Blog LiveMentor
projet qui grandit

Plusieurs solutions pour votre problème de trésorerie

Encore trop d’entrepreneurs échouent et font faillite pour un problème de trésorerie car ils ont été mal conseillés, c’est vraiment scandaleux !

Il y a quelques mois, j’ai reçu un message de remerciement peu commun ! 

“ Salut Alex, c’est terminé.

Le bilan de mon entreprise est déposé, merci pour tes conseils ! Mon entreprise est officiellement fermée, je ne suis plus entrepreneur.

Je me sens plus léger maintenant, sans toi, je serais en train de crouler sous les dettes, donc encore MERCI. 

Je ne me laisse pas abattre et je compte bien retenter d’autres projets (après un break), mais j’ai retenu la leçon et j’ai toujours envie d’être entrepreneur. N’hésite pas à me dire quand tu es dispo pour prendre un café ! Samuel”

Pour bien comprendre le message de Samuel, il faut remonter plus d’un an en arrière.

Je me rappelle encore de ce soir là. C’était un soir d’hiver, il était 20 heures et il faisait nuit déjà depuis 3 heures. J’assistais à une conférence sur les nouvelles technologies. La salle était bondée et il y faisait vraiment chaud, j’avais hâte de rentrer chez moi.

C’est à la sortie de cette conférence que je fais la rencontre de Samuel.

Si vous avez déjà eu l’occasion de parler à des entrepreneurs, vous savez que leurs histoires ne laissent jamais indifférent. Leur vie semble rythmée d’aventures incessantes !

Souriant et motivé, Samuel m’explique qu’il est entrepreneur, qu’il lit les articles du blog LiveMentor et qu’il vient d’Egypte comme ma famille paternelle. Je l’interroge sur son entreprise. 

Son produit, c’est un bracelet pas comme les autres :

Il s’agit d’un bracelet qui fait office de moyen de paiement

C’est le genre de bracelet utilisé sur des festivals comme Rock en Seine ou sur des évènements sportifs. Il est chargé électroniquement d’une somme d’argent et permet aux participants de ne pas s’encombrer de leurs cartes bancaires. Pratique pour ne pas se faire voler !

Le concept est très intéressant ! Et je connais des entreprises américaines qui marchent très bien avec ce modèle.

Ne faîtes surtout pas la même erreur que Samuel

Je déchante quand j’apprends que Samuel a fait l’erreur de souscrire à 180 000€ de dettes pour financer son entreprise. 180 000€ !

Le pire, c’est qu’il ne semble pas du tout conscient du risque. Il ne se rend pas compte qu’il a écouté un mauvais conseil qui va lui coûter sa boîte.

Quand je lui demande pourquoi il s’est endetté à hauteur de 180 000 euros, il me répond tout simplement :

 “J’ai été conseillé par une grande banque française qui m’a dit qu’il fallait que je sécurise mon Besoin en Fonds de Roulement (BFR) pour ne pas avoir de problème de trésorerie”. 

Je vous explique dans un instant ce qu’est le BFR. Mais juste avant, je tiens à souligner que cet entrepreneur s’était endetté avec une responsabilité personnelle !

Concrètement, ça veut dire que si sa société fait faillite, il sera forcé de rembourser personnellement l’emprunt

Je me mets alors à creuser les chiffres de Samuel, et je découvre la réalité suivante : 

  • L’entreprise réalise 12 000€ de chiffre d’affaire mensuel,
  • Après déduction des charges, il reste une marge mensuelle de 3800€, de quoi commencer à se verser un petit salaire, sauf que…
  • Samuel doit rembourser chaque mois 3900€ de mensualité pour le prêt !

J’apprends en plus que Samuel vient de souscrire à un nouveau prêt pour payer le premier. Il n’y a aucune solution. Il est définitivement piégé. Il ne peut plus développer son entreprise. 

Nous avons discuté ensemble de la seule solution possible : fermer son entreprise le plus vite possible, redonner la trésorerie restante à la banque, afin d’éviter de devoir rembourser personnellement des dettes pendant 20 ans.

Le plus dommage dans cette histoire, c’est que Samuel aurait pu éviter le prêt bancaire. 

5 solutions vraiment efficaces pour régler un problème de trésorerie 

Il existe plusieurs moyens pour financer son BFR.

Savez-vous ce qu’est le BFR ? Il s’agit d’un concept essentiel pour piloter son entreprise !

Le BFR ou besoin en fonds de roulement, est le besoin de financement à court terme qui permet à l’entreprise de garder le cap entre le moment où elle décaisse de l’argent (pour acheter du matériel par exemple) et le moment où elle encaisse l’argent des clients après avoir fait des ventes (beaucoup plus tard).

Prenons quelques exemples : 

  • Si vous êtes un thérapeute, et que vous acceptez à la fin de chacune de vos consultations, que le patient paie 2 mois plus tard parce qu’il n’a pas la trésorerie actuellement, vous avez un problème de BFR.
  • Si vous êtes un freelance et que vous réalisez pendant 3 mois une mission pour une grande entreprise qui ne vous paie que 6 mois après la fin de la mission, vous avez un sérieux problème de BFR.
  • Si vous vendez des produits sur Internet, et que vous permettez à vos clients de payer en 12 mensualités un produit qui coûte 1 200 euros, cela veut dire que vous n’allez toucher que 120 euros le premier mois ! Vous avez un sérieux problème de BFR.

Il existe des solutions à ce problème de BFR que j’évoque dans un instant, mais la première étape est de reconnaître l’existence du problème

Reprenons l’exemple de notre ami freelance. Il a vendu une mission à hauteur de 15 000 euros à une grande entreprise. Pour 3 mois de travail, cela représente donc un montant de 5000 euros par mois. Joli ! 

Sauf que cette grande entreprise ne veut le payer que 6 mois après la fin de la mission… Durant les 3 mois de la mission, il ne va rien toucher

Le (gros) problème, c’est que notre freelance doit payer chaque mois 1000 euros pour son loyer parisien, 500 euros pour ses frais (alimentation, téléphone, internet, etc..), 400 euros pour son coworking, et 150 euros pour les logiciels qu’il utilise pour réaliser sa mission. Il débourse donc 1000 + 500 + 400 + 150, soit 2050 euros tous les mois, alors que rien ne rentre dans son compte en banque.

Une majorité d’entrepreneurs souffrent d’un problème de trésorerie, de BFR. Mais non, le prêt bancaire n’est pas la solution miracle, et comporte de nombreux inconvénients.

Ce sont les grandes boîtes comme Carrefour ou Danone qui peuvent se permettre d’aller voir des banques, parce qu’elles sont capables de négocier des taux agréables et des mensualités assez longues ! 

Notre ami Samuel n’était pas Carrefour. Et pourtant, sa banque lui a proposé ces prêts catastrophiques conduisant à un endettement de 180 000 euros

Mais ce qui me choque encore plus, c’est qu’il existe d’autres solutions bien plus efficaces que le prêt bancaire pour lutter contre un problème de BFR. Et évidemment, la banque s’est bien gardée de parler de ces solutions à Samuel.

Des solutions comme l’escompte par exemple. L’escompte est un geste commercial qui donne la possibilité à l’entrepreneur d’être payé dès le jour de la facturation en échange d’une réduction sur le montant total pour le client. Cela revient concrètement à dire à son client : “je baisse le montant de la facture de 10% si tu me paies aujourd’hui”.

Des solutions comme le recouvrement de factures via des services en ligne comme LegalStart. Ces services sont très pratiques. Ils permettent à un entrepreneur qui subit des retards de paiement de lancer une procédure de recouvrement, en quelques minutes. Le service envoie toutes les démarches et s’occupe des mises en demeure. En plus, on ne paie ces solutions qu’en cas de succès. 

Des solutions plus traditionnelles comme… le coup de téléphone. Cela peut vous sembler tout bête, mais vous n’imaginez pas à quel point il est efficace de relancer par téléphone un mauvais payeur. Et quand on crée son entreprise pour la première fois, on n’ose pas forcément le faire. Il ne faut pas hésiter pourtant ! Vous pouvez avoir un problème en moins de trésorerie en appliquant ce conseil !

Des solutions avancées comme l’affacturage. L’affacturage consiste pour une entreprise à céder ses créances à un organisme financier, que l’on appelle “le factor”. Je suis l’entrepreneur, je veux toucher la somme tout de suite, je vais donc céder ma facture à un organisme financier, qui va me verser le montant sur lequel il prélève une commission. C’est l’organisme financier qui devient propriétaire de la facture et c’est lui qui recevra le règlement à échéance directement de la part de mes clients.

Des solutions plus modernes que les banques, comme les plateformes en ligne type October. Ces plateformes permettent de savoir en une minute si on est éligible ou pas pour un prêt, sans caution personnelle ni assurance. C’est quand même mieux que de perdre des semaines en rendez-vous avec son banquier! 

Voilà donc 5 exemples, bien plus efficaces dans 90% des cas que le prêt bancaire, avec ses mensualités affreuses, pour financer son BFR. 5 solutions simples et efficaces pour votre problème de trésorerie

Avez-vous été également victime d’un mauvais conseil ?

Ce qui me met hors de moi c’est que des histoires comme Samuel, on en découvre tous les jours. C’est un scandale ! 

Chaque année des entreprises échouent parce qu’elles ont été mal conseillées. C’est tellement dommage.

Ce qui est horrible lorsqu’on va dans des réunions d’entrepreneurs qui ont planté leur boites, c’est de voir qu’ils ont du mal à s’en défaire. 

Ils portent le poids de leur échec. 

Des histoires d’entrepreneurs qui ont été mal conseillés par leur banquier, qui ont été mal conseillés par leur comptable, qui ont été arnaqués par des solutions techniques véreuses, on en voit tous les jours !

Il est donc ESSENTIEL de s’inspirer des bonnes personnes, de se faire accompagner et conseiller par des gens qui vous emmèneront vers la bonne direction sans qu’il y ait de conflits d’intérêts (par exemple, une banque essaiera toujours de vous vendre le produit le plus intéressant pour elle ! Mais pas forcément la solution la plus intéressante pour vous…).

Avez-vous connu une mésaventure similaire à celle de Samuel ?  

Ce que je vous propose, c’est de partager en commentaire votre retour d’expérience. N’hésitons pas à être honnête et à parler de nos erreurs. Moi, le premier, j’ai souvent écouté des conseils désastreux. Plus nous serons nombreux à dénoncer les arnaques, plus nous avancerons ensemble efficacement.

Alexandre et toute l’équipe LiveMentor

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Avatar

Alexandre Dana

  • C’est un article très intéressant et pleins de bons conseils pour les jeunes entrepreneurs (dont je fait parti). Je ne suis pas du tout un partisan des établissements bancaires qui sont avant tout des commerciaux.
    Pour les entrepreneurs dans l’informatique, il existe des sociétés qui agissent en tant que Tiers de confiance et vous garantit un paiement mensuel des missions effectuées.
    Une solution utra efficace qui contre le problème de trésorerie.

  • Sachez-le, les conseilleurs ne sont pas les payeurs…

    Lors du décès de mon père il y a 2 ans et demi, j’ai dû reprendre au pied levé la gérance de son entreprise (en plus de mon boulot à plein temps) pour éviter les déboires financiers familiaux dans lesquels il nous avait tous embarqués, pouvoir régler ses dettes et gérer la clôture de son entreprise proprement, et là j’ai déchanté !!!
    Je voulais partager notamment une chose à laquelle je me suis retrouvée confrontée et qui m’a particulièrement choquée et révoltée, et dont je n’ai pu me sortir sans payer, à contre cœur.
    Mon père avait fait l’acquisition d’un matériel informatique, via une société commerciale de vente. Elle fournissait le matériel et faisait financer par un organisme de financement indépendant.
    En creusant le contrat je me suis rendue compte qu’il s’agissait non pas d’une acquisition mais d’une LLD (même pas une LOA).
    Pour que mon père signe le contrat, le commercial lui a fait miroiter le rachat du reste de sa dette sur la location d’une imprimante multifonction (rachat totalement illégal d’ailleurs). Il a donc fait un chèque à la société de mon père et en échange mon père a signé le contrat. Un contrat de location de 5 ans pour un matériel dont il ne s’est jamais servi car il n’en avait pas besoin et ne savait même pas le faire fonctionner !!! L’ordinateur en question avait une valeur marchande de 2000 € en allant chez Darty ou Boulanger, mais avec le contrat que mon père avait signé, mal conseillé par un commercial véreux, l’ordinateur a coûté 14.000 € à sa société !!!
    J’ai eu beau tenter de nombreuses démarches auprès du commercial (très désagréable d’ailleurs) ou de l’organisme de financement, rien n’y a fait il a fallu payer jusqu’au dernier centime et rendre l’ordinateur !!!
    Bref, faites attention aux beaux parleurs qui veulent vous vendre un palace, alors que vous avez juste besoin d’une petite maison.

  • J’ai bien connu le problème de Samuel même si le montant de mon prêt était bien moins important (50000€) .Mais comme lui, j’ai dû mettre la clé sous la porte pour arrêter l’écatombe. Je compatis. Heureusement, on en sort plus fort et surtout plus lucide.

  • Bonjour à tous,
    Je suis extrêmement choquée par ce qui est arrivé à Samuel. J’ai travaillé en Banque auprès des entreprises pendant 20 ans. Son banquier est complètement irresponsable. Ces situations me mettent moi aussi hors de moi.
    Je suis désormais formatrice en analyse financière et j’explique justement à mes élèves cette notion primordiale de BFR.
    Bien à vous et au plaisir de vous lire,
    Isabelle

  • Bonjour, merci beaucoup pour cette histoire !

    Je rajouterais qu’une autre solution d’assurer un peu le BFR, c’est de demander à votre client une partie de paiement en avance.

  • Merci beaucoup pour ce témoignage et ces conseils précieux.
    Je souhaite beaucoup de Courage et de réussite à Samuel pour ses prochains projets.

  • Merci beaucoup Alex pour ce partage !

    Oui je pense comme toi que quand on débute comme entrepreneur on est novice partout !

    On fait au mieux, et parfois on peut faire des choix tellement problématiques qu’ils nous font faire la confusion et croire que : comme la situation est défavorable, c’est que l’on est pas fait pour être entrepreneur !

    C’est seulement que seul c’est ULTRA dur de ne pas tomber dans un piège à un moment ou a un autre.

    Ton écrit redonne le moral : )

    + Oui, on peut être mal conseillé et ça nous arrive à tous, ton histoire Samuel peut être la mienne !
    + Oui il y a des solutions
    + Oui on est plus fort quand on s’entoure d’autres entrepreneurs qui nous ressemblent et avec qui on peut partager

    😉

  • Nos conseils dans votre boite mail

    Envie de progresser à nos côtés ? Rejoignez-nous dans l'aventure ! Chaque semaine, nous partageons nos meilleurs conseils.

    Rejoindre la newsletter
    Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

    Rapport de faute d’orthographe

    Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :