DEVENIR COMMUNITY MANAGER FREELANCE EN 2024 — GUIDE COMPLET

Photo de Charline Marcher

Charline Marcher

Illustration de DEVENIR COMMUNITY MANAGER FREELANCE EN 2024 — GUIDE COMPLET

Au début des années 2000, le métier de community manager freelance était souvent comparé au modérateur de forums. Il se cantonnait à la gestion des commentaires sur les réseaux sociaux, notamment sur les pages Facebook des marques. Aujourd’hui, ce professionnel est devenu incontournable dans la stratégie de communication des entreprises.

Sa principale mission est d’animer des communautés sur les réseaux sociaux, tout en respectant une certaine ligne éditoriale. Certains se distinguent particulièrement par leur plume acerbe et humoristique. Ses responsabilités ne se résument pas seulement à répondre aux messages des internautes ; il doit aussi créer des contenus adaptés et analyser des données pour affiner l’orientation digitale de la marque. 

Pour celles et ceux qui envisagent de devenir community manager freelance, sachez que cette profession s’adresse aux esprits créatifs passionnés par le secteur du web et le marketing. Bien que selon une étude de 2023 menée par BDM, 70 % des community managers ont moins de 30 ans, le métier reste ouvert à tous !

Si vous vous reconnaissez dans ce profil, restez avec nous. Nous allons vous expliquer comment devenir un ou une community manager freelance de qualité en 2024 !

1. Combien gagne un community manager freelance ? 

Avant tout, précisons que les community managers indépendants facturent directement leurs services aux clients avec lesquelles ils collaborent. À la différence des professionnels intégrés dans une entreprise avec un emploi salarié, ils n’ont pas de revenu fixe mensuel.

La rémunération des community managers varie selon divers critères tels que l’expérience, la région (Paris, Lyon, Bordeaux, etc) ou le secteur d’activité.

La plupart des freelances proposent à leurs clients, des packs incluant la création de contenus, l’animation de la communauté, l’analyse des données et la veille des tendances digitales. En tant qu’indépendant, vous avez la possibilité de fixer vos tarifs à la journée, à l’heure ou à la prestation.

Selon la plateforme de freelances Malt, les tarifs journaliers moyens varient en fonction du niveau d’expertise.

  • Tarif d’un community manager débutant : 240 €
  • Tarif d’un community manager junior : 301 €
  • Tarif d’un community manager confirmé : 400 €
  • Tarif d’un community manager senior : 500 €

2. Quelles sont ses principales missions ?

Les missions d’un community manager freelance peuvent varier en fonction de la taille de l’entreprise et des objectifs de la communauté qu’il gère. Ses principales responsabilités incluent : 

  • L’élaboration et la mise en place de la stratégie social media : Le community manager freelance intègre ses actions dans le plan marketing de ses clients. Il analyse l’environnement concurrentiel sur les médias sociaux, établit des objectifs basés sur le persona du client et développe une stratégie éditoriale cohérente avec l’image de la marque, en choisissant les canaux pertinents.
  • La création et la diffusion de publications sur les réseaux sociaux : Une fois qu’il a organisé son contenu en fonction de la stratégie digitale du client, il rédige les posts. Puis, il conçoit les supports visuels, tels que des carrousels ou des reels sur Instagram. Il peut également collaborer avec des influenceurs pour relayer certaines publications.
  • La gestion et l’animation de la communauté : Sa mission clé est d’interagir avec les utilisateurs, répondre aux commentaires et messages privés. Il peut aussi intervenir dans des situations délicates, gérer des crises et modérer les contenus inappropriés tout en préservant le professionnalisme et l’image de son client.
  • Le suivi et l’analyse des performances des posts : La mission du community manager inclut l’étude de données. En début de campagne, il définit des indicateurs clés de performances (KPIs) à observer chaque mois et adapte ses futures actions en fonction des résultats. Un rapport mensuel est ensuite transmis au client pour l’informer de la stratégie à venir.
  • La veille : Le community manager freelance doit rester informé des actualités du secteur d’activité de son client et suivre les évolutions sur les réseaux sociaux. En effet, il adapte les codes de chaque canal en fonction de sa cible et des tendances du moment.

3. Dans quels secteurs travaille un community manager ?

Il n’est pas surprenant d’apprendre que les community managers freelances peuvent exercer leur métier dans une grande diversité de secteurs. Ces dernières années, les entreprises ont pris conscience de l’importance de renforcer leur présence en ligne.

Elles confient cette responsabilité à des experts du digital. Ainsi, on retrouve des community managers dans des domaines aussi variés que le luxe, la mode, la santé, le sport, la culture, le tourisme, l’associatif, l’industrie, le bien-être, etc. 

Le conseil de LiveMentor

Spécialisez-vous dans un domaine qui vous passionne afin de renforcer votre expertise auprès de vos clients potentiels. Par exemple, certains community managers travaillent uniquement avec des restaurants. 

En plus d’avoir un large éventail de secteur d’activités parmi lesquels choisir, le community manager freelance peut opter pour différentes structures où exercer son métier : 

  • Des agences digitales : En tant qu’indépendant, il peut proposer ses services à des agences pour externaliser sa prestation. 
  • Des entreprises : En tant que freelance, il peut prendre en charge la gestion complète des réseaux sociaux d’une entreprise en collaborant avec les équipes marketing et communication. Cela s’applique particulièrement bien aux structures qui ont beaucoup d’abonnés et une communauté active.
  • Des influenceurs : Certains influenceurs professionnels délèguent des aspects de leur stratégie digitale, tels que l’élaboration du calendrier éditorial, la rédaction des publications ou la réalisation des visuels.
  • Des PME (petites et moyennes entreprises) : Dans ce cas, le métier du community manager s’apparente à celui d’un social media manager ou d’un chef de projet digital. Il définit la stratégie des petites entreprises sur chaque réseau social pour développer leur notoriété.

4. Quelles sont les compétences nécessaires pour devenir community manager freelance ? 

Même si elle est essentielle, la maîtrise des mots seule ne suffit pas à faire de vous un excellent community manager. Vous devez développer des compétences techniques et humaines spécifiques. 

LES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES OU HARD SKILLS :

  • Maîtrise des logiciels de création : Connaître des outils tels que Photoshop, Canva, Indesign est indispensable pour produire des contenus à la fois pertinents et attrayants, tout en respectant la charte graphique de la marque. 
  • Connaissance des réseaux sociaux : Être à l’aise avec chaque réseau social et suivre leurs évolutions en fonction des changements de l’algorithme et de l’arrivée de l’intelligence artificielle.
  • Maîtrise de la langue française : L’orthographe, la syntaxe et la grammaire ne doivent pas avoir de secret pour vous. La maîtrise de l’anglais est un atout, compte tenu de l’influence des tendances web anglo-saxonnes.
  • Rédaction de contenus engageants : Avoir une orthographe irréprochable ne suffit pas. Il faut aussi avoir une plume qui donne envie d’être lue ! 
  • Compétences en marketing digital : Les actions s’intègrent dans une stratégie e-marketing globale. Il faut donc être familier avec ses grands concepts tels que le persona ou Ideal Customer Profiles.

LES CAPACITÉS HUMAINES OU SOFT SKILLS :

  • Excellent relationnel : L’interaction et la capacité à fédérer une communauté sont au cœur du métier du community manager freelance. Un bon sens du contact et une écoute attentive sont aussi des qualités nécessaires. Est-ce que vous vous reconnaissez ? 
  • Créativité : Être original et avoir une foule de nouvelles idées sont des atouts indéniables. Si en plus, vous avez de l’humour, vous avez le combo gagnant !
  • Adaptabilité : Répondre aux attentes de la communauté tout en respectant les codes des réseaux sociaux nécessite une adaptation constante. 
  • Maîtrise du stress : Savoir réagir face à un bad buzz, gérer les commentaires négatifs, et être capable de publier en urgence une réponse à une actualité brûlante. 
  • Curiosité : Être passionné par les réseaux sociaux et maintenir une veille constante pour rester informé des dernières tendances afin de proposer des contenus qualitatifs.

5. Quelle formation pour devenir community manager freelance ?

Il n’est pas impératif de posséder un diplôme spécifique pour exercer en tant que community manager freelance. Dans le domaine du web, les clients attachent plus d’importance au portfolio et à l’expérience professionnelle qu’aux diplômes. Cependant, il peut être intéressant de suivre une formation après le bac afin d’acquérir des compétences techniques.

FORMATIONS ET DIPLÔMES ACADÉMIQUES : 

  • BTS Communication : Un bac +2 dans ce domaine constitue un premier pas pour acquérir les bases d’une stratégie et comprendre l’écosystème ainsi que la communication des marques.
  • DUT Information-communication, métiers du multimédia et de l’Internet : Ces formations à bac +3, plus spécialisées, sont souvent attractives pour les entreprises, car elles sont axées autour du monde du web. 
  • Masters et écoles spécialisées en web : Les formations à bac +5 dispensées dans les universités ou les écoles privées forment aux métiers du numérique. Ces cursus mettent l’accent sur les stratégies marketing et de communication, et fournissent des bases solides pour avoir une vision globale des attentes des entreprises.

FORMATION EN AUTODIDACTE : 

Si le monde du web vous intéresse ou si vous avez déjà des bases, une formation en autodidacte est envisageable. Devenir un excellent community manager par vous-même est possible, mais cela nécessite un investissement personnel considérable. Des formations en ligne sur les réseaux sociaux, des tutoriels, voire des ateliers sont disponibles pour vous permettre de devenir community manager freelance.

EXPÉRIENCE NÉCESSAIRE : 

Bien qu’aucune expérience ne soit requise pour exercer le métier de community manager, nous vous conseillons vivement de faire des stages en entreprise durant votre formation. Cela vous permettra d’apprendre aux côtés d’autres professionnels, de développer votre expertise et de constituer votre portfolio.  

6. 8 conseils pour lancer son activité de Community Manager ?

Formation validée ! Compétences acquises ! Vous vous sentez enfin prêt à lancer votre activité. En tant que freelance, trouver vos premiers clients nécessite de suivre ces 4 étapes : 

Conseil 1 : CRÉER UN PORTFOLIO

Connaître les codes des réseaux sociaux, c’est bien, mais pouvoir présenter votre travail, c’est mieux. Pour démarcher vos clients, montrez l’étendue de vos compétences grâce à votre portfolio. Il est toujours plus pertinent de soumettre des résultats chiffrés en face de vos publications. Si vous n’en possédez pas encore, vous pouvez :

  • Réaliser des campagnes fictives pour montrer votre potentiel créatif ;
  • Proposer vos services gratuitement pour une durée déterminée. Imaginez cela comme un premier stage, cela doit rester ponctuel !

Conseil 2 : IDENTIFIER SA CLIENTÈLE CIBLE

Une partie de votre métier consiste à travailler autour du persona de vos clients. Alors faites de même pour votre entreprise. Trouvez votre niche et identifiez le profil type des entreprises que vous souhaitez accompagner. Plus votre stratégie sera affinée, plus vous serez convaincant.

Dans “community manager”, on entend “communauté”. C’est donc une réelle base de ce métier du marketing digital que de connaître de manière approfondie les cibles qui constituent cette communauté.

Mais alors, comment faire en sorte de découvrir qui est votre audience ? Pour ce faire, vous pouvez :

  • Vous baser sur vos persona ou Ideal Customer Profiles (ICP). Il s’agit de portraits-robots des clients que votre entreprise cible. Si vous n’avez pas encore conçu ces portraits-robots, vous pouvez interviewer vos clients actuels, et les interroger sur leurs centres d’intérêt, les sujets de prédilection sur lesquels ils aiment se renseigner, ou encore leurs habitudes en termes de consommation de contenu.
  • Interroger directement votre communauté, via des sondages, ou en leur demandant leurs retours d’expérience dans les commentaires de vos posts. Vous en apprendrez ainsi plus sur vos cibles.

In fine, cette connaissance de votre audience vous permet d’ajuster les sujets et formats des contenus que vous lui partagez, pour générer toujours plus d’engagement chez elle.

Conseil 3 : DÉVELOPPER SA PRÉSENCE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

L’adage dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés ! C’est bien souvent le cas des community managers. En tant que débutant, présentez votre expertise ou vos créations sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Instagram. Cela développe votre visibilité auprès d’autres professionnels de votre secteur et peut vous mettre en contact avec des marques et des entreprises intéressées par vos services. 

Conseil 4 : S’INSCRIRE SUR DES PLATEFORMES DE FREELANCES

Les plateformes de freelance telles que Malt ou Freelance.com sont d’excellents moyens de trouver des clients. En tant que débutant, cela vous permet d’acquérir de l’expérience et de développer votre portefeuille de clients. 

CONSEIL 5 : ORGANISER LE CONTENU À PUBLIER DANS UN PLANNING ÉDITORIAL

En tant que community manager, vous devez être capable d’être réactif face aux actualités que vous devez partager, et face aux réactions de votre communauté. Or, pour vous assurer d’avoir cette réactivité, vous devez veiller à vous organiser en amont, en vous dotant d’un planning éditorial

Un bon planning éditorial est un document qui rassemble en un même endroit et organise dans le temps : 

  • Les sujets des posts que vous voulez publier
  • Les posts eux-mêmes : les liens, les textes qui les accompagnent…
  • Les formats des contenus publiés : texte, vidéo, carrousel, visuel…
  • Les dates auxquelles vous allez publier ces posts

Pour concevoir ce planning, vous pouvez utiliser un simple tableur Excel, ou bien un outil plus visuel comme Asana, Notion ou Trello. Ces outils de planification vous permettent de voir en un clin d’œil si votre ligne éditoriale est homogène, et si vous y abordez tous les sujets qui intéressent vos cibles au fil du temps.

Grâce à ce planning, vous avez du contenu de prévu pour les jours et semaines à venir, et pouvez y intégrer au fil de l’eau les actualités du moment, sans risquer d’avoir des “trous” dans votre planning de publication.

CONSEIL 6 : VOUS TENIR AU COURANT DES TENDANCES DES RÉSEAUX SOCIAUX DU MOMENT

En tant que community manager, vous devez bien sûr assurer une veille constante sur les sujets d’intérêt de vos cibles, pour leur partager les tendances qui les concernent.

Mais veillez aussi à rester au courant des tendances de votre propre métier, à savoir de ce qui fonctionne sur les réseaux sociaux.

Par exemple, testez toujours les nouvelles fonctionnalités des réseaux sociaux en amont, pour ensuite les déployer auprès de votre communauté. Ces fonctionnalités bénéficient souvent d’un boost de visibilité lorsqu’elles sont utilisées par les créateurs de contenu : voilà un superbe hack pour faire gagner vos publications en portée !

Osez également les formats de contenu ou les tonalités différenciants. En sortant de votre zone de confort pour faire du test and learn, vous observez comment votre communauté réagit face à ces formats innovants, et pouvez choisir de les utiliser plus ou moins dans votre ligne éditoriale.

CONSEIL 7 : VOUS DOTER DES BONS OUTILS POUR ASSURER CHACUNE DE VOS MISSIONS

Être un bon community manager, c’est aussi savoir se doter des bons outils, pour organiser et automatiser au maximum les différentes missions qui sont les vôtres. 

Il existe des dizaines d’outils Social Media qui peuvent vous assister au quotidien. N’hésitez pas à vous doter de ceux : 

  • Pour faire votre veille sur les réseaux sociaux, et trouver du contenu tiers à partager à votre communauté. Vous pouvez opter pour un outil de veille, comme les alertes Google Trends ou Feedly, mais aussi pour un outil de Social Listening, qui permet notamment de suivre les mentions de votre marque sur les réseaux sociaux, comme Hootsuite.
  • Pour assurer la création de contenu de qualité. Vous aurez besoin d’un outil de création de visuels, comme Canva, mais aussi d’un outil de création vidéo qui rende simple le montage de vos contenus, comme PlayPlay.
  • Pour suivre et animer votre communauté au quotidien. Pour ce faire, un outil de Social Media Management, comme Buffer ou Agorapulse est idéal. Il vous aide à planifier à l’avance vos posts et à suivre vos différentes statistiques de performance.

CONSEIL 8 : SUIVRE LA PERFORMANCE DE VOS ACTIONS POUR TOUJOURS VOUS AMÉLIORER

Dernier conseil, et non des moindres : suivez les métriques de performance de vos posts, et tirez-en des leçons, des bonnes pratiques à réutiliser (ou non !) par la suite dans votre stratégie.

Les métriques-phares à suivre sont généralement :

  • La portée de vos posts (aussi appelée reach)
  • Le taux d’engagement, soit le nombre de likes, de commentaires, de partages, de retweets…
  • Le nombre de leads générés via vos posts 
  • Le chiffre d’affaires généré via les réseaux sociaux… 

Selon vos objectifs, vos métriques-clés de performance peuvent varier. N’hésitez pas à faire un reporting complet régulier : il vous permettra d’optimiser votre stratégie en continu.

Conclusion

Voilà, ce métier n’a plus de secrets pour vous ! Si vous vous reconnaissez, c’est-à-dire une passion pour les réseaux sociaux, la création et l’envie de contribuer aux stratégies digitales des marques, alors ce métier est fait pour vous. Vous avez désormais toutes les cartes en main pour devenir un community manager freelance ! 

Que vous soyez en reconversion, que vous ayez un bac ou une formation supérieure dans le domaine du web, osez vous lancer. Avec de la rigueur et beaucoup de passion, vous pouvez y arriver.

Si vous avez encore quelques doutes sur vos compétences, n’hésitez pas à suivre une formation en marketing digital pour compléter vos connaissances sur les réseaux sociaux. Nous avons déjà aidé plus de 25 000 entrepreneurs et freelances à développer leurs projets. Et si vous étiez le prochain ?

Toutes nos formations sont certifiantes et éligibles au CPF. Nos mentors n’attendent plus que vous, prenez rendez-vous et accédez enfin au métier de vos rêves ! 

7. Découvrez nos autres fiches métiers pour entrepreneurs en freelance

Inscrivez-vous à la newsletter d'Alexandre Dana

La newsletter la plus suivie en France par les entrepreneurs – partagée toutes les semaines à plus de 200 000 porteurs de projet.