Blog LiveMentor
auto entrepreneur formatrice

Micro-entrepreneur : Formatrice et à la tête d’un espace de coworking !

Avant de devenir Formatrice, j’étais salariée. Je m’occupais de la gestion de site web, du SEO et du suivi des ventes sur les market places.

Etant enfant, j’avais grandi en entendant les adultes dire :

« Non je ne peux pas, mon patron ne veut pas ! »

« J’ai mon patron qui m’a demandé ceci et c’est comme ça ! »

Du coup j’ai très vite associé salariat et contraintes.

En grandissant cette idée s’est confirmée et j’ai très vite compris que je souhaitais avoir ma propre entreprise.

Je voulais être libre, avoir la chance de faire mes propres choix et choisir la vie que je voulais.

Je devais juste trouver dans quoi 😥.

Puis j’ai découvert le marketing digital, j’ai eu un vrai coup de foudre.

Très vite, j’ai commencé à faire des efforts pour apprendre les ficelles du métier.

Je voulais être sûre de mes compétences et de ma valeur ajoutée avant de sauter le pas.

Mes débuts de Formatrice

Au départ j’ai beaucoup souffert des flux d’informations.

C’était compliqué de trouver les bonnes informations, la réglementation exacte et de savoir vers qui me tourner. J’ai perdu plusieurs mois pour réunir toutes les informations (statut, droit etc…) nécessaires à l’ouverture de mon activité.

La solitude de l’entrepreneur était aussi compliquée à gérer lorsque l’on souhaite devenir auto-entrepreneur.

Travailler toute seule chez moi de mon bureau sans voir personne était difficile à vivre.

Puis j’ai découvert les évènements de réseautage où je pouvais rencontrer des Freelances, des entrepreneurs et porteurs de projets qui étaient dans le même cas que moi, je l’ai vécu comme une délivrance !

Aujourd’hui :

Après toutes ces péripéties, je suis enfin devenue formatrice en marketing digital et réseaux sociaux.

J’ai mis en place mes offres et ma gestion seule, mais c’est la confiance de mes premiers clients qui m’ont permis de consolider mon projet.

Pour le marketing digital, j’ai tout appris en pratiquant auprès de ces différentes entreprises qui m’ont employé.

formatrice

Hors le marketing digital, j’ai dû suivre des formations plus généralistes sur les sujets de gestion dont tout chef d’entreprise a besoin.

Ces formations m’ont permis de me rendre compte de la diversité des compétences nécessaires pour être entrepreneur.

L’importance de se former sans cesse pour monter en compétences et ainsi avoir confiance en soi et en ses offres.

Aujourd’hui je vis de mon activité de Formatrice depuis 4 ans et j’ai ouvert l’espace Callipolis, un espace de coworking mais également de salle pour événement professionnel près de bordeaux.

espace coworking

Dans cet espace on y organise des ateliers et formations pour les entrepreneurs.

Nous avons également des permanences avec des professionnels aux différentes expertises.

Mon parcours m’a permis de comprendre l’importance de toujours se former et de savoir demander de l’aide quand on sent qu’on est perdu.

Mon souhait est de continuer à former et accompagner des jeunes entreprises motivées. J’adore transmettre et participer au développement de nouveaux projets.

Je réfléchis également en tant que Formatrice, à monter un programme d’accompagnement diversifié qui permettrait aux entrepreneurs de trouver de l’aide sur beaucoup de sujets à un seul et même endroit.

Pour terminer, je conseillerai à toute personne voulant créer une auto-entreprise :

  • s’écouter pour être aligné avec son projet,
  • de s’entourer des bonnes personnes,
  • de se former un maximum,
  • d’investir autant sur soi que sur son entreprise,
  • de savoir déléguer quand on n’a pas les compétences nécessaires.

Découvrez d’autres d’histoires d’auto-entrepreneurs sur le blog de LiveMentor

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Esther Queyroi

Esther Queyroi

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :