Amazon. Qu’est-ce que les gens achètent ? Rendez-vous dans les avis des livres les plus vendus sur un sujet. Regardez comment les gens en parlent.

Discutez avec votre audience cible. Quand vous devez écrire pour une crème hydratante destinée aux femmes dans la cinquantaine, allez parler avec des femmes qui ont la cinquantaine. 

Comprenez la psychologie des gens en les regardant et en les écoutant. Vous finirez par savoir ce qu’ils pensent à propos de la thématique que vous traitez.

Le final

Nous avons vu dans cet article comment faire ses premiers pas en tant que copywriter. 

Cela demande parfois du sang, de la sueur et des larmes. Mais il y a aussi beaucoup de gratifications dans ce métier.

Voici un petit exercice pour commencer : le choix de votre niche. 

  1. Faites la liste de vos centres d’intérêt : penser à ce qui vous passionne, les secteurs avec lesquels vous êtes familiers, ce qui vous intrigue. Voyez large.
  2. Parmi ces centres d’intérêt, isolez ceux pour lesquels il y a une demande (il y a des entreprises qui vendent des produits ou des services reliés à cela).
  3. Choisissez la niche qui est à l’intersection entre « le plus passionnant » et « le plus lucratif ”. 

Dites-nous en commentaire ce que vous avez trouvé.

cours par mail gratuit sur le copywriting

 

Mathias Savary

Mathias Savary

Rédacteur @LiveMentor

La VRAIE disruption dans le marketing digital N’est PAS technologique. Elle vient de l’écrit. Elle est poétique !

Connais-tu la fable du geek et du rat de bibliothèque ? Ce n’est pas une fable de La Fontaine. C’est l’histoire qu’on m’a racontée quand j’étais au collège.

On m’a dit que le monde appartenait aux filières scientifiques et aux écoles de commerce. On m’a dit qu’en dehors de l’enseignement, la filière littéraire était une voie de garage.

Avec l’émergence d’Internet, le mensonge a pris de l’ampleur. Le Bac L s’est ringardisé. De son côté, le geek — le féru de programmes informatiques rejoignait l’ingénieur et le diplômé d’école de commerce au panthéon du cool.

Je ne suis pas un geek. Je suis un rat de bibliothèque. Passionné par l’écriture, je me suis entêté dans cette voie de garage et, à côté de petits boulots (opérateur de saisie informatique !!!), j’ai noirci des pages et des pages. Je me suis forgé en tant que copywriter. Et un jour, j’ai découvert qu’on m’avait menti.

Internet n’est pas le royaume des programmeurs, des ingénieurs et des financiers ! Internet appartient aux raconteurs d’histoires, aux storytellers, aux créateurs de contenu, aux influenceurs.

Depuis 2014, j'exerce le métier de rédacteur web. Je participe au hold up des littéraires sur l'économie digitale. Et c'est vraiment cool.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!